27 C
Tunisie
mercredi 8 juillet 2020
Accueil La UNE Baisse drastique de la récolte céréalière … l'inévitable recours à l’importation!

Baisse drastique de la récolte céréalière … l’inévitable recours à l’importation!

Tous les secteurs ont été frappés, cette année, par la crise du Coronavirus… Une crise sans précédent qui a tout balayé sur son chemin. Le tourisme, les secteurs industriels et culturels tous ont été, ardûment, impactés. Cette crise a, également, mis à nu la faiblesse de l’infrastructure tunisienne ainsi que les inégalités dont pâtissent certaines catégories de la classe sociale tunisienne.

La propagation du coronavirus a obligé le gouvernement à décréter un confinement général, puis un déconfinement progressif et ciblé afin d’endiguer le virus. Cela a fait empirer de plus en plus le bon déroulement de la saison agricole.

 Alors que le l’État portait espoir et misait sur l’agriculture… ce secteur n’a pas été épargné à son tour par ce virus maudit. A vrai dire, les estimations de la collecte des céréales oscillaient entre 7 et 8 millions de quintaux contre 12,9 millions de quintaux, la saison dernière. En effet, dans une déclaration accordée à la TAP, le ministre de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche, Oussama Kheriji est revenu, ce lundi 18 mai 2020, à ce sujet pour plus de précisions.

‘’La récolte céréalière pour la saison 2019/2020 devrait être aux alentours de 15,7 millions de quintaux (1,5 million de tonnes), contre une récolte record de 24 millions de quintaux (2,4 millions de tonnes) au cours de la saison dernière, a-t-il dit. L’office des céréales (OC) s’est retrouvé dans la contrainte d’effectuer des achats et des contrats pour l’acquisition de quantités de céréales, permettant de couvrir les besoins jusqu’à la fin de l’année courante.

 La récolte en baisse…

Les conditions climatiques difficiles et les conditions météorologiques défavorables ont, négativement, impacté la saison. L’insuffisance pluviométrique en janvier, février et mi-mars a impacté la croissance des plants dans la plupart des zones de production, avec l’impact négatif de la pénurie des pluies dans les zones de production connues à l’instar du Kef, Siliana et Zaghouan.

 ‘’En revanche, les pluies enregistrées au cours de la deuxième moitié du mois de mars et en avril ont permis d’améliorer la situation générale des périmètres et sauvé la plupart des cultures’’, a-t-il expliqué.

 Les préparations en cours… malgré la crise

Le ministre de l’agriculture est, également, revenu sur les principaux préparatifs de la saison de la récolte cette année. Selon lui, les centres de collecte et la fourniture des moyens nécessaires, tels que les sacs, les fils de fer et les moissonneuses batteuses ont été réaménagés.

Par ailleurs, il est prévu de mobiliser près de 3600 moissonneuses batteuses dont 3100 machines disponibles dans les gouvernorats du Nord et 453 autres dans les gouvernorats du Centre et du Sud. Suite au confinement général décrété il y a deux mois, les préparatifs de la saison agricoles ont été suspendus.

Ce qui nécessite de rattraper ces pertes au cours de cette période. ‘’En coordination avec le ministère de la Santé, le ministère de l’Agriculture œuvre à appliquer toutes les mesures de prévention sanitaires, à savoir la distanciation sociale lors de l’opération de la récolte qui coïncide avec le déconfinement sanitaire progressif ciblé’’, a-t-il dit.

La Tunisie fait-elle face à un risque de pénurie ?

 Les stocks sont suffisants pour deux mois, sans compter la récolte de l’actuelle saison. Pour une éventuelle importation, l’office des céréales a conclu des achats et des contrats qui permettront de couvrir les besoins jusqu’à la fin de la l’année. Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la Tunisie dépend des importations de céréales, principalement du blé tendre , même pendant les années où la production est bonne.

 Pour la campagne de commercialisation 2020/21 (juillet/juin), les besoins d’importation de céréales devraient s’élever à environ 3,8 millions de tonnes, soit environ 20 % de plus que les importations de la campagne de commercialisation précédente et 5 % de plus que la moyenne quinquennale.

 Rappelons que les superficies emblavées en céréales ont atteint 1,160 million d’hectares sur un ensemble de 1,325 million d’hectares programmés, soit un taux de réalisation de 87%. L’ensemble des superficies emblavées est réparti entre le blé dur (542, 5 mille hectares (ha), le blé tendre (63 mille ha), l’orge (542 mille ha) et le triticale (12,5 mille ha). baisse/récolte céréalière/ministère de l’agriculture/ Oussama Kheriji/importation

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

104,221FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,280SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles