AccueilLa UNECoronavirus: L’heure est trop grave. Sus à la désinvolture!

Coronavirus: L’heure est trop grave. Sus à la désinvolture!

Le variant indien, dont on considérait avec beaucoup d’appréhension l’arrivée en Tunisie, est déjà dans nos murs et a commencé à frapper de plein fouet maintes régions. Tel un feu de brousse, il contamine avec une ampleur que soulignent de plus en plus les bilans quotidiens des décès et des contaminations en flagrante augmentation. Certes , les infrastructures sanitaires du pays y sont pour beaucoup, mais ce sont les citoyens qui assument la plus large part de responsabilité du fait de leur désinvolture érigée  en mode de vie, et aggravée par des accès d’inconscience partagés par le grand nombre.

- Publicité-

Le chef du gouvernement, Hichem Mechichi, confiné à domicile, et mesurant l’extrême  gravité de la situation épidémique, a décidé de convoquer  les membres du comité scientifique pour une séance de travail en urgence afin de trouver les moyens d’arrêter la propagation des nouveaux variant du coronavirus, indique un communiqué de la présidence du Gouvernement rendu public lundi.

Il a appelé les membres du comité scientifique à se réunir afin d’examiner les moyens scientifiques efficaces pour maitriser la situation et limiter la propagation du coronavirus en faisant recours aux différents moyens possibles dont des décisions et des mesures extrêmes visant à préserver la santé des citoyens, a précisé la même source.

Le chef du gouvernement s’est réuni lundi matin à distance avec les gouverneurs du Grand Tunis, le ministre de la Santé et des dirigeants sécuritaires afin d’assurer la coordination nécessaire. Il a également donné ses directives pour ouvrir une enquête concernant les rassemblements et manifestations organisés hier et à imposer la loi et les mesures prises par le comité national de lutte contre le coronavirus.

Mechichi a, en outre,  chargé la ministre de la Justice par intérim Hasna Ben Slimane d’ouvrir une enquête auprès du ministère public concernant le décès d’un agent de police atteint par le coronavirus qui a succombé devant l’hôpital Ibn El Jazzar à Kairoun, selon la même source. En effet, des images véhiculées sur les réseaux sociaux dimanche montrent une personne, atteinte de coronavirus, qui a trouvé la mort sur la voie publique à cause de manque d’oxygène.

« L’énorme déception » des blouses blanches

Le  membre du Comité scientifique de lutte contre le coronavirus, AmenAllah Messaadi, a affirmé, que le Comité s’exonère de toute responsabilité dans l’application des mesures et décisions annoncées pour faire face à la pandémie et casser le cercle de la contamination.

Ila fait état de « l’énorme déception »  des professionnels de la santé vis-à-vis de l’indolence des Tunisiens dans le respect des protocoles sanitaires demeurés le plus souvent lettres mortes, et se déclinant dans le port du massue, la distanciation physique et l’hygiène permanente des mains.

Ila souligné que l’essentiel est moins de décréter le confinement total dans certaines régions que  du faisceau de mesures et protocoles qu’il  importe d’appliquer  et de veiller à sa mise en œuvre avec fermeté et efficacité.

L’OMS évoque un « relâchement dangereux »

Un constat partagé par le  représentant de l’Organisation mondiale de la santé à Tunis, Yves Southeyrand qui a affirmé lundi qu’en Tunisie, le vaccin anti-Covid-19 n’est qu’une partie de la solution et ne suffira pas à lui seul, à contenir la pandémie.

En marge d’une réunion tenue par la commission de la santé à l’ARP, Southeyrand a souligné, dans une déclaration aux médias, que la Tunisie a misé sur le vaccin contre le coronavirus « qui n’est pas à lui seul suffisant à contenir le virus ».

 » La Tunisie devrait renforcer les mesures préventives, d’autant que les lots de vaccins anti-Covid-19 sont réceptionnés d’une manière progressive et pourraient à ce rythme impacter la campagne de vaccination et le nombre des personnes vaccinées » a-t-il affirmé.

Le représentant de l’OMS à Tunis a appelé au renforcement du contrôle du protocole sanitaire dans chaque secteur et des campagnes de sensibilisation ainsi qu’à l’incitation des citoyens à respecter strictement les mesures préventives, mettant en garde contre le « relâchement dangereux dans l’application de ces mesures en Tunisie ».

Il a souligné que la Tunisie a obtenu jusqu’à aujourd’hui une quantité de 604 mille doses de vaccin dans le cadre de l’initiative COVAX, qui selon lui, est inférieure à celle attendue au mois de juin (750 mille doses), ajoutant que la quantité restante qui est de 140 mille dose sera livrée à la Tunisie dans les prochains jours.

« La Tunisie obtiendra des quantités supplémentaires de vaccins anti Covid-19 estimées à 324 mille doses dans le cadre de l’initiative Covax » a-t-il fait savoir.

Il est à noter que 18 cas confirmés de variant indien ont été détectés à Kairouan, dans le Grand Tunis, à Siliana et à Monastir. Un communiqué du ministère de la Santé précise qu’après le parachèvement des opérations de séquençage relatives à des cas de contaminations par le coronavirus à Kairouan, 7 infections par le variant indien Delta ont été confirmées. Onze autres cas dans le Grand Tunis, à Siliana et à Monastir ont été également détectés suite aux opérations de séquençage qui se poursuivent encore, a souligné la même  source.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,452SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles