Côte d’Ivoire : Une vraie Politique de la Ville, avec l’éclairage de...

Côte d’Ivoire : Une vraie Politique de la Ville, avec l’éclairage de DSK

par -

La Côte d’Ivoire s’est dotée d’un ministère de la Ville depuis juillet 2018, et se donne comme objectif d’élaborer un document de Politique Nationale de la Ville afin de réussir le processus complexe d’urbanisation. Dans ce cadre, un séminaire sur la Politique de la ville en Côte d’Ivoire s’est tenu du 12 au 14 juin à Abidjan.

Le Département Infrastructure et développement urbain de la Banque africaine de développement (www.AfDB.org) s’est joint aux experts politiques et à d’autres parties-prenantes du monde de la finance et de l’urbanisme pour des échanges autour du thème de l’urbanisation ivoirienne. Les discussions se sont déroulées en présence de Dominique Strauss Kahn, invité d’honneur et orateur à la session d’ouverture sur : Enjeux Internationaux et villes africaines. Homme politique français et ancien directeur général du Fonds monétaire international (FMI), M. Strauss Kahn a situé l’urbanisation de l’Afrique dans le contexte de la mondialisation, déplorant le fait que les grandes villes africaines n’arrivaient pas à s’élever au statut de métropole. Pour éviter les écueils, les villes ivoiriennes doivent s’intégrer aux métropoles mondiales, au risque de rester à la marge de la mondialisation.

Dominique Strauss Kahn a évoqué l’importance de travailler sur trois axes comportant des enjeux politiques mais aussi économiques. Premièrement, la formalisation des marchés fonciers qui permettrait une planification urbaine plus structurée. Ensuite, le financement, avec la création d’une base de fonds pour l’infrastructure à partir des actifs fonciers, mais aussi une politique qui fait le choix raisonné d’investissements à fonds perdus afin d’accéder aux bénéfices long terme, a-t-il déclaré, en prenant l’exemple d’un modèle intégrant les enjeux environnementaux. Troisièmement, le développement en parallèle de la région. Car au-delà de la capitale économique, les villes secondaires et l’hinterland doivent prendre place et devenir interconnectés. Le premier objectif est de créer d’autres centres de gravité urbaine pour décentraliser les grandes villes et revoir la mobilité entre les villes secondaires et le centre économique.

Stefan Atchia, responsable de la division Développement urbain de la Banque africaine de développement a réitéré la volonté de la Banque à réussir l’intégration régionale à travers notamment le financement des grands corridors routiers. A cet égard, il a montré comment la Banque, à travers son Fonds de développement municipal urbain soutient les collectivités dans leurs efforts pour des villes plus attractives pour les investisseurs du privé, en mettant l’accent sur l’importance d’avoir un cadre de développement urbain en phase avec une planification au niveau ministériel.

Le modérateur de la session, M. Alioune Badiane, Président de « The Urban Think Tank Africa » a résumé les présentations des grands témoins. Outre Dominique Strauss Kahn et Stefan Atchia, Jean Pierre Elong Mbassi Secrétaire général des cités et gouvernements locaux unis d’Afrique et le ministre Pierre André Perissol, ont apporté leurs contributions à ces discussions de haut niveau.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire