10 C
Tunisie
mercredi 27 janvier 2021
Accueil La UNE Des cadavres bancaires, dangereux pour 2021, dans les placards de l’Etat

Des cadavres bancaires, dangereux pour 2021, dans les placards de l’Etat

Il y a quelques semaines, le député Fayçal Derbel lançait une alerte sur l’état de deux banques de la place devant le gouverneur de la BCT. Il s’agissait alors, et depuis des années, de la BTK et de la BFT. Deux banques, qui sont dans une situation financière plus que difficile. Ce n’est pas, bien sûr, le cas de toutes les banques tunisiennes, et notamment celles qui sont cotées en bourse.

- Publicité-

Au premier semestre de l’année 2020, en effet, le résultat de l’ensemble des sociétés composant le secteur financier, principale capitalisation catégorielle de la cote, a connu une baisse de 34,5% par rapport à la même période de l’année 2019, totalisant ainsi 451 MDT contre 689 MDT. Les 12 banques cotées ont réalisé un résultat semestriel global de 396 MDT, en régression de 34,1% par rapport à la même période de l’année 2019. Neuf banques ont dégagé des bénéfices et trois ont clôturé le semestre sur des pertes.

–          Une banque aux fonds propres de 51 % le capital

La BTK a subi des résultats déficitaires chroniques ramenant ses capitaux propres au 31 décembre 2019 à un montant de 102, 436 MDT, soit 51,2% de son capital social, donc très proche du seuil fixé par l’article 388 du Code des Sociétés Commerciales. Les dépôts concernent un nombre limité de clients, ce qui constitue une forte exposition au risque de liquidité, la difficulté à lever des fonds (émissions obligataires, ressources extérieures…etc.), une régression des parts de marché et des indicateurs de rentabilité, une dégradation significative du coefficient d’exploitation porté de 80,96% fin décembre 2018 à 108,34% fin décembre 2019, laquelle trouve principalement son origine dans la régression du Produit Net Bancaire contre une hausse des coûts et un important taux de créances douteuses et litigieuses (CDL), qui dépasse le seuil requis par les bailleurs de fonds. Le ratio de liquidité à court terme LCR n’est pas respecté au titre des mois de juillet, de septembre, et de décembre 2019, contrairement aux dispositions de la circulaire de la BCT n°2014-14. Au 31 décembre 2019, l’exigence minimale de fonds propres règlementaires en regard des risques pondérés telle que prévue par les textes de référence de la BCT (circulaire n°2018-06) n’est pas respectée non plus  par la Banque. Cette situation inquiétante serait aggravée par les éventuels impacts liés à la pandémie COVID-19.

et que l’Etat ne pourrait plus racheter

En 2018, il avait été annoncé que l’Etat tunisien rachèterait les parts de la banque française BPCE, à l’euro symbolique. Une année plus tard, « le projet de cession par BPCE-I de sa participation dans la BTK à l’Etat tunisien, dans le cadre de la crise sanitaire actuelle, a connu un ralentissement des procédures devant permettre la satisfaction des conditions suspensives (autorisations réglementaires) auxquelles l’opération est soumise. Dans ce cadre, la date du Closing, initialement prévue pour le premier trimestre 2020, a été reportée ».

Il semblerait, entretemps, que la décision de rachat aurait été prise par l’ancien ministre des Finances Ridha Chalghoum « quelque peu à la hâte, car n’ayant pas l’appui politique immédiat et effectif derrière lui pour réagir rapidement à la décision,  la banque étant déjà en train de perdre de l’argent », estime une source financière proche du dossier. Et cette dernière d’ajouter son impression qu’une « bonne évaluation des actifs ait été faite ».

Et depuis, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. Désormais, nous dit-on de source financière généralement très bien informée, la banque n’intéresserait désormais plus la Banque populaire marocaine, pour les actions françaises uniquement car les Koweitiens n’auraient pas l’intention de vendre, mais il y aurait demande et les propriétaires travailleraient sur de nouvelles pistes. Le danger pour l’actionnaire-Etat tunisien, est d’abord de voir se déprécier ses actions, ou de devoir suivre une possible augmentation du capital en cas de rachat par une autre entité.

–          Le très gros risque, en mars 2021, de la BFT

Et pendant que le gouvernement tunisien et son ministre de Finances s’empêtrent dans la dette à essayer de faire voter un budget à crédit, ni l’un ni l’autre ne semble prendre la mesure du danger de l’affaire BFT qui traîne depuis plusieurs années.

L’affaire était en arbitrage chez le CIRDI, jusqu’à ce qu’un ancien ministre CPR arrive à obtenir une amnistie judiciaire pour l’ancien propriétaire de la banque, amenant le CIRDI à confirmer la responsabilité directe de l’Etat tunisien dans cette affaire et à décider d’un dédommagement à la société ABCI. La fixation du montant de ce dédommagement, qu’on dit en milliards DT, devrait être prononcée en mars 2021, et à moins que l’Etat tunisien n’ait réussi à débloquer l’affaire autrement ou qu’il n’ait une nouvelle carte décisive dans son jeu, on ne retrouve aucun début de provisionnement dans le budget 2021 qui pourrait aider à y faire face. Le tout, sans compter le risque pour la BFT elle-même, ses employés et ses clients.

2 Commentaires

  1. trop de banques dans un marché fermé et saturé. Les nouvelles banques ,dans des tentatives hasardeuses de prendre part au « festin », se trouvent réduites à se satisfaire des portions congrues et des « bras cassés ».
    le dossier de la BFT est un cas d’école où l’on apprendra comment radier des créances odieuses, comment noyer son pays pour les beaux yeux d’une caste véreuse.
    mais d’ici là ,le Tunisien continuera à venir à la rescousse parce que dans ma Tunisie, la solidarité est loin d’être un mot vain puisque le riche peut toujours compter sur le pauvre pour le sauver !!!!!

  2. LE SEUL PERDANT DANS TOUTES CES AFFAIRES EST LE PAUVRE TUNISIEN. ENDETTEMENT DE L’ETAT DONC UN BUDGET QUI S’APPUI SUR LA FISCALITE . ETUDIER LES DOSSIERS EPINEUX DE LA FINANCE PUBLIQUE. ANTICIPER ET PREVOIR POUR SORTIR DE CERTAINES SITUATIONS EPINEUSES. MERCI SI fayçal DERBEL POUR VOS PROPOSITIONS ET RESTE LE SUIVI.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,043FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,392SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles