AccueilLa UNE Des milliers de migrants subsahariens ont regagné leurs pays

 Des milliers de migrants subsahariens ont regagné leurs pays

La Tunisie est le principal point de départ pour des milliers de migrants qui cherchent à se rendre en Europe. Il faut rappeler que la Tunisie, dont certaines portions du littoral se trouvent à moins de 150 km de l’île italienne de Lampedusa, enregistre très régulièrement des tentatives de départ de migrants, surtout des Subsahariens, vers l’Italie.
Cependant, dernièrement, on estime que la Tunisie s’est transformée en une terre d’accueil au vu du grand nombre de familles subsahariennes installées  sur son territoire.
Selon des données officielles, près de 70.000 migrants ont été interceptés cette année alors qu’ils tentaient de traverser la Méditerranée depuis la Tunisie vers l’Italie.

2500 étrangers ont regagné leurs pays depuis début 2024

La Direction générale de la Garde nationale a indiqué, samedi, que près de 2500 étrangers ont regagné leurs pays depuis le début de cette année, dans le cadre du retour volontaire des Africains subsahariens.
Elle a expliqué, dans un communiqué, que plusieurs migrants irréguliers des pays de l’Afrique subsaharienne se sont présentés aux postes de police et de la Garde nationale pour demander une intervention auprès des organisations opérant dans la migration en Tunisie pour retourner dans leurs pays.
Une coordination a été établie avec les représentations diplomatiques de nombreux migrants et un plan stratégique a été mis en place pour assurer leur retour dans leurs pays d’origine dont un vol, le 9 mai courant, vers un pays africain avec 166 migrants irréguliers à bord.

Le retour volontaire de migrants, explique la même source, s’effectue sur 3 étapes : l’accueil par les unités de sécurité et l’enregistrement des volontaires, puis le contact avec l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) afin de faciliter leur retour et enfin la coordination avec la police des frontières pour fixer les horaires des vols.

Un plan pour  « installer des migrants irréguliers en Tunisie » !

Rappelons que lors d’un Conseil de sécurité nationale, le président de la République, Kaïs Saïed, a abordé le sujet, formulant de graves accusations et révélant des données inquiétantes.
Selon ses dires, la Tunisie fait face à un plan criminel visant à « y installer des migrants irréguliers d’Afrique subsaharienne  ».
Et de faire état d’un « arrangement dont le mobile est criminel » planifié depuis le début de ce siècle pour métamorphoser «la composition démographique de la Tunisie », accusant des parties sans les citer « qui ont reçu d’importantes sommes d’argent depuis 2011 afin d’installer des migrants irréguliers de l’Afrique subsaharienne en Tunisie».
Et le Président Saïed de souligner que « les vagues successives de migration irrégulière vers la Tunisie s’inscrivent dans le droit fil d’un projet dont les visées sont occultes visant à cantonner la Tunisie dans sa seule dimension africaine qui n’a ni identité ni affinité avec la nation arabo-islamique ».

Il a d’ailleurs appelé à une mobilisation tous azimuts, plaidant en faveur d’une action diplomatique, sécuritaire et militaire assortie d’une application stricte et vigoureuse de la loi régissant le statut des étrangers en Tunisie.

- Publicité-

1 COMMENTAIRE

  1. le nombre est très peu les migrants clandestins et illégaux n’ont pas le droit de s’installer dans notre pays qui traverse la pire crise économique sociale financière sanitaire et sociétale la plus grave de son histoire nous sommes un petit pays dépourvu de richesses du sous sol par rapport à nos voisins des grands pays riches en sous sol et manquant de main d’œuvre ( la Libye) tous les migrants économiques clandestins et illégaux doivent rentrer chez eux avec la collaboration des organisations nationales et les pays de l’Union Européenne ou les trouver des pays d’accueil il y va de l’avenir de notre pays et de sa population les USA mettent les latinos américains clandestins et illégaux dans des camps de concentration à la frontière mexicaine en attendant de les expulser par la force dans leurs pays d’origine et les européens les mettent dans des centres de rétention en vue leurs expulsions sans que leurs organisations dites humanitaires lèvent le doit .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,135SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -