AccueilLa UNEFitch abaisse la note souveraine de la Tunisie à B- avec perspective...

Fitch abaisse la note souveraine de la Tunisie à B- avec perspective négative

Fitch Ratings a abaissé, jeudi,  la note de défaut émetteur (IDR) à long terme en devises de la Tunisie de ‘B’ à ‘B-‘. La perspective est négative.

- Publicité-

La dégradation de la note à ‘B-‘ et la perspective négative reflètent, expliquent l’agence,  les risques accrus de liquidité budgétaire et extérieure dans le contexte de nouveaux retards dans l’accord sur un nouveau programme avec le FMI, qui est nécessaire pour l’accès à la plupart des créanciers officiels de soutien budgétaire. Le paysage politique fragmenté et l’opposition sociale bien ancrée limitent la capacité du gouvernement à mettre en œuvre des mesures d’assainissement budgétaire fortes, ce qui complique les efforts visant à garantir le programme du FMI. En l’absence de réformes solides, les créanciers officiels pourraient considérer qu’une restructuration de la dette est nécessaire avant de pouvoir accorder un soutien supplémentaire. Le gouvernement a fermement déclaré qu’il n’envisageait pas de restructuration de la dette et la Tunisie ne s’est jamais engagée dans un traitement du Club de Paris.

Fitch prévoit que le déficit budgétaire demeurera  élevé à 8,9% du PIB en 2021, contre 9,9% en 2020 et la médiane de la catégorie ‘B’ de 6,2%. L’agence de notation  prévoit une reprise des recettes en 2021, mais celle-ci sera largement compensée par l’augmentation des dépenses pour lutter contre la pandémie, l’augmentation des subventions pour le prix du gaz, une charge d’intérêt croissante et des augmentations de la masse salariale suite à un accord avec les syndicats en 2019. Ces deux derniers postes absorberont près de 75 % des recettes, ce qui limitera considérablement la flexibilité budgétaire.

La récente flambée des contaminations au  Covid-19 ajoute aux risques de baisse des recettes. Fitch  prévoit que le déficit budgétaire se réduira à 6,7 % du PIB en 2022 et à 5,5 % en 2023, à mesure que les dépenses liées à la pandémie seront résorbées et que certaines réductions de dépenses seront mises en œuvre, mais la masse salariale reste supérieure à son niveau d’avant 2019 en pourcentage du PIB. En mai 2021, les syndicats ont rejeté un plan gouvernemental visant à réduire la masse salariale principalement par les départs volontaires.

Les besoins de financement liés aux importants déficits budgétaires et à l’amortissement de la dette sont élevés par rapport aux sources identifiées. Les échéances de la dette publique se situeront entre 7,3 % et 9,2 % du PIB en 2021-23, dont 3,2 % et 5,1 % d’amortissement externe.

Un arrangement sur un accord du FMI succédant au programme qui a expiré en 2020 reste essentiel pour le financement extérieur de la Tunisie. Bien que l’engagement des créanciers officiels extérieurs à aider la transition démocratique de la Tunisie et à contenir les flux migratoires à travers la Méditerranée reste fort, le soutien financier de nombreux partenaires est lié à un accord avec le FMI.

Incertitude sur la conclusion d’un accord avec le FMI !

L’agence de rating souligne que ses prévisions reposent sur l’hypothèse d’un accord sur un programme du FMI avant la fin de l’année 2021, mais la persistance d’une forte opposition sociale aux réformes budgétaires et la fragilité du soutien parlementaire au gouvernement signifient qu’un accord pourrait ne pas être conclu et mettent en évidence les difficultés à maintenir les décaissements prévus. Les résultats de la Tunisie dans le cadre des deux précédents accords avec le FMI ont été faibles, les revues du dernier programme ayant subi des retards importants et constants.

En février, le FMI a estimé que la dette de la Tunisie « deviendrait insoutenable à moins qu’un programme de réforme solide et crédible ne soit adopté avec un large soutien ». Dans un scénario de non-réforme, la Tunisie pourrait finalement être considérée comme nécessitant un traitement du Club de Paris avant d’être éligible à un financement supplémentaire du FMI, avec des implications pour les créanciers du secteur privé.

Les autorités s’appuient de plus en plus sur le financement intérieur, car la Tunisie peine à reconduire les échéances extérieures. Le pays  a compensé un financement extérieur net quasi nul en 2020 en levant un montant net record de 7,3 % du PIB auprès de sources intérieures. À titre de comparaison, l’encours total de la dette intérieure était de 21 % du PIB fin 2019, dont la moitié était détenue par le secteur bancaire. La Tunisie a eu recours au financement monétaire direct de la banque centrale pour la première fois l’année dernière, malgré les objections de cette dernière, mettant en évidence les tensions de financement.

L’accès prévu aux marchés internationaux (2,2 % du PIB en 2021) serait compliqué par l’absence de programme du FMI. Deux emprunts obligataires  de 500 millions de dollars chacun, garantie par l’Administration américaine, arriveront à échéance fin juillet et début août 2021. Une nouvelle garantie américaine pour les émissions internationales est en cours de discussion, mais, selon Fitch,  il est peu probable qu’elle se concrétise avant le quatrième trimestre 21 et elle pourrait être liée à la réussite des négociations avec le FMI. Des financements bilatéraux ont été accordés au cours du premier semestre de l’année, mais les montants restent modestes, avec 1,2 % du PIB déboursé par les homologues européens. Les autorités ont également levé 1,2 % du PIB en devises étrangères grâce à des prêts syndiqués avec des banques locales.

Selon Fitch, l’incapacité à trouver un accord avec le FMI et à accéder aux marchés financiers internationaux, qui se traduirait par une forte dépendance continue à l’égard du financement national, exercerait une pression sur les réserves externes. Ceci dans un contexte d’amortissement de la dette publique extérieure (4 % du PIB par an en moyenne sur 2021-23), de déficits importants de la balance courante (8 % par an) et d’entrées nettes d’IDE modestes. Les réserves de change ont chuté à 8,1 milliards USD à fin mai 2021, contre environ 9,4 milliards USD à fin 2020.

Déficit courant proche de 8% du PIB

L’agence de notation s’attend  à ce que le déficit courant de la Tunisie se creuse en 2021 pour atteindre près de 8 % du PIB et reste à ce niveau à moyen terme, contre 6,8 % en 2020. Les envois de fonds des travailleurs tunisiens à l’étranger ont bondi en 2020 et resteront une source importante de devises. Fitch dit prévoir  que la balance des services sera proche de zéro en 2021, car la vague actuelle de contaminations  décourage le tourisme international pendant la haute saison. La dette extérieure nette passera à 83 % du PIB en 2023, contre 77 % en 2021, sous l’effet de la reprise des emprunts extérieurs publics, prévoit-elle encore.

Compte tenu des déficits budgétaires élevés, la dette des administrations publiques (AP) passera à 89 % du PIB en 2021, contre 72 % en 2019, et continuera d’augmenter pour atteindre 93 % en 2023, soit bien plus que la médiane de 70 % prévue pour la catégorie « B ». D’importants passifs éventuels provenant d’entreprises publiques financièrement faibles et du secteur bancaire font peser des risques à la hausse sur la trajectoire de la dette. La dette des entreprises publiques garanties par les pouvoirs publics est élevée, à 16 % du PIB, dont la moitié concerne la société d’électricité en difficulté, la STEG. Les transferts aux entreprises étatiques  en difficulté pèsent sur le budget et le FMI estime que le gouvernement avait des arriérés d’environ 8 % du PIB envers les entreprises publiques à la mi-2020, bien qu’une partie de ces arriérés ait été apurée et que les entreprises publiques  aient également des arriérés importants envers l’État. Le gouvernement prévoit d’avancer la restructuration d’un grand nombre d’entreprises publiques, mais cela n’est pas pris en compte dans les projections budgétaires. La transparence sur les mesures de santé financière des entreprises publiques est faible.

Fitch prévoit une croissance de l’économie tunisienne de 3,4% en 2021 après une contraction de 8,8% en 2020 et en dessous de la médiane ‘B’ de 4,2%. Cela reflète une faible production agricole due à des conditions météorologiques défavorables, un rebond des exportations de marchandises vers l’Europe et une hausse modérée du tourisme fin 2021. La récente flambée des contaminations au Covid-19 et les mesures d’endiguement associées font peser des risques baissiers sur les prévisions de croissance et pourraient également avoir un impact négatif sur les finances publiques et extérieures. Après un rebond à 4 % en 2022,  la croissance en 2023 se normalisera à un taux plus proche de la tendance, à environ 2 %.

Les banques publiques représentent un tiers des actifs du secteur bancaire, ont des paramètres  de qualité d’actifs et de capitalisation plus faibles que leurs homologues du secteur privé et pourraient nécessiter des injections de capital de la part de l’État souverain à moyen terme. Les indicateurs de santé du secteur bancaire au sens large sont inférieurs à la médiane « B », avec une forte proportion de prêts non productifs (13,6 % du total des prêts à la fin de 2020). La qualité des actifs est susceptible de se détériorer à mesure que les mesures d’indulgence expirent, conclut Fitch.

1 COMMENTAIRE

  1. le gouvernement dit et fait ce qu’il veut mais les agences internationales de notation continuent de dégrader les notes souveraines de notre pauvre pays par la faute des gouvernants malheureusement nos gouvernants actuels ne sont pas conscients des dangers actuels et futures l’essentiel pour eux est de se maintenir au pouvoir sur les cadavres de la population tunisienne et du risque de l’effondrement de son économie et son système social et sanitaire et et la faillite financière du pays l’histoire nous rappelle la crise économique et financière de 1870 et l’endettement du pays par le roi Sadok Bey et son premier ministre de l’époque Mustapha Khaznadar qui a ramené la colonisation française de notre pays en 1881 mais cette fois ci c’est la colonisation financière des bailleurs de fonds dont le premier par la grâce de leur valet le fonds qatari qui s’est approprié une partie de notre pays avec la bénédiction des des autorités officielles sans aucun avantage a pour le pays et son peuple .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,454SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles