AccueilLa UNEFlux et reflux des vagues migratoires !

Flux et reflux des vagues migratoires !

Un phénomène,  par bien des côtés, atypique est en train de reconfigurer les vagues migratoires à travers la Méditerranée, et plus particulièrement sur l’axe  Tunise-Italie. Une certaine forme de contre-exode qui implique  beaucoup moins les migrants  en tant que tels que les marchandises, naturellement, de contrebande.

Cette nouvelle mobilité a été révélée par le  porte-parole de la Direction générale de la Garde nationale, Houssem Eddine Jebabli, qui a fait état d’une baisse significative des opérations demigration clandestine de la Tunisie vers l’Europe, observée depuis le début de l’année 2024 , à ce jour. Un recul dû aux opérations proactives et anticipatrices menées par les unités de la Garde nationale et celles de la police judiciaire pour faire face aux passeurs et autres  intervenants.

Dans une déclaration à « African Manager ar », Jebabli a indiqué que les unités de la Garde nationale ont enregistré des cas de soi-disant « migration inverse » de l’Europe vers la Tunisie, notant que certains bateaux qui amènent des migrants de l’espace européen vers  le territoire tunisien ou pour faire du commerce de marchandises de contrebande ont été ciblés et traités.

« La Tunisie attachée au respect des droits de l’homme »

Dans un contexte connexe, il a indiqué qu’il n’existe pas de problématiques en Tunisie concernant les migrants d’Afrique subsaharienne et que la Tunisie respecte les droits de l’homme et traite les immigrants illégaux dans le cadre de la loi et conformément à ce qui est stipulé dans les conventions internationales.  Jebabli a affirmé que le ministère des Affaires étrangères travaille en coordination directe avec celui de l’Intérieur en matière de migration volontaire en plus de la coordination avec certaines organisations dans les opérations d’hébergement.

Selon les derniers indicateurs statistiques publiés par le Forum tunisien des les droits économiques et sociaux, plus de 155 000 migrants irréguliers sont arrivés en Italie l’année dernière, soit le deuxième lot le plus important de ces Tunisiens avec 17 pour cent après les Guinéens, qui sont estimés à 18 pour cent.

Au total, 1 313 migrants se sont noyés et ont disparu au large de la Tunisie l’année dernière, tandis que le nombre de migrants décédés ou portés disparus au large des côtes tunisiennes l’année dernière avait atteint un record de 1 313.

D’après les chiffres du ministère de l’Intérieur, la Tunisie a pu empêcher le passage d’environ 70 000 migrants vers l’Italie au cours des 11 premiers mois de 2023, un bilan qui dépasse le double de celui enregistré à la même période en 2022.

« La Tunisie n’est pas une plaque tournante  pour les migrants »

Dans un discours prononcé lors de la Conférence internationale sur la migration et le développement à Rome en juillet 2023, le président Kais Saied a souligné que la Tunisie « est confrontée à une tragédie humanitaire due à l’immigration clandestine, et qu’elle ne peut être résolue par des actions unilatérales ».
Saied a réitéré son « rejet de la Tunisie en tant que couloir ou plateforme stable pour les migrants irréguliers », affirmant : « La Tunisie n’acceptera pas d’être une plaque tournante   pour les migrants ».

Il a également souligné que « le phénomène de la migration irrégulière ne peut être résolu sans la solidarité de tous les pays », notant que « la migration illégale part également à travers le désert et pas seulement par la mer»

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,135SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -