AccueilLa UNEForte demande mondiale sur l’huile d’olive tunisienne

Forte demande mondiale sur l’huile d’olive tunisienne

La production d’huile d’olive en Tunisie devrait atteindre entre 200 mille et 222 mille tonnes au cours de la campagne agricole 2022/2023, soit une baisse de – 15% par rapport à l’année dernière, selon l’Office national de l’huile d’olive.L’année dernière, la Tunisie a produit entre 240 mille et 257 mille tonnes d’huile d’olive, selon le Conseil oléicole international.

Les responsables de l’Observatoire national de l’agriculture (Onagri) ont attribué cette chute au manque de précipitations dans le centre et le sud de la Tunisie, ainsi qu’à la sécheresse, aux canicules, et au cycle de roulement alterné naturel de l’olivier (la production de l’arbre varie d’une période à une autre, de façon naturelle).

Toutefois, les baisses de production n’ont pas été constatées, de manière uniforme, dans les principales régions oléicoles du pays, alors que la majorité a connu des baisses de production.

Et à l’image du bon volume de la production, les recettes provenant de l’exportation de l’huile d’olive de la campagne écoulée ont augmenté.

L’Observatoire National de l’Agriculture (Onagri) a annoncé dans des données publiées récemment que les recettes d’exportation de l’huile d’olive ont atteint 1,941 Milliard DT, depuis le début de la campagne (novembre 2021-août 2022).

Ainsi, les recettes d’exportation de l’huile d’olive ont enregistré une hausse de 30,1%, par rapport à la même période de la campagne précédente 2020-2021.Le prix moyen de l’huile d’olive a augmenté de 38%, passant de 7,66 dinars le kg à 10,57 dinars.

  • Baisse mondiale de la production

La baisse de la production d’huile d’olive est mondiale, d’après le département de l’agriculture des Etats Unis d’Amérique. D’après ses estimations, la production d’huile d’olive mondiale devrait tomber à 2,9 millions de tonnes au cours de la campagne agricole 2022/23.

Selon les données de l’USDA, la production chutera de 11 % par rapport à la campagne agricole précédente et se terminera à 8 % en dessous de la moyenne mobile sur cinq ans.

L’USDA a attribué la baisse de la production à l’anticipation de récoltes d’olives plus faibles dans l’Union européenne, au Maroc, en Turquie et en Tunisie. Les économistes de l’USDA ont principalement attribué la diminution au cycle de roulement alterné naturel de l’olivier.

Concernant, plus particulièrement de la Tunisie, l’Observatoire national de l’agriculture a noté que les exportations tunisiennes d’huile d’olive contribuent de manière significative au renflouement de la balance commerciale du pays, agissant en quelque sorte comme un contrepoids à la hausse de 110% des importations d’huile végétale et à l’augmentation des importations d’autres produits de base, tels que le sucre et les céréales.

Les données commerciales du Conseil oléicole international indiquent que la Tunisie a exporté en moyenne 218,000 tonnes d’huile d’olive par an au cours des cinq dernières années, plaçant notre pays parmi les plus grands exportateurs mondiaux.

  • Accords internationaux

Il faut toutefois signaler que l’huile d’olive en Tunisie a gagné en importance pour l’économie en raison des importants accords commerciaux internationaux, notamment avec l’Union européenne. Ces accords ont permis à la Tunisie de vendre de l’huile d’olive sur des marchés mondiaux importants et riches avec des tarifs minimaux.

Pour cette campagne, les organismes et exportateurs d’huile d’olive en Tunisie devraient suivre de très près l’évolution du marché mondial. En effet, parallèlement à la baisse de la production, l’USDA s’attend également à ce que la consommation d’huile d’olive mondiale diminue de 7 % en raison de la baisse des approvisionnements. Le département a ajouté que la baisse sera probablement observée dans les pays les plus sensibles aux prix.

Cependant, la consommation intérieure devrait rester forte dans l’Union européenne, qui, selon l’USDA, représentera la moitié de la consommation totale. Après l’UE, les États-Unis devraient être le deuxième consommateur avec une part de 13 %

Reste qu’au-delà de la manne que représentent l’huile d’olive et les dattes, notamment la variété dite « dégla » pour les exportations tunisiennes, les prix de ces deux produits sur le marché tunisien sont très élevés, atteignant jusqu’à 18 dinars le litre d’huile d’olive et 10 dinars le kg de dégla.

S.B.H

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,020SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -