AccueilLa UNEFTDES: Les mouvements de protestation vont crescendo

FTDES: Les mouvements de protestation vont crescendo

Selon le dernier rapport du Forum Tunisien pour les Droits Economiques et Sociaux (FTDES), passant en revue les  mouvements de protestation au cours du mois de février, les  principales revendications des manifestants concernent l’emploi (34%), les mouvements ouvriers appelant à la régularisation et à l’amélioration de la situation professionnelle (24%), les mouvements liés au développement et à l’amélioration de la vie du citoyen (30%).

- Publicité-

Romdhane Ben Omar, chargé de l’information au FTDES,  a souligné que les citoyens et les personnes sans emploi étaient les principaux participants aux mouvements de protestation, aux sit-in et aux blocage des routes au cours du mois de février 2021.

Viennent, ensuite, les enseignants et professeurs suppléants ainsi que les agriculteurs. Les mouvements de protestation se déroulaient, notamment, au niveau des routes, des sièges administratifs et des sites de production.

Selon Ben Romdhane, les différentes régions de la République ont vécu pendant le mois de février dernier au rythme des protestations sociales. Le district du sud-ouest a enregistré le plus grand nombre de protestations (370 mouvements), le centre-Est (332 mouvements), le Nord-est (214), le Sud-est (136), le Centre-est (116), le Nord (67).

Globalement, la carte des manifestations a gardé les mêmes caractéristiques générales des dernières années, selon Ben Romdhane. En effet, a-t-il dit, le gouvernorat de Gafsa occupe le premier rang en termes de protestations, de mouvements et de revendications avec 265 mouvements de protestation, soit 21% environ de l’ensemble des manifestations que le pays a connues au cours du mois de février, suivi du gouvernorat de Tunis avec 158 manifestations, Kasserine et Kairouan (143 manifestations pour chacun d’entre eux), et Tataouine, qui a connu le retour des mouvements de la coordination d’El Kamour (75 manifestations).

Selon les résultats du rapport, le sit-in constitue la forme prédominante de protestation avec 925 jours de sit-in, soit 9,74% du nombre total des formes de protestation enregistrées.

13 actes de suicide et tentatives de suicide en février 2021

13 actes de suicide et tentatives de suicide ont été recensés au cours de février 2021 dont 10 masculins, a révélé le Forum Tunisien pour les Droits Economiques et Sociaux (FTDES).

Le groupe d’âge 26 à 35 ans a été le plus concerné par les cas de suicide et tentatives de suicide au cours de février 2021, suivi du groupe des 46 à 60 ans sachant que ce phénomène n’épargne aucune tranche d’âge, y compris les moins de 15 ans et les plus de 60 ans, lit-on dans le même rapport.

Les gouvernorats de Tunis, Mahdia, Gafsa et Nabeul ont enregistré respectivement deux actes de suicide et de tentatives de suicide tandis que les gouvernorats de Jendouba, Le Kef, Medenine, Siliana et Sousse ont connu, chacun, un seul cas de suicide ou de tentative de suicide, apprend-on de même source.

Les migrants encore plus nombreux

Le nombre d’arrivées sur les côtes italiennes a augmenté au cours du mois de Février 2021, pour atteindre 638 migrants, contre seulement 26 migrants au cours de la même période de l’année 2020 soit une augmentation de plus de 23 fois.

Cette hausse est due à la frustration parmi les groupes participants à la migration non réglementaire, en particulier après l’augmentation des manifestations sociales au cours du mois de janvier 2021 à laquelle le gouvernement a fait face avec une forte répression policière et des centaines d’arrestation, explique le FTDES.

Cette tendance  a été marquée par le retour de la migration familiale après son absence au cours du mois de janvier dernier puisque environ 15 familles sont arrivées, selon les estimations préliminaires et les témoignages d’organisations locales sur l’Ile Lampédusa, sans prendre en considération le nombre des familles qui ont été interceptées en raison du manque de données détaillées sur les interceptions effectuées par les autorités tunisiennes.

« L’augmentation de nombreux facteurs économiques, sociaux, familiaux et personnels qui contribuent à construire le projet de migration parmi de nombreux groupes de familles tunisiennes, en particulier les jeunes familles, (familles avec enfants mineurs) peut présager une tendance à la hausse des opérations de migration non réglementaires au cours de la prochaine période », a-t-il signalé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,432SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles