Immobilier : Il y aurait péril en la demeure !

Immobilier : Il y aurait péril en la demeure !

par -

Ceux qui misaient sur une baisse ou même sur une stabilité des prix de l’immobilier déchantent. Tout ou presque devient de plus en plus cher et d’abord les terrains à usage d’habitation, les appartements, les maisons, sans parler des villas. L’Indice des prix de l’immobilier que vient de publier l’INS est tombé comme un coup de massue pour ceux à la recherche d’un toit alors que le pouvoir d’achat fond comme neige au soleil et que les promoteurs immobiliers s’échinent à trouver acquéreur.

Les prix des appartements ont négocié une envolée de 10,8%, en moyenne annuelle, durant les cinq dernières années (2013-2017), alors que ceux des maisons, guère en reste, ont grimpé presque d’autant (10,6%) et les terrains à usage d’habitation de 7,4%. Résultat des courses (d’obstacles), l’Indice des Prix de l’Immobilier (IPIM) a enregistré, au cours du 2ème trimestre 2018, une hausse de 6,5%, par rapport au premier trimestre 2018. En cause, le renchérissement des appartements de 13,9%, des maisons de 6,5% et des prix des terrains à usage d’habitation de 2,7%.

En glissement annuel, l’IPIM a affiché un accroissement de 4%, durant la même période, dû au renchérissement des terrains à usage d’habitation (+7%) et des appartements (+1,9%), contre une baisse des prix des maisons de 2,9%. En glissement annuel aussi, le volume des transactions immobilières a baissé de 4% , un repli expliqué essentiellement par la baisse du volume des transactions sur les appartements (-16,5%), les maisons (- 2,7%) et les terrains à usage d’habitation (-1%).

La quadrature du cercle

La règle générale enseigne que si les prix montent, c’est qu’il y a pénurie. Trop de demandeurs et trop peu de vendeurs. Pourtant, ce ne semble pas être le cas en Tunisie où l’offre est abondante et les acheteurs de plus en plus rares, notamment parmi la classe moyenne dont le pouvoir d’achat est largement mis à mal par une inflation galopante, aggravée par un durcissement et un renchérissement du crédit. Les banques traînent les pieds, et la Banque centrale n’a de cesse de relever son taux directeur, plaçant les acquéreurs potentiels dans une sorte de quadrature du cercle.

On a trop glosé sur le projet « Premier logement » qui a fait jaser dans les chaumières sans répondre aux attentes qu’il s’agisse des acheteurs, jeunes pour la plupart, portés par la décohabitation, ou des constructeurs, ces derniers se plaignant à cet égard comme autre part de la « chute considérable » des ventes en raison de la cherté du logement, affecté par le coût élevé et la poursuite de l’imposition de la taxe sur la valeur ajoutée de 13% aux clients depuis le début de cette année. A un point tel que le président de leur chambre syndicale a mis en garde contre l’incapacité de ses ouailles de payer leurs dettes contractées auprès des banques (autour de 5,2 milliards de dinars) si le rythme des ventes de l’immobilier baisse davantage à cause de l’augmentation des prix des logements.

L’immobilier en « état d’agonie » !

Les tourments du secteur viennent de la taxe sur la valeur ajoutée de 13% imposée aux citoyens par la loi de finances pour l’année 2018 qui a dégradé le pouvoir d’achat des clients, a-t-il expliqué, appelant le gouvernement à présenter de nouvelles incitations pour l’acquisition de nouveaux logements. Tout en soulignant que la proposition du gouvernement visant à augmenter la taxe sur la valeur ajoutée à 19% d’ici 2020 «  fera entrer le secteur immobilier dans un état d’agonie », il a proposé de réduire la taxe sur la valeur ajoutée de 13% à 7%, afin de freiner la hausse des prix de l’immobilier, de renforcer le pouvoir d’achat des citoyens et de stimuler l’économie.

On ne peut pas s’empêcher d’y voir des mesures ponctuelles alors que l’essentiel loge dans une vraie stratégie de l’habitat pouvant créer un « choc d’offre » qui entraînera immanquablement une baisse des prix de l’immobilier. Il s’agit en somme de faciliter autant que possible la construction pour faire baisser les prix, ce qui, in fine, permettra de loger plus de monde.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire