AccueilLa UNEInvestissement déclaré : La dichotomie  industrie-services  encore bancale

Investissement déclaré : La dichotomie  industrie-services  encore bancale

L’industrie et le services, deux secteurs qui  ont toujours cultivé la vocation en Tunisie d’attirer les investissements  qu’ils soient locaux ou extérieurs. C’est à leur aune qu’est jugée la pertinence d’autres paramètres, singulièrement l’emploi et les exportations. Si pour les services, la tendance est sur une courbe ascendante, il est  clair qu’il est en est autrement pour l’investissement industriel, surtout manufacturier.

En témoigne, le  dernier bulletin de conjoncture publié  par l’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII), qui annonce  que les investissements déclarés dans les activités de services ont enregistré une augmentation de 4,8%, à 568,2 MD (millions de dinars) au cours du 1e semestre de 2022, par rapport à la même période de l’année dernière.

Les intentions d’investissements dans les activités de services totalement exportateurs, ont enregistré une hausse de 144,6%, avec un montant 42,8 MD.

Les investissements à participation étrangère déclarés dans les activités de services qui ne représentent que 10% du total des investissements déclarés, ont progressé de 96,5%, à 56,4 MD.

Le nombre des projets à participation étrangère s’est aussi, accrue de 38,5%, à 615, au 1e semestre 2022. Idem, les emplois à créer, ont connu une hausse de 44,9%.

Il est à signaler que, les déclarations tunisiennes d’investissements dans les services, ont connu une augmentation de 13,5% au niveau du nombre de projets, et des baisses respectives de 0,4% en termes d’investissement et de 4,5% au niveau des emplois à créer.

Au niveau des services connexes à l’industrie, l’investissement déclaré qui représente 35,4% de l’investissement total déclaré dans les activités de service, a enregistré une augmentation de 16,8%, à 201,4 MD durant la même période de l’année 2022.

Par ailleurs, il est à noter que le nombre de projets connexes à l’industrie a augmenté de 14,6%, à 3061 projets. Le nombre des emplois y afférents a cru de 15,9%, à 8462 postes.

Le textile et le cuir émergent du lot

Dans le secteur industriel, en revanche, Le nombre de projets déclarés  a atteint 1535 lors des six premiers mois de l’année 2022 contre 1730 projets durant la même période de l’année 2021, soit une baisse de 11,3%, d’après la même source.

Ces projets permettront, une fois réalisés, la création de 23495 postes d’emplois, contre 23331 postes d’emplois lors des six premiers mois de l’année 2021, soit une augmentation de 0,7%.

En général, l’investissement déclaré dans le secteur industriel a atteint 1041,7 MD, contre 1310.8MD, lors des six premiers mois de l’année 2021, enregistrant ainsi une baisse de 20,5 %,

Par secteur, des augmentations aux niveaux des investissements déclarés dans les secteurs des industries du textile et de l’habillement (+55,4%) et des industries du cuir et de la chaussure (+63,2%) ont été enregistrées durant le premier semestre de 2022.

Par contre, les investissements déclarés dans les autres secteurs ont enregistré des diminutions par rapport à la même période de l’année 2022. Ces baisses concernent les industries agroalimentaires (-20,2%), les industries des matériaux de construction, de la céramique et du verre (-48,5%), les industries mécaniques et électroniques (-10,9%), les industries chimiques (-64,6%) et les industries diverses (-23,6%).

Toujours selon l’APII, 54% des investissements déclarés durant les six premiers mois 2022 sont exécutés dans le cadre d’extension et de renouvellement de matériel.

Les investissements déclarés dans le cadre des projets de création sont passés de 549,4 MD durant les six premiers mois 2021 à 484,0 MD lors des six premiers mois de l’année 2022, enregistrant ainsi une baisse de 11,9%.

L’offshore décroche

Par régime, les investissements déclarés dans les industries totalement exportatrices ont enregistré une baisse de 27,5% passant de 574,5 MD à 416,4 MD pendant les six premiers mois de l’année 2022. Idem, les industries dont la production est orientée vers le marché local ont enregistré une baisse de 15,1%, en passant de 736,4 MD à 625,3 MD lors des six premiers mois de l’année 2022.

Ainsi, 60% des investissements déclarés lors des six premiers mois de l’année 2022 sont pour des projets non totalement exportateurs.

« La diminution des investissements déclarés dans les industries totalement exportatrices est due essentiellement aux secteurs des industries agroalimentaires, des industries mécaniques et électroniques et des industries chimiques », explique l’APII.

Les investissements industriels à 100% étrangers et en partenariat sont passés de 582,3 MD durant les six premiers mois de l’année 2021 à 356,1 MD durant la même période de l’année 2022, enregistrant ainsi une baisse de 38,8%. Cette baisse résulte aussi bien de la baisse de 28,6% des investissements 100% étrangers que de la diminution de 58,7% enregistrée au niveau de l’investissement de partenariat.

Les six premiers mois de l’année 2022 ont été caractérisé, selon l’APII, par une baisse de 32,5% au niveau de l’investissement déclaré dans les zones de développement régional avec 474,0 MD contre 702,2 MD durant la même période de l’année 2021.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,018SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -