23 C
Tunisie
samedi 26 septembre 2020
Accueil Actualités Je serai le premier à m'incliner devant les choix de l'UGTT et...

Je serai le premier à m’incliner devant les choix de l’UGTT et la volonté de ses structures

Le démarrage des travaux du Conseil national ordinaire de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), tenu lundi à Hammamet, a coïncidé, avec un rassemblement protestataire d’un certain nombre de syndicalistes (la coordination des « forces syndicales démocratiques), qui se sont opposés à l’amendement de l’article 20 du statut de l’UGTT ou à la tenue d’un congrès extraordinaire pour l’approbation de cet amendement, qui permettra de prolonger le mandat parlementaire du bureau exécutif de la centrale syndicale, pour plus de deux mandats.

Dans une déclaration à la TAP en marge des travaux du Conseil qui se poursuit jusqu’au 26 août courant avec la participation d’environ 600 membres parmi les secrétaires généraux des unions régionales et locales, le secrétaire général de l’UGTT, Noureddine Taboubi, a indiqué que « les protestataires qui se sont rassemblés devant le siège du Conseil, ne sont pas représentatifs des structures élues de l’UGTT », ajoutant que ceux qui représentent ces institutions, prennent part aux travaux du Conseil, deuxième autorité après celle du Congrès », a-t-il rappelé.

Concernant l’amendement de l’article 20 du statut de l’UGTT, Taboubi a expliqué: « Nous avons convoqué le conseil national pour évaluer et examiner plusieurs points à l’ordre du jour, notamment la situation et les ressources financières de l’UGTT, l’indépendance des décisions syndicales, les questions liées à la situation sociale et aux priorités de la lutte syndicale, ainsi que le traitement de la question politique », soulignant que « l’article 20 n’est qu’un point parmi tant d’axes à haute priorité ».
Et Taboubi d’ajouter: « Le Conseil national n’est pas habilité à réviser les lois et ne peut que faire appel à l’autorité supérieure (le Congrès) pour lui présenter des propositions ou des recommandations ».

Il a souligné à cet effet que le Conseil a compétence de délibérer sur n’importe quelle question et de prendre les décisions qu’il juge adéquates pour son organisation à condition qu’elles soient conformes aux décisions de ses structures.
« Je serais le premier à m’incliner devant les choix de l’UGTT et la volonté de ses structures », a affirmé Taboubi, qualifiant les accusations portées contre les membres du bureau exécutif ou le Conseil national de l’UGTT de « fallacieuses ».
Et d’ajouter: « Quiconque voudrait contester les idées et les orientations générales de l’UGTT doit se diriger vers ses institutions et se conformer à ses décisions ».
« Ceux qui ont perdu leurs positions au sein de l’UGTT et font l’objet d’une décision disciplinaire pour cause de transgressions, n’ont pas le droit de venir protester ni d’accuser les membres et structures élus » a-t-il ajouté.

Evoquant la convocation du Conseil national, le Secrétaire général de l’UGTT a indiqué que cette réunion se déroule à une période délicate et assez sensible. « C’est l’occasion de faire le bilan d’une étape révolue et de tracer les contours de ce qui reste de la prochaine étape avant le 24 ème Congrès, d’autant que la Centrale syndicale, a-t-il précisé, ne peut se mouvoir à l’écart de son environnement politique, économique et social national et régional ».

Au sujet du nouveau gouvernement, Taboubi a indiqué que ce dernier est en devoir de répondre aux attentes et revendications sociales tout en faisant montre de réalisme et d’honnêteté envers le peuple, en tirant les leçons des expériences passées et en se tournant vers l’avenir.

Revenant sur une déclaration précédente où il avait affirmé que « l’UGTT gardera l’impartialité vis-à-vis de tous les partis », Taboubi a expliqué « Certes nous ne serons pas à égale distance de tous les partis, et comment pouvons-nous l’être avec certaines parties qui attaquent l’organisation syndicale, insultent ses dirigeants et les diabolisent, alors qu’avec d’autres nous partageons les mêmes idées et les mêmes objectifs de défendre les revendications sociales ».
« L’ère de la neutralité est révolue, je me considère comme étant un secrétaire général d’un genre particulier, je dis ce qui doit être dit sans aucune crainte concernant ce point bien précis », a-t-il conclu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

104,647FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,307SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles