La BCT serait la 1ère à lancer une monnaie numérique

La BCT serait la 1ère à lancer une monnaie numérique

par -

La Banque centrale de Tunisie serait la première à lancer une monnaie numérique. Le ” E-dinar ” a été officiellement lancé sous forme de test au Forex Club de Tunisie, avec un transfert symbolique d’un dinar entre le gouverneur de la BCT et un représentant du Fonds monétaire international (FMI), rapporte l’agence de presse russe TASS.

Le fournisseur de technologie et la plate-forme sous-jacente, Universa, basée en Russie, affirme que cela signifie que la Tunisie est le premier pays à émettre une monnaie numérique de banque centrale (CBDC). En effet, elle est la première à annoncer qu’une partie de son capital a été convertie à la forme électronique. En revanche, le Petro vénézuélien est considéré par beaucoup comme une monnaie cryptographique.

Le site spécialisé en la matière « Ledger Insights » souligne que les e-dinars sont maintenant disponibles pour les transferts entre citoyens, avec des commerces, des cafés et des restaurants prévus pour accepter la monnaie dans plusieurs mois. L’Institut d’émission prévoit également de l’utiliser pour les paiements transfrontaliers, contournant ainsi le besoin de dollars américains.

La CBDC sera distribuée aux consommateurs en ligne et par l’entremise de deux mille kiosques qui seront installés en Tunisie. Ils peuvent y ajouter des fonds à leur portefeuille numérique par le biais d’une application de navigation ou, à l’avenir, d’une application mobile. Les transferts sont effectués entre les personnes et les entreprises en scannant un code QR.

La chaîne de blocage Universa

Le PDG d’Universa, Alexander Borodich, prend soin de faire la distinction entre la CBDC et la crypto-monnaie. C’est ce que signifie l’utilisation de la chaîne de blocage par sa société. “Les billets de banque électroniques ne peuvent pas être contrefaits – chacun de ces billets, comme la version papier, est protégé par cryptographie, il a, comme la contrepartie papier, ses propres filigranes numériques. Et la production d’un tel billet est 100 fois moins chère que le gaspillage d’encre, de papier, d’électricité pour la presse à imprimer.”

Universa a commencé à travailler sur la plateforme E-dinar Blockchain il y a environ un an. Bien que l’entreprise reçoive un pourcentage de chaque transaction sur le système, elle n’a pas accès à des clés de chiffrement ou à l’autorisation de consulter les dossiers. Elle protège en outre la souveraineté de la Tunisie en travaillant par l’intermédiaire de la société Universa Hub Africa.

L’entreprise affirme que cela la sépare de SWIFT, qui peut couper son protocole de paiement pour les différents pays et les déconnecter effectivement de la sphère des paiements. Au lieu de cela, la banque centrale est le seul organe de surveillance du système.

Peut-être le premier, mais pas le dernier

Selon Chipin, PwC, conseiller numérique en chef du FMI, Hervé Tourpe, membre du conseil d’administration d’Amen Bank, Néji Ghandri, et des responsables marocains, algériens et mauritaniens ont également assisté à la présentation du Club Forex r. Ces autres pays du Maghreb peuvent se joindre au projet à l’avenir pour les paiements internationaux.

Universa affirme que la Tunisie pourrait bientôt être suivie par la Malaisie, les Philippines, l’Argentine, le Brésil et la Chine dans l’émission des CBDC. En effet, un responsable chinois des opérations de change, et beaucoup d’autres, pensaient que son pays serait le premier. De plus, Singapour, la Thaïlande et le Canada ont fait des progrès dans la recherche sur la monnaie numérique.

Traduction AM

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire