17 C
Tunisie
lundi 28 septembre 2020
Accueil Afrique La Chambre africaine de l'énergie appelle la BEAC à assouplir son règlement...

La Chambre africaine de l’énergie appelle la BEAC à assouplir son règlement sur les changes

La Chambre africaine (www.EnergyChamber.org) de l’énergie s’est associée aux acteurs de l’industrie pétrolière pour appeler la Banque des États d’Afrique Centrale (BEAC) à assouplir ses règles de contrôle des devises adoptées en juin 2019.

L’année dernière, la BEAC a introduit de nouvelles règles contrôlant les flux de devises en Afrique centrale dans le but de promouvoir la transparence financière et de garantir que les revenus pétroliers restent au sein des économies locales et des banques locales. Bien que la Chambre continue de soutenir une gestion et une distribution saines et transparentes des revenus de l’industrie pétrolière et gazière, ces règles spécifiques ont créé un environnement très peu attrayant pour les investisseurs étrangers qui cherchent à investir dans les États de l’Union CFA.

Les nouvelles règles stipulent notamment que tous les transferts de devises de plus de 1 680 $ doivent être approuvés par la banque et que tous les produits d’exportation supérieurs à 8 400 $ doivent être rapatriés en 150 jours sur un compte bancaire local. Malheureusement, ces contrôles entraînent des retards de transaction et empêchent les investisseurs étrangers de rapatrier les fruits de leur investissement, ce qui est une condition essentielle de toute juridiction attrayante. Avec de tels contrôles et règles en place, la CEMAC souffrira et deviendra moins attrayante pour les investisseurs crédibles.

S.E. Gabriel Mbaga Obiang Lima, ministre des Mines et des Hydrocarbures de Guinée équatoriale, avait rapidement réagi et qualifié les mesures de mortelles pour l’industrie pétrolière et gazière locale, déclarant qu’elles pouvaient détruire les économies et empêcher d’attirer des investissements. Les entrepreneurs locaux et régionaux en souffriront et le secteur pétrolier connaîtra une baisse des investissements.

Étant donné le scénario actuel de prix du pétrole historiquement bas et de pandémie de COVID-19, la Chambre appelle instamment la BEAC à écouter les voix et les préoccupations de l’industrie et à assouplir ces contrôles des devises pour maintenir l’attractivité de la région en tant que destination d’investissement.

 » Le règlement FX adopté en juin 2019 rend très difficile la concurrence et la création d’emplois pour nos entreprises et rend notre environnement commercial très peu attrayant pour les investisseurs étrangers. Compte tenu de l’aggravation des perspectives économiques de la région à la lumière du COVID-19, l’industrie a besoin d’une action urgente pour assouplir ces réglementations FX  », a déclaré S.E. Gabriel Mbaga Obiang Lima, ministre des Mines et des Hydrocarbures.

À la suite de la publication cette semaine de son Agenda du secteur de l’énergie africain, la Chambre estime que la réforme de l’environnement des affaires en Afrique devrait être une priorité pour tous les régulateurs et toutes les banques centrales, afin d’assurer une reprise économique rapide et de rendre le continent plus compétitif sur la scène mondiale.

L’appel à l’action de la Chambre africaine de l’énergie a été publié cette semaine et peut être téléchargé gratuitement sur www.EnergyChamber.org. Il détaille 10 mesures qui font partie d’un agenda du secteur de l’énergie africain afin de se remettre de la crise actuelle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

104,645FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,307SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles