AccueilLa UNELa Tunisie aspire à se doter de 5000 voitures électriques d’ici 2025

La Tunisie aspire à se doter de 5000 voitures électriques d’ici 2025

La Tunisie aspire à augmenter le nombre d’utilisateurs de voitures électriques à 5 mille d’ici 2025, contre 100 voitures actuellement, selon le directeur général de l’Agence nationale de contrôle de l’énergie Fethi Hanachi.
Dans une déclaration à African Manager, il a  indiqué que des travaux sont actuellement en cours pour mettre en place  les infrastructures nécessaires à  ce type de voitures, le comité technique chargé de la gestion du Fonds de transition énergétique ayant approuvé la contribution au financement de la concentration de 60 points de recharge dans les espaces publics et les grandes surfaces réparties sur l’ensemble du territoire de la République. La valeur du projet a été estimée à 1 million de dinars.
Hanachi a indiqué que la Tunisie a approuvé un certain nombre de mesures et pour encourager l’acquisition de voitures électriques, comme il a été approuvé au niveau de la loi de finances pour l’année 2022 de réduire de 50% le pourcentage de consommation sur les véhicules équipés d’un thermocouple et d’un moteur électrique (voitures de tourisme, voitures utilitaires) au lieu de 30%, et l’exonération des droits de douane dus sur les véhicules équipés d’un moteur électrique.
Par ailleurs, au niveau de la loi de finances pour l’année 2023, les droits de douane appliqués sur les chargeurs de véhicules électriques ont été réduits de 43% à 10% et la performance sur la valeur ajoutée réduite de 19 à 7%.
Les intrants non fabriqués localement pour les bicyclettes, tricycles et quads équipés d’un moteur à entraînement électrique ont également été exemptés des droits de douane afin d’encourager l’industrie locale.
Hanachi a souligné que le marché mondial comprend environ 20 millions de voitures électriques, soulignant que ce type de voiture composera  environ 60% de la flotte mondiale d’ici 2050.
Il a souligné que de nombreux constructeurs automobiles ont abandonné la fabrication de voitures ordinaires et que leur choix aujourd’hui est de fabriquer des voitures électriques.
Véhicules électriques dans le secteur public
Abdelahamid Kanouni Kahia, directeur de l’Agence nationale de contrôle de l’énergie chargée de la gestion de l’efficacité énergétique dans le domaine des transports, estime que la flotte de voitures administratives coûte chaque année à l’État d’importantes allocations financières, tandis que le démarrage du secteur public dans l’utilisation de voitures électriques contribuera à fournir des revenus financiers importants à la communauté nationale, expliquant que le gouvernement cherche à fournir 5 mille voitures d’ici 2025, dont environ mille voitures pour le parc étatique.
Il a parlé, dans la même déclaration à « African Manager », de l’expérience de l’Agence nationale de contrôle de l’énergie dans l’adoption de la voiture électrique, et a annoncé vendredi l’installation  d’une station de recharge à son siège, soulignant l’objectif dans la prochaine phase de réussir l’expérience du modèle et de la diffuser auprès des entreprises et institutions publiques et privées.
Il est à noter que la station de recharge, qui  vient d’être installée , co !nsiste en un ensemble d’équipements qui fournissent de l’énergie électrique sans dépendre du réseau électrique national et sans consommer aucun type de carburant.
La transition énergétique est une nécessité
Pour sa part, le directeur général de l’électricité et de la transition énergétique au ministère de l’Industrie, Belhassen Chiboub, a estimé que la transition énergétique n’est plus une option, mais  une nécessité, compte tenu de l’aggravation du déficit de la balance commerciale énergétique. Selon  les dernières données publiées par le ministère de l’Industrie, le déficit a augmenté de 5%, à fin juin 2023, pour atteindre 4262 millions de dinars contre 4056 millions de dinars, au cours de la même période de 2022.
Le taux de couverture des importations pour les exportations n’a pas dépassé 30%, à fin juin 2023, contre 38% en 2022.
La valeur des exportations de produits énergétiques a diminué de 28% et les importations de 8%, en particulier au niveau des importations de pétrole brut, dont la valeur a diminué de 46%, à la fin du mois de juin 2023.
Il a souligné une légère augmentation du pourcentage d’indépendance énergétique (le  taux de couverture des ressources disponibles pour la demande totale) pour se stabiliser à moins de 52%, i fin juin 2023, contre 51%, au cours de la même période de 2022.
La Tunisie vise à augmenter sa part des énergies renouvelables dans la production d’électricité à 24% d’ici 2025, contre 3% actuellement.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,135SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -