La Tunisie émettrait des obligations Bitcoin !

La Tunisie émettrait des obligations Bitcoin !

par -

La Tunisie et l’Afghanistan, engagés dans le redressement de leurs économies en difficulté, ont décidé d’émettre des obligations Bitcoin. Les représentants des deux pays en ont fait l’annonce lors des réunions du printemps du conseil des gouverneurs du FMI et de la Banque mondiale, tenues à Washington du 8 au 14 avril courant, affirme le site spécialisé « BlockPublisher ».

Ces réunions, qui ont lieu chaque printemps, groupent des ministres des Finances, des personnalités gouvernementales, des économistes, des dirigeants du secteur privé et d’autres représentants de la fonction publique afin de discuter de questions économiques présentant un intérêt mondial.

Le gouverneur de la Banque centrale de Tunisie, Marouane El Abbasi, a manifesté son intérêt pour l’émission d’un emprunt Bitcoin. Cité par la même source, il a ajouté que la Tunisie avait créé un groupe de travail pour ce projet et que plusieurs études étaient en cours sur l’émission de l’obligation. La Tunisie a été l’un des premiers pays du monde à émettre une monnaie électronique. La start-up tunisienne DigitUS Tech a développé un système hébergeant la première monnaie électronique du pays, l’e-dinar.

Evoquant les avantages de l’utilisation du Bitcoin pour renforcer ces obligations, le gouverneur de la BCT a souligné que « le Bitcoin dote les banques centrales d’un outil efficace pour lutter contre le blanchiment d’argent, gérer les envois de fonds, lutter contre le terrorisme transfrontalier et limiter les économies grises »

Pour sa part, le gouverneur de la banque centrale afghane, Khalil Sadiq a déclaré que son gouvernement envisageait d’émettre des obligations crypto-souveraines en utilisant la technologie blockchain afin de collecter environ 6 milliards de dollars pour financer les secteurs en pleine expansion de l’exploitation minière, de l’agriculture et de l’énergie…

D’autres pays sur les rangs

L’Afghanistan et la Tunisie ne sont pas les seuls pays à avoir parlé d’émission d’obligations Bitcoin pour collecter des fonds et soutenir l’économie. L’Ouzbékistan y était également intéressé. Le gouvernement ouzbek a envoyé des représentants de haut niveau de la banque ouzbèke pour étudier le Bitcoin et la Blockchain, ainsi que les moyens par lesquels le pays peut contracter un emprunt Bitcoin.

Les gouvernements du monde entier émettent des obligations afin de collecter des fonds pour des projets spécifiques ou des problèmes quotidiens du pays, souligne BlockPublisher. La pratique existe depuis un certain temps, les pays émettent une obligation sur le marché libre, cette obligation étant un titre de créance, ce qui signifie que quiconque achète l’obligation que le gouvernement leur doit et leur verse des intérêts. L’achat d’obligations émises par le gouvernement est considéré comme l’un des investissements les plus sûrs, affirme le site. Cependant, les obligations émises par des sociétés dont les économies sont faibles sont associées à des risques. BlockPublisher a annoncé précédemment que Tim Draper, un capital-risque américain bien connu, avait conseillé à Mauricio Macri, président de l’Argentine, de remplacer le peso argentin par du Bitcoin.

L’Autriche aussi

Ce n’est pas la première fois qu’un pays lance l’idée d’émettre des obligations cryptées. L’année dernière, en septembre, la Banque centrale autrichienne avait émis 1,15 milliard d’euros d’obligations souveraines au moyen de la chaîne publique Ethereum. Le directeur général du Trésor autrichien, Markus Stix, a déclaré à propos de la Blockchain, qu’elle renforce la sécurité du processus d’émission d’obligations.

Cette sécurité accrue contribue à obtenir un niveau élevé de confiance dans le processus de vente aux enchères d’obligations d’État autrichiennes et renforce la réputation de l’Autriche sur le marché, ce qui, indirectement, peut également contribuer à des coûts de financement favorables, affirme BlockPublisher.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire