AccueilLa UNELa Tunisie espère un accord avec le FMI d'ici la fin de...

La Tunisie espère un accord avec le FMI d’ici la fin de l’année, la restructuration n’est « même pas à l’ordre du jour »

Peu de jours après que le président tunisien Kais Saied a annoncé ses décisions suspendant le parlement et renforçant son pouvoir exécutif, des sources affirment que les investisseurs n’ont guère de raisons de s’inquiéter alors que les pourparlers  avec le Fonds monétaire international  continuent de progresser. La saga politique, que certains qualifient d’ « iundispensable », n’aura pas d’impact sur la capacité de la Tunisie à assurer le service de sa dette,  selon GlobalCapital, la  principale source d’information sur les marchés financiers internationaux.

- Publicité-

Ces décisions ont suscité une réaction modérément volatile de la part des investisseurs. Les obligations tunisiennes 5,75% janvier 2025 ont chuté de près de cinq points lundi matin pour se négocier à un peu moins de 85. Dans les jours qui ont suivi, les obligations ont récupéré certaines pertes.

Bien que les acteurs du marché soient encore divisés sur les perspectives de la situation politique et, par la suite, économique de la Tunisie, des sources proches de la Banque centrale et du gouvernement tunisiens, citées par GloibalCapital s’efforcent de dissiper toute inquiétude.

« Nous savons que pour les investisseurs, la principale préoccupation est la situation politique », a déclaré une source proche de la BCT. « Mais dans les prochains jours, la Tunisie sera en mesure de montrer un cadre politique plus clair et une capacité à exécuter et à remplir ses engagements envers son peuple et ses investisseurs. Nous pensons que cela sera très positif pour le marché et pour les rendements.

« Il y avait un consensus sur le fait que la Tunisie avait besoin d’un choc pour le système, et ce choc a eu lieu le 25 juillet. Toutes les institutions, y compris les syndicats et la société civile, sont convaincues que la démocratie n’est pas mise en danger. Des discussions ont eu lieu avec les partenaires du FMI, de l’Europe et des pays arabes ; la situation politique est maintenant mieux connue et mieux comprise. »

Les sources ont fait allusion au fait que de nouvelles nominations politiques pourraient être révélées dans les jours qui viennent, ce qui apaiseraient les inquiétudes des investisseurs.

La saga politique a été déclenchée, selon certains, par les protestations liées à la baisse du niveau de vie et à la stagnation de la croissance économique.  L’année dernière, le déficit budgétaire s’est creusé, passant de 3,5 % en 2019 à 11,5 % du PIB. Dans le même temps, le ratio dette/PIB du pays a bondi de 15 points de pourcentage pour atteindre près de 90 %.

Ashmore, gestionnaire des placements dans les marchés émergents et en aux euro-obligations tunisiennes, a déclaré à GlobalCapital en début de semaine qu’obtenir une clarté sur la situation politique était nécessaire pour rassurer les investisseurs et sortir de la période d’instabilité.

« Jamais abordé ni discuté »

Les craintes de restructuration de la dette tournent en boucle sur le marché depuis des mois maintenant, Des sources en Tunisie rejettent énergiquement cette affirmation.

« Nous n’avons pas du tout de problèmes avec le service de notre dette – nous sommes dans une situation confortable », a déclaré une source proche de l’Institut d’émission . « Nous avons beaucoup de ressources importantes qui seront mobilisées par le trésor public dans les mois à venir. »

En juillet, les réserves de change de la Tunisie sont suffisantes pour couvrir 130 jours d’importations, n’ayant que légèrement baissé par rapport aux 160 jours d’importations du début de l’année.

Des sources ont déclaré que cette baisse était le résultat du règlement de sa dette.

La Tunisie a montré sa capacité à assurer le service de la dette au cours des dernières semaines et devrait le démontrer encore davantage dans les prochains jours.

Ce mois-ci, le gouvernement a remboursé une obligation de 506 millions de dollars qui avait été émise en juillet 2014 et qui avait été garantie par l’USAID, l’Agence américaine pour le développement international. Cette obligation, dont le prix était fixé à un coupon de 2,542 %, a été remboursée en totalité la semaine dernière.

Au cours de la première semaine d’août, elle remboursera une autre obligation de 500 millions de dollars, ont confirmé des sources à GlobalCapital.

La restructuration de la dette n’est pas discutée à la Banque centrale ou au gouvernement, selon les sources. L’idée n’est « même pas sur la table ».

« Nous ne discutons pas du tout de cette option – nous sommes déterminés à rembourser tous nos engagements et nous n’observons aucune pression sur nos règlements dans un avenir proche », a déclaré la source. « La Tunisie est fière d’avoir pu, ces dernières années, même en période d’incertitude politique, toujours honorer ses engagements en matière de dette envers les investisseurs et les institutions financières. C’est devenu une culture pour nous. »

Son stock de réserves est suffisant, disent-ils, pour lui permettre de traverser 2021 et même 2022.

Confiance dans le financement du FMI

Certains sur le marché ont déclaré que les décisions du 25 juillet, que les opposants politiques de Saied ont qualifiées de « coup d’État », était nécessaire pour donner le coup d’envoi d’une vague de changements en Tunisie, qui stimulerait la reprise économique.

« Ce changement était nécessaire – le récent gouvernement a montré qu’il était incompétent pour améliorer la situation économique du pays », a déclaré un banquier spécialisé dans les marchés de capitaux de dette. « En conséquence, la Tunisie a subi de nombreuses dégradations, ce qui a affecté sa position sur les marchés des capitaux. »

Actuellement, la Tunisie est notée B3/BB+/B- par les principales agences de notation.

Elle a été dégradée il y a quelques semaines par Fitch de B à B- pour refléter « des risques budgétaires et de liquidité externe accrus dans le contexte de nouveaux retards dans l’accord sur un nouveau programme avec le FMI ».

Mais ce qui devrait redonner confiance aux investisseurs, c’est  que les discussions avec le FMI sur un programme de financement de 4 milliards de dollars progressent, selon des sources impliquées dans les négociations.

« Nous sommes convaincus que nous aurons un accord avec le FMI avant la fin de l’année », a déclaré une source. « Le marché international n’est pas une priorité pour nous en 2021, mais le programme du FMI l’est.

« Nous n’aurons aucun problème à ce sujet. Nous avons également accès à des solutions de financement alternatives. Nous avons de bonnes relations avec la Banque mondiale et les institutions de financement multilatérales. »

Le gouvernement et la BCT discutent d’un certain nombre de points avec le Fonds, notamment la viabilité de la dette et l’endettement. Un autre facteur clé est le contrôle du budget salarial gonflé du gouvernement.

Des sources ont déclaré que des progrès étaient en cours pour atteindre ces objectifs.

L’objectif est que la Tunisie parvienne à un accord d’ici la fin de l’année, en vue de faire une annonce au début de 2022.

Plus tôt cette année, Capital Economics avait déclaré qu’une détérioration des finances publiques en raison de la pandémie et une capacité du gouvernement à instaurer une austérité fiscale rendait une restructuration de la dette en Tunisie « de plus en plus probable dans les années à venir ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,566SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles