AccueilLa UNELa Tunisie serait-elle à un jet de pierre du défaut de paiement?

La Tunisie serait-elle à un jet de pierre du défaut de paiement?

Les signes traditionnels de la crise de la dette, à savoir l’effondrement des monnaies, les écarts obligataires de 1 000 points de base et l’épuisement des réserves de change, montrent qu’un nombre record de pays en développement sont désormais en difficulté.

Le Liban, le Sri Lanka, la Russie, le Suriname et la Zambie sont déjà en défaut de paiement, le Belarus est au bord du gouffre et une douzaine d’autres pays au moins dont la Tunisie seraient  dans la zone de danger, la hausse des coûts d’emprunt, de l’inflation et de la dette faisant craindre un effondrement économique.

Le calcul du coût total donne des  frayeurs. En utilisant des spreads obligataires de 1 000 points de base comme seuil de douleur, les analystes calculent que 400 milliards de dollars de dette sont en jeu. L’Argentine est de loin le pays le plus endetté, avec plus de 150 milliards de dollars, tandis que  l’Équateur et l’Égypte suivent avec respectivement   40 à 45 milliards de dollars.

Les vétérans de la crise espèrent que beaucoup d’entre eux pourront encore éviter le défaut de paiement, surtout si les marchés mondiaux se calment et que le FMI leur apporte son soutien, mais ce sont les pays à risque.

L’Afrique compte un grand nombre de pays qui font appel au FMI, mais la Tunisie semble être l’un des pays les plus menacés, souligne Morgan Stanley .

Un déficit budgétaire de près de 10 %, l’une des masses salariales du secteur public les plus élevées au monde et la crainte que l’obtention, ou du moins le respect, d’un programme du FMI ne soit difficile en raison de la volonté du président Kais Saied de renforcer son emprise sur le pouvoir et du syndicat puissant et récalcitrant du pays.

Les écarts de taux des obligations tunisiennes – la prime que les investisseurs exigent pour acheter la dette plutôt que des obligations américaines – ont augmenté à plus de 2 800 points de base et, avec l’Ukraine et le Salvador, la Tunisie figure sur la liste des trois pays les plus susceptibles de faire défaut, selon  la banque d’investissement américaine  « Un accord avec le Fonds monétaire international devient impératif », a déclaré le gouverneur de la Banque centrale de Tunisie,  Marouane El Abassi.

Bloomberg enfonce le clou

L’agence américaine « Bloomberg » a été plus catégorique  en classant l’Égypte et la Tunisie parmi les pays qui pourraient faire défaut sur leur dette extérieure dans le contexte de la crise économique mondiale et des conséquences de la crise ukrainienne.

L’agence a déclaré qu’une mauvaise dette d’un quart de billion de dollars menace d’entraîner le monde en développement dans une série historique de défauts de paiement.

Elle a expliqué que le Sri Lanka a été le premier pays à cesser de payer ses détenteurs d’obligations cette année, accablé par les coûts exorbitants de la nourriture et du carburant qui ont alimenté les protestations et le chaos politique.

Dans son rapport, l’agence a indiqué que la dette extérieure de l’Égypte s’élève à environ 4 milliards de dollars arrivant à échéance en novembre 2022 et à 3 milliards de dollars supplémentaires arrivant à échéance en février 2023.

Le rapport montre que l’attention se porte actuellement sur le Salvador, le Ghana, l’Égypte, la Tunisie et le Pakistan, qui sont les pays les plus vulnérables au défaut de paiement.

Le rapport cite les avertissements de plusieurs économistes selon lesquels ces marchés vont s’effondrer compte tenu du coût élevé de l’assurance de la dette des marchés émergents contre le risque de défaut, qui a atteint le niveau le plus élevé depuis l’opération militaire russe en Ukraine.

Selon l’agence, alors que la guerre en Ukraine continue de faire pression sur les prix des matières premières, que les taux d’intérêt mondiaux augmentent et que le dollar américain se renforce, certains pays risquent de s’exposer à  une charge insupportable.

Le rapport indique que les crises des dernières décennies ont toujours montré que l’effondrement financier d’un gouvernement peut créer un « effet domino » connu sous le nom de contagion dans le langage des marchés, car des traders erratiques prennent de l’argent dans des pays ayant des problèmes économiques similaires, accélérant ainsi l’effondrement. de leurs économies.

Le distinguo  qui tempère

Le rapport de  Bloomberg ne porte pas sur les pays menacés de faillite, mais  évalue plutôt les pays en défaut de paiement, a  nuancé le président du Cercle des financiers, Abdelkader Boudriga, toute en concédant que  ce risque de défaut de paiement a augmenté  de 20% à 25%, à cause de la dégradation de la note souveraine de la Tunisie par les agences de notation Fitch Ratings et Moody’s.

Au demeurant, a-t-il fait observer sur Express fm, le rapport Bloomberg n’a rien apporté de nouveau. Néanmoins, il s’agit de la première fois que le groupe Bloomberg publie un rapport sur la situation économique et financière de la Tunisie. Ce qui est inquiétant, selon Boudriga, vu son impact sur le marché financier international.

L’expert financier a assuré que la Tunisie n’est pas en situation de faillite. Il reste qu’il est assez probable qu’elle ne puisse pas payer ses dettes à leur échéance. Ce qui n’a rien à voir avec la faillite, d’après lui.

Et d’ajouter que la situation financière et économique s’est dégradée depuis mai 2022, et que le déclassement de la Tunisie par les agences de notation augmentera ce risque de défaut de paiement pour une durée allant d’une année et demie à deux ans. Il a exprimé l’espoir que le  gouvernement agira le plus rapidement possible pour  sauver ce qui pourrait être sauvé et éviter le pire.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,001SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -