AccueilLa UNELe « Fassed » fait la politique, opacité et silence font l’économie

Le « Fassed » fait la politique, opacité et silence font l’économie

Comme à chaque crise politique, les magiciens d’Oz de la place de Tunisie sortent de leur bahut une vieille affaire. Réchauffée au feu brûlant des médias, c’est cette fois celle de Nabil Karoui. L’affaire est ensuite montée en boucles médiatiques et judiciaires successives et bien orchestrées. Elle est de suite prise en assaut par les blogueurs, particuliers, professionnels et de profession, et en devient vite une affaire d’opinion publique.

- Publicité-

Sans coup férir, les uns et les autres se l’approprient, à eux-mêmes ou à leurs politiciens préférés. En effet, tout en ressassant que la justice tunisienne est indépendante et confirme par l’affaire Nabil Karoui cette indépendance, des facebookistes l’attribuent à un Kais Saïed en mal de reconnaissance, à force de menaces restées lettres mortes, dans le domaine de la lutte contre la corruption et le « Fassed » en général. L’indépendance, un argument qui s’effrite pourtant dès qu’on essaie de le lier à une action, réelle ou fictive, de l’Exécutif.

–        Juste, la justice ?

D’autres l’attribuent à une justice tunisienne qui a beaucoup perdu de sa superbe depuis 2011, et dont l’image a été sérieusement écornée par le déballage médiatique né de la bataille des juges Béchir Akremi et Taïeb Rached, et plus encore par leur dernière grève, engagée sur fond de revendications matérielles non dites. Un argument qui s’effrite tout autant, dès qu’on émet le mandat de dépôt contre le propriétaire de Qalb Tounes, partenaire politique d’une Ennahdha, un parti islamiste toujours soupçonné d’avoir ses entrées et sorties auprès de la justice. Un mandat de dépôt, qui arrange les affaires de tout le monde, et donnera aux Tunisiens privés de fêtes du nouvel an, de quoi s’occuper dans un pays qui ne cesse, depuis 2015, de renouveler son Etat d’urgence.

Entretemps, force est de se demander si cette justice qui vient de remporter sa bataille contre le pouvoir exécutif sur lequel elle voudrait être alignée, notamment en matière de salaires et autres privilèges, fait bien son travail.

2020 finit, en effet, avec un nombre toujours indéterminé d’hommes d’affaires, depuis de longues années interdits de voyage et toujours pas définitivement accusés, ni décisivement innocentés. Des cas, comme celui de Lazhar Sta qui était allé demander la levée de son interdiction de voyager et qui n’est jamais réapparu, depuis. Mais aussi, celui des enfants de Belhassen Trabelsi, mis sur une liste internationale d’accusés recherchés alors qu’ils n’étaient que petits enfants. Et en face, des dizaines de « fichés S » toujours en liberté. Cela, sans compter les dizaines et dizaines d’autres affaires, criminelles, comme celle de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi, toujours pas élucidés. Ibn Khaldoun aurait dit que la justice est la colonne vertébrale de toute vie sociale. Force est pourtant de constater que cette colonne vertébrale reste sclérosée et pas toujours droite !

–        Une économie sinistrée, des finances catastrophées et un Exécutif qui se la coule douce

Ces mêmes Tunisiens, qui vivent cette fin d’année au rythme des décès du Covid-19, de l’affaire Karoui, des poubelles italiennes, des céréales contaminées et des Fakes d’autres personnalités, ne parleront pas ainsi de leurs salaires. Ils sont garantis par une loi de finances, qui ne durera pas plus de trois ou quatre mois. Ils ne parleront pas du budget de leur Etat, transformé en véritable gruyère par les accords d’augmentations salariales, et de régularisations salariales, que ne cesse de signer leur chef de gouvernement, sans aucun provisionnement de toutes les nouvelles dépenses qu’il engage pour un budget à crédits, et des crédits qu’il augmente par les dépenses signées, sans encore savoir où les mobiliser. Un budget qui, dès qu’il solutionne un problème pour 2020, en crée tout de suite un autre pour 2021, et où les deux constantes qui augmentent sont la dette et les salaires, et deux autres constantes à la baisse qui sont la production et la productivité.

3 Commentaires

  1. Une constante destruction de la Tunisie depuis l’indépendance : les tunisiens dans quelques années et pas dans très longtemps pleureront la décolonisation lorsqu’ils seront colonisés par les Turques pour le compte des anglo saxons, plions bagages mes frères avant l’arrivée des colons, une Turquie en faillite, transformée en un pays entier de mercenaires, dont nous avons le premier rejeton à la tête de notre soit disant parlement, le cheval de Troie anglo saxon, ils veulent faire de notre région ce qu’ils ont fait du Cambodge, sauve qui peut !, 25% de la population cambodgienne avait été exterminée, un auto génocide ! c’est ce qu’ils nous préparent avec nos imbéciles d’islamistes, le mouvement politique le plus bête de notre histoire, qui va mener le pays à sa perte, qui n’ont encore rien compris à l’affaire qui consiste à réduire à néant l’Algérie et la Libye et par conséquent la Tunisie !

  2. Oui, cher Khaled, Ibn Khaldoun a bien dit que « la Justice est le socle de la vie en société « العدل أساس العمران ». Mais quelle justice ? L’indépendante, la soumise ou qui balance avec deux mesures ?

  3. On ne peut pas faire des choses en arrière-plan en Tunisie ? « Nous c’est toujours tout en même temps et tout de suite » ? Depuis la chute de Benali c’est l’explosion des partis et des égos. Depuis, les constituants croyaient avoir tout l’éternité devant eux. Le succès d’Ennahdha aiguisé les appétits des islamistes malgré la sagesse de leur président et vice-président d’où leur incapacité à gouverner. Le grand âge de BKS ne lui a pas non plus permis d’imaginer, le président actuel conservateur de progrès semble dépassé par les egos des politiciens. IL est temps de faire intervenir un nouveau compromis impulsé par l’UGTT et les autres membres de la société civiles plus réalistes et somme toute plus soucieux de devenir immédiat des tunisiens fatigués par des promesses irréalistes et une inflation qui les apauvrit sans parler de l’Ouest qui attend lui depuis des décennies.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,576SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles