Le nouveau Gouverneur de la BCT tranquillise les milieux financiers internationaux sur...

Le nouveau Gouverneur de la BCT tranquillise les milieux financiers internationaux sur la capacité de la Tunisie à rembourser toute sa dette, en temps et en heure !

par -

Première sortie, vendredi 21 janvier 2011, de Mustapha Kamel Nabli, dans ses nouveaux habits de Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie qui profite, de prime abord, d’une question de l’un des journalistes pour baliser sa sphère de travail et confirmer l’indépendance de l’institution BCT du gouvernement et du politique en général.

 Actualité oblige, Mustapha Kamel Nabli commence sa première conférence de presse en parlant de cette question qui fait polémique sans en être vraiment une elle-même qu’était celle des réserves tunisiennes en or.

 Le tout nouveau Gouverneur de la BCT indique ainsi avoir demandé à deux équipes d’audit interne et des indépendants de faire le décompte des lingots et le pesage au gramme des quantités déposées dans les coffres. Il affirme ainsi que le poids est de 5,3 tonnes et qu’il n’a pas changé. «Une différence a cependant été observée entre 2009 et 2010 », indique le Gouverneur de la BCT qui tenait ainsi à être pointilleux dans l’information donnée. D’une année à l’autre, il aurait été retiré l’équivalent de 22,997 kg, quantité retirée de manière réglementaire et qui a servi à fabriquer les médailles commémoratives à l’occasion du 7 Novembre. M. K. Nabli a cité à l’appui de ses déclarations le rapport des deux Commissaires aux Comptes de la BCT ainsi que celui des auditeurs. Pour l’or tunisien qui se trouve en placement à l’étranger, le Gouverneur a précisé qu’il est de 1,397 tonne et cité, en confirmation de ce qu’il indique le Swift envoyé, ce jour, dans ce sens par la Banque d’Angleterre.

 Nabli a ensuite évoqué la situation du secteur bancaire tunisien et a annoncé qu’un administrateur provisoire venait d’être nommé à la tête de la Banque de Tunisie, anciennement dirigée par Alya Abdallah et où Belhassen Trabelsi détenant une forte participation. Le nouvel administrateur provisoire est Habib Ben Saad, un haut cadre financier qui dirigeait jusque-là la compagnie d’assurance Astree. Nabli annonce, par la même occasion, que la BCT qui avait un temps nommé Omar Najii en tant qu’administrateur provisoire à la tête de la Banque Zitouna de Sakher El Materi, vient de reconsidérer sa position et que « vu la relation étroite avec l’ancienne direction, il a été décidé de nommer Slaheddine Kanoun à la tête de Zitouna. Kanoun était jusque- là à la STB où il était en charge des opérations à l’international. Nabli n’a par ailleurs pas écarté d’autres mouvements dans le secteur bancaire. « Tout est possible dans le secteur bancaire pour traiter les problèmes de ce secteur, mais nous n’agirons pas dans la précipitation » a-t-il précisé.

 Nabli a par ailleurs indiqué que la BCT continue d’exercer son contrôle de l’activité bancaire qu’elle fournit en liquidité nécessaire. Questionné sur les problèmes de liquidité de plus d’une entreprise et si les banques allaient faire montre d’une certaine flexibilité pour aider l’entreprise à faire face à la crise, le nouveau Gouverneur de la BCT s’est gardé de confirmer , se bornant à indiquer que ce sujet fera l’objet de sa prochaine réunion, lundi prochain, avec les PDG des banques.

 Traitant enfin et avant de répondre aux salves des questions des journalistes, M.K. Nabli a assez longtemps évoqué les dernières dégradations des notations, notamment souveraines, de la Tunisie par les trois agences Fitch, Moody’s et Standard & Poor’s. Nabli en dira qu’elles sont « abusives » et que les agences n’ont pas véritablement compris le sens du «changement, malgré tout populaire, et où l’instabilité n’est pas négative ». Il a cependant insisté sur l’importance pour les Tunisiens de prendre conscience de l’importance de cette notation qui doit être vite améliorée par le retour au travail, le retour de l’investissement, de l’export et le redémarrage du tourisme.

 Et comme pour donner un gage de la capacité de l’économie tunisienne à dépasser les effets de la crise qu’elle vit, Nabli affirme et confirme la capacité de la Tunisie à honorer ses prochaines échéances de remboursement de la dette. «En Avril, ce sera 450 millions d’Euros et 15 milliards de Yen en septembre prochain », a-t-il indiqué, qui représenteront quelque 1120 MDT. En face, il y a d’abord les 12,6 milliards de réserves en devises dont dispose déjà la Tunisie, sans compter les ressources même du budget de l’Etat. Nabli n’a néanmoins pas nié que cette dégradation des notes des agences de rating affectera les capacités d’endettement extérieur de la Tunisie, annonçant par la même que la BCT a décidé de retarder sa prochaine sortie sur les marchés financier internationaux.

 Plusieurs fois questionné sur les possibles fortunes amassées ou emportées par la famille de l’ancien Chef de l’Etat déchu Ben Ali, Nabli ne fournira pourtant aucun détail, se limitant à dire que «l’ensemble des actifs et des passifs est très important. Le cerner demandera beaucoup de temps. J’ai demandé à l’inspection de voir s’il y a eu des mouvements de comptes. On attend la réponse ». Concernant l’engagement de certaines banques tunisiennes à financer la reprise de Tunisiana par Sakher El Materi actuellement en fuite, le Gouverneur de la BCT a indiqué que «le transfert de l’argent a été fait, mais les contreparties existent pour le remboursement de ces crédits ». Il a aussi précisé que Sakher El Materi n’a bénéficié d’aucune garantie de l’Etat tunisien pour ses crédits à l’étranger.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire