AccueilLa UNELe "rêve italien" brisé de Tunisiens arrivés sur la Péninsule!

Le « rêve italien » brisé de Tunisiens arrivés sur la Péninsule!

Il a suffi d’une virée dans le marché de Porta Palazzo à Turin pour qu’une Tunisienne de 27 ans, se rende compte que l’Italie n’avait pas des rues pavées d’or, comme le laissaient penser les images qu’elle avait vues, enfant, sur RAI 1, diffusée en Tunisie jusqu’au milieu des années 1990.

- Publicité-

« Pendant qu’ils démontaient les étals, j’ai vu un monsieur marocain ramasser la nourriture laissée par terre pour la ramener chez lui. J’étais choquée, car je ne pensais pas voir de telles scènes là-bas aussi », explique la jeune femme, originaire de Sfax, citée par la quotidien italien «Il Manifesto»

Cette expérience de 2016, lorsqu’elle a déménagé dans le Piémont pour un an avec une bourse d’études, n’aurait pas été aussi déstabilisante si elle avait déjà fait son cours d’études italiennes auparavant. L’année suivante, elle  a commencé à étudier la langue, la littérature et la civilisation italiennes à l’université La Manouba de Tunis, où elle a réalisé qu' »il y a des différences entre ce dont on rêve et ce qui existe réellement. »

Un autre immigré tunisien  a également dû revoir son idée de l’Italie. C’est un ancien étudiant du même département, aujourd’hui âgé de 30 ans, qui enseigne l’italien dans un lycée de Tunis. Il se souvient de son enfance, quand les Italiens de Sardaigne venaient acheter du corail à Tabarka, sa ville côtière du Nord-ouest de la Tunisie.

« Ils me donnaient l’idée d’un monde lointain, heureux, exotique, dont je ne comprenais presque rien, malgré le fait que mes cousins y avaient émigré », explique-t-il en accusant le manque de communication. « Je n’ai pu savoir que s’ils avaient obtenu des papiers, trouvé du travail ou acheté une voiture ».

Au fil des ans, il a appris à modérer l’exotisme de ses souvenirs d’adolescent de l’italianité : « Ce n’est qu’à l’université que j’ai compris sa dimension concrète », explique-t-il.

Par exemple, lorsqu’il étudiait la littérature comparée, il a analysé Scontro di civiltà per un ascensore a Piazza Vittorio, un roman de 2006 d’Amara Lakhous, un écrivain italien naturalisé d’origine algérienne. Les protagonistes de l’histoire, des personnes de différentes cultures vivant dans un immeuble à Rome, racontent chacun à la police leur version des faits concernant le meurtre d’un homme retrouvé mort dans l’ascenseur. Les différentes reconstitutions auxquelles chacun d’eux aboutit mettent en évidence leurs stéréotypes et leurs préjugés envers l’autre, qu’ils peinent à accepter.

« Je me suis rendu compte que la société italienne est complexe, parfois polarisée, pas toujours si différente de la société tunisienne, même si cette dernière est plus conservatrice », explique l’enseignant.

Une relation étroite

Le département universitaire de La Manouba est le seul du pays à proposer un master en études italiennes, et depuis 2016, il s’est associé à la Cattedra Sicilia, la première institution universitaire au monde à enseigner la langue et la culture siciliennes. « Je savais qu’il y avait beaucoup de Tunisiens en Italie, mais je ne savais pas que la relation entre les deux rives de la Méditerranée était si étroite », raconte-t-il .

Il a découvert que Mazara del Vallo, dans la région de Trapani, abrite la communauté tunisienne la plus identifiable d’Italie. Il sait maintenant que c’est un endroit où les Tunisiens qui s’installaient autrefois pour travailler dans la pêche ont échoué dans leur projet migratoire de faire fortune et de rentrer au pays. « Je comprends maintenant pourquoi à Mahdia – une ville côtière située à 200 km au sud-est de Tunis – il y a un quartier surnommé « Mazara », où se trouvent les maisons de ceux qui ont émigré en Italie. »

Ces immigrés et bien  d’autres comme eux ne sont pas nés de la dernière pluie. Ils ne viennent pas des régions les plus reculées de la Tunisie, ils connaissent l’internet et sont issus de familles à revenu moyen. Ils savent qu’aujourd’hui, pour de nombreux Tunisiens, l’Italie n’est qu’un pont pour atteindre d’autres destinations en Europe. Et ils ont aussi étudié l’italien au lycée, lorsqu’ils l’ont choisi comme troisième langue en avant-dernière année.

« C’est parce qu’elle est considérée comme facile, comme un français macaronique. En fait, il fascine beaucoup de jeunes », explique Mouin Camano, 25 ans, archiviste à l’Institut culturel Dante Alighieri de Tunis et étudiant diplômé en études italiennes à La Manouba. « Mais les jeunes manquent de réelles possibilités de comparaison, et tout ce qu’ils voient de l’Italie est le visage des professeurs qui leur enseignent la langue à l’école. »

« La perception que les Tunisiens ont de l’Italie est souvent plus correcte que celle que les Italiens ont de la Tunisie, y compris certains membres de la classe moyenne supérieure », explique Alfonso Campisi, professeur de philologie romane à l’université de La Manouba, à Trapani, et fondateur de la Cattedra Sicilia. « Parfois, une partie de notre propre intelligentsia a même comparé la Tunisie à un cadre de type libyen ».

Si, à La Manouba, les thèmes abordés en études italiennes ne sont pas principalement axés sur l’actualité, « les éclairages sur le présent sont vastes, et le cours sur la culture sicilienne, en particulier, est l’un des rares dans le monde académique local à offrir un instantané de la réalité actuelle en Italie. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,447SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles