AccueilLa UNELe SMIG et le SMAG changent de taux. Les voici !

Le SMIG et le SMAG changent de taux. Les voici !

Deux décrets gouvernementaux fixant le salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) dans les secteurs non agricoles régis par le code du travail et le salaire minimum agricole garanti (SMAG) viennent d’être publiés dans la dernière édition du journal officiel de la République tunisienne (JORT) datant du 05 janvier 2021. Les deux décrets prennent effet à partir du 1er octobre 2020

- Publicité-

Selon le décret gouvernemental n° 2020-1069 du 30 décembre 2020, le montant du salaire minimum interprofessionnel garanti pour les travailleurs des deux sexes âgés de 18 ans au moins est fixé à 429.312 dinars par mois pour les salariés du régime 48 heures par semaine et à 365.732 dinars, pour les travailleurs du régime 40 heures par semaine.

Pour les salariés payés à l’heure, le salaire est fixé à 2.064 dinars pour les travailleurs du régime de 48 heures par semaine et à 2.110 dinars pour les travailleurs du régime de 40 heures par semaine.

Le même décret stipule que les travailleurs rémunérés à la tâche, à la pièce ou au rendement et qui, en contrepartie du rendement normal, perçoivent un salaire égal au salaire minimum interprofessionnel garanti, bénéficient d’une majoration de salaire selon un montant leur permettant, en contrepartie du rendement normal, de percevoir le salaire minimum interprofessionnel garanti.

Il est également indiqué que les jeunes travailleurs âgés de moins de 18 ans ne peuvent en aucun cas percevoir un salaire inférieur à 85% de celui de l’adulte.

Une « prime de technicité » pour les travailleurs agricoles

Par ailleurs, le décret gouvernemental n° 2020-1070 du 30 décembre 2020 fixe le salaire minimum agricole garanti à 16.512 dinars par journée de travail effectif pour les travailleurs des deux sexes âgés de 18 ans au moins.

Aux termes du même texte, il est octroyé aux travailleurs agricoles spécialisés et qualifiés une prime dénommée « prime de technicité » dont le montant est uniformément fixé, quelle que soit l’ancienneté de l’ouvrier, à 880 millimes par journée pour les ouvriers spécialisés et à 1.656 millimes par journée pour les ouvriers qualifiés.

Cette prime s’ajoute au montant du salaire minimum agricole garanti, et ce pour chaque journée au cours de laquelle l’ouvrier accomplit un travail nécessitant une spécialisation ou une qualification.

Les travailleurs rémunérés à la tâche, à la pièce ou au rendement et qui, en contrepartie du rendement normal, perçoivent un salaire égal au salaire minimum agricole garanti, bénéficient d’une majoration de salaire selon un montant leur permettant, en contrepartie du rendement normal, de percevoir le salaire minimum agricole garanti, lit-on de même source.

1 COMMENTAIRE

  1. Force est de constater que nos responsables se soucient peu des retraités cadres du privé et de leur pouvoir d’achat.
    La dernière revalorisation de la valeur du point pour le décompte de la partie complémentaire de la pension remonte à 2014.
    De ce fait plusieurs anciens cadres du privé qui ont trimé fort durant toute leurs carrières se voient basculer peu à peu dans la précarité, voire le besoin.
    Il y a lieu de préciser que notre actuel ministre des affaires sociales n’est autre qu’un ancien syndicaliste.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,572SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles