AccueilLa UNELe système de santé mis à très rude épreuve en Tunisie

Le système de santé mis à très rude épreuve en Tunisie

La Tunisie est actuellement aux prises avec une pénurie d’oxygène alors que le pays est frappé par une troisième vague de coronavirus qui met à rude épreuve son  système de santé déjà très sollicité. Les unités de soins intensifs sont débordées, le nombre de patients dépassant largement le nombre de lits disponibles.

- Publicité-

Depuis la mi-avril, la moyenne des nouvelles contaminations  sur sept jours  se situe entre 1 500 et 2 000 cas quotidiens, et même ces chiffres sont considérés comme optimistes. Les variantes Alpha et Delta du COVID-19 – qui sont plus transmissibles et potentiellement plus dangereuses pour les jeunes patients – font  toutes deux des ravages.

« La situation est très préoccupante. Si l’on regarde les différents indicateurs, tous sont au rouge », a déclaré à Arab News Yves Souteyrand, représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en Tunisie.

Comme dans de nombreux autres pays, la dernière flambée a mis en danger tous les citoyens sans discrimination. La Tunisie a maintenant le plus grand nombre de décès par habitant en Afrique dus au COVID-19, et enregistre également l’un des taux d’infection les plus élevés du continent.

« La Tunisie est un pays qui enregistre le plus haut taux de mortalité dû au COVID-19 depuis le début sur le continent africain et dans le monde arabe, ce qui est un autre sujet de préoccupation », a déclaré  Souteyrand.

La semaine dernière, le ministère de la Santé a reconnu que la situation était catastrophique. « La situation actuelle est catastrophique. Le nombre de cas a augmenté de façon spectaculaire. Malheureusement, le système de santé s’est effondré », a déclaré sa porte-parole. Souteyrand est d’accord avec cette évaluation. « Nous avons un taux d’occupation très élevé pour les lits d’oxygène et les lits de soins intensifs. Dans certains gouvernorats, le taux d’occupation est de 100 % », a-t-il déclaré.

L’instabilité politique persistante de la Tunisie constitue un obstacle aux progrès dans la lutte contre la pandémie. Le pays a connu trois ministres de la Santé différents depuis le début de la pandémie. En septembre, la Tunisie s’est dotée de son troisième gouvernement en un peu moins d’un an – le neuvième depuis que les soulèvements du printemps arabe de 2011i.

Aide : Mise en place d’un pont aérien

La détérioration de la situation induite par le coronavirus a suscité un élan de soutien. La plupart des pays du CCG ont envoyé des aides médicales à la Tunisie, tandis que l’Égypte, l’Algérie et la Turquie sont en train de faire de même. Plus particulièrement, l’Arabie saoudite a envoyé un lot  d’aide comprenant 1 million de doses de vaccins COVID-19, 190 respirateurs artificiels, 319 réservoirs d’oxygène, 150 lits médicaux et 50 appareils de surveillance des signes vitaux avec chariots. À cela s’ajoutent des masques et des gants médicaux, des oxymètres de pouls, des pompes à médicaments intraveineux, des défibrillateurs, des laryngoscopes vidéo et des appareils ECG.

Aussi inquiétante que soit la situation tunisienne,  Souteyrand estime que plusieurs facteurs doivent être pris en compte lorsqu’on parle du pic de cas de COVID-19, comme les taux de dépistage et la propagation de la variante Delta.

« Bien sûr, l’augmentation est liée à l’énorme augmentation du nombre de tests. Il y a une augmentation de 62 % du nombre de tests en une semaine « , a-t-il déclaré à Arab News. Le taux de résultats positifs par rapport au nombre de tests est de près de 34 %, « ce qui est très élevé », a-t-il ajouté.

La variante Delta a été décrite comme une « variante préoccupante » par l’OMS, car elle est plus contagieuse et présente une plus grande résistance aux anticorps que les autres variantes du virus.

« La variante Delta se propage assez largement dans le pays. Il est probable que la poussée actuelle de l’épidémie soit liée à ce variant », a déclaré  Souteyrand. « Aujourd’hui, c’est une course entre le variant Delta et les mesures que nous pouvons mettre en œuvre pour avancer dans le contrôle de la pandémie. »

Selon Souteyrand, la transparence est également un facteur important. « Il est possible que la Tunisie soit plus transparente avec nous que d’autres pays. Il est possible que le nombre élevé soit également dû au fait que les décès sont bien signalés ici », a-t-il déclaré.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,458SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles