AccueilLa UNELe taux d’indépendance énergétique fond comme neige au soleil

Le taux d’indépendance énergétique fond comme neige au soleil

Le taux d’indépendance énergétique, qui désigne le ratio des ressources d’énergie primaire par la consommation primaire, s’est situé à 48% en 2023, contre 50% en 2022, selon le rapport mensuel sur la conjoncture énergétique du mois de décembre 2023, publié par l’Observatoire National de l’Energie et des Mines.

Alors que sans la comptabilisation de la redevance sur le gaz algérien, le taux d’indépendance énergétique se limiterait à 38% en 2023, contre 39% l’année précédente.
Les ressources d’énergie primaire se sont situées à 4,4 Mtep en 2023, enregistrant ainsi, une baisse par rapport à l’année précédente de 6%, en raison, principalement, de la diminution de la production nationale de pétrole brut et de gaz naturel.

En effet, ces ressources restent dominées par la production nationale de pétrole et de gaz qui participent tous les deux à hauteur de 73% de la totalité des ressources d’énergie primaire.

En comptabilisant la redevance, le bilan d’énergie primaire fait apparaître en 2023, un déficit de 4,7 Mtep enregistrant, ainsi, une légère diminution de 1% durant 2023, par rapport à 2022, suite au repli de la demande d’énergie primaire.

La structure de la demande d’énergie primaire n’a pas enregistré de changement. En effet, la part des produits pétroliers a enregistré une quasi-stabilité à 48 % entre 2022 et 2023. De même, la part du gaz naturel a enregistré une quasi-stabilité à 51 % durant la même période.

Le nombre total de permis d’hydrocarbures en cours de validité en 2023, est de 16 dont 14 permis de recherche et 2 permis de prospection. Le nombre total de concessions est de 56 dont 44 en production. L’Etat participe à travers l’ETAP dans 34 de ces concessions en production et directement dans 3 concessions en cours de validité.
Il convient de signaler qu’un nouveau permis de recherche « Boughrara», a été attribué en janvier 2023, alors que le permis de prospection d’hydrocarbures « El Ouaha » n’est plus valide depuis le 23 décembre 2023.

Le gaz entre production et demande

La demande totale de gaz naturel a enregistré une baisse de 3% entre 2022 et 2023, pour se situer à 4 706 kilotonnes d’équivalent pétrole (ktep), selon la même source, qui précise que le secteur de la production électrique reste, de loin, le plus grand consommateur de gaz naturel, représentant 72% de la demande totale en 2023. La production électrique est, en effet, basée à plus de 97%, sur le gaz naturel.

Pour les usages finaux (hors production électrique), la demande de gaz naturel a connu une diminution de 6% pour se situer à 1341 ktep. La demande des clients moyenne et basse pressions a enregistré une diminution de 2% et celle des clients haute pression a régressé de 16%.La baisse de la demande du secteur électrique est due à la disponibilité limitée en gaz naturel et ne reflète pas la demande du secteur électrique.
La consommation spécifique globale des moyens de production électrique (STEG+Producteurs indépendants d’électricité (IPP)) a enregistré une légère amélioration de 1% entre 2022 et 2023 pour se situer à 200 tonnes d’équivalent pétrole (tep)/ gigawattheure (GWh)
S’agissant des achats du gaz algérien, ils ont augmenté de 1%, entre 2022 et 2023, pour se situer à 2395 ktep.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,135SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -