AccueilLa UNELe tourisme toujours malade du Covid mais il se soigne!

Le tourisme toujours malade du Covid mais il se soigne!

De par sa vulnérabilité, le tourisme a ceci de particulier qu’il se prête  le plus  aux retombées de la crise du coronavirus. Y résistant bon an mal an,  le secteur est confronté à une situation sans précédent, où la pandémie est en train de porter un coup de grâce à une pléthore d’entreprises, fragilisées depuis 2011, d’ailleurs. De plus, la deuxième vague de la pandémie a eu un impact plus dur, dont l’objectif actuel du gouvernement est de préserver les emplois et l’investissement réalisés pendant 60 ans et de sauver le maximum, dans un délai d’une année.

- Publicité-

Les recettes touristiques cumulées ont baissé de près de 52%, à la date du 10 mai 2021, à 476 millions de dinars (MD), et ce par rapport à la même date de l’année dernière, selon les dernières statistiques publiées par la Banque Centrale de Tunisie (BCT).

Pour ce qui est des services de la dette extérieure cumulés, ils ont légèrement régressé de 2%, pour se situer au niveau de 2924 MD.

En revanche,  les revenus du travail cumulés ont augmenté de 14%, à 1946 MD, par rapport à la même période de l’année écoulée.

En ce qui concerne les avoirs nets en devises, ils se sont élevés, à la date du 17 mai 2021, à près de 20,8 milliards de dinars, soit en baisse de près de 900 MD, par rapport à la même date de 2020 (21,6 milliards de dinars).

La Tunisie n’est pas la seule à être logée à cette enseigne. Partout dans le monde, le secteur du tourisme a été totalement paralysé, avec une baisse de 70%, du nombre de touristes, au cours des huit premiers mois de 2020

Soutien euro-américain au tourisme tunisien

Les États-Unis et l’Union européenne se sont engagés à  voler  au secours de l’industrie du tourisme tunisien gravement touchée par la pandémie de covid-19 avec un investissement combiné évalué à plus de 100 millions d’euros, rapporte le site « North African Post ». Le soutien américain sera apporté à travers l’agence de développement, USAID, qui s’est engagée à mobiliser entre 30 et 50 millions de dollars pour le programme « Visit Tunisia » visant à promouvoir un « tourisme durable » pour les cinq prochaines années.

La contribution de l’UE, soutenue par l’agence allemande d’aide internationale GIZ, est estimée à environ 50,5 millions d’euros et sera allouée dans le cadre du programme « La Tunisie est notre destination » pour la période 2020-2024.

Le secteur  du tourisme tunisien, deuxième contributeur au produit intérieur brut (PIB) national, avec 14 % derrière le secteur agricole, a été durement touchée par la pandémie, qui a affecté l’industrie mondiale du voyage.

Le taux d’occupation des chambres d’hôtel, selon l’Office national du tourisme tunisien (ONTT), a chuté de 80 % au cours des dix premiers mois de 2020 par rapport à la même période l’année dernière.

Les revenus du tourisme, note le patron de l’ONTT, Mohamed Moez Belhassine, ont diminué de 62 % pour atteindre 1,2 milliard de dinars tunisiens, contre 4,8 milliards l’année dernière.

Dès le mois d’avril, les autorités s’attendaient à ce que le secteur du tourisme perde 1,4 milliard de dollars en termes de revenus à cause de la pandémie.

2020 aura été la pire année de l’histoire du tourisme !

Le tourisme mondial a enregistré en 2020 les plus mauvais résultats de son histoire, les arrivées internationales chutant de 74 % d’après les dernières données de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT).

En 2020, à l’échelle mondiale, les destinations ont reçu 1 milliard d’arrivées internationales en moins par rapport à l’année précédente, par suite d’un effondrement sans précédent de la demande et de l’instauration généralisée de restrictions sur les voyages.

En guise de comparaison, la crise économique mondiale de 2009 s’était traduite par une baisse de 4 %.D’après le dernier numéro du Baromètre OMT du tourisme mondial, cette mise à l’arrêt des voyages internationaux représente une perte de recettes d’exportation estimée à 1 300 milliards d’USD ,plus de 11 fois la perte enregistrée pendant la crise économique mondiale de 2009. La crise menace de 100 à 120 millions d’emplois directs dans le tourisme, dont beaucoup dans de petites et moyennes entreprises.

1 COMMENTAIRE

  1. tous les pays touristiques ont subi des lourdes pertes et la Tunisie ne fait pas exception à cause de la pandémie mondiale du covid-19 et ses variants pendant que certains pays concurrents comme l’Espagne ,le Portugal et la Grèce ont commencé à ouvrir leurs frontières aux touristes étrangers avec des conditions difficiles d’entrée et surtout ils ont mené une campagne massive de vaccination de leurs citoyens depuis janvier dernier pour obtenir un stade avancé de l’immunité collective moins de risque de contamination de leurs populations mais chez nous la vaccination a commencé tardivement à mi mars d’une façon modeste et au 18 mai nous avons 11971décès 823614 doses administrées et195507personnes complètement vaccinées soit 1,67 % de la population on doit atteindre le niveau du Maroc qui a au 18 mai 9105 décès 11349546 doses administrées et 4581385 citoyens complètement vaccinés soit 12,56 % de sa population il est bien préparé de recevoir les touristes en très grand nombre après un arrêt de plus de 15 mois. cette pandémie planétaire a ouvert les yeux des pays qui misent sur le tout tourisme de masse comme notre pays comme la crise économique et financière mondiale de 2008 n’a pas été une leçon pour les pays touristiques d’autant plus que notre tourisme a subi des gros préjudices après la révolution bénie de 2011 et des attentats terroristes des années noires il a fallu en 2019 que le tourisme reprend grâce au ministre tunisien de religion juif qui a réussi en 2019 à réaliser 10 millions de touristes et que certains partis politiques populistes ne veulent pas ses services parce qu’il est juif on ne change pas une équipe qui gagne depuis l’antiquité les juifs tunisiens même d’origine berbère vivent en parfaite entente avec leurs compatriotes musulmans il faut lire le livre statue de sel d’Albert Memmi juif tunisien professeur de philosophie dans les lycées tunisiens jusqu’à la fin des années 60 .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,560SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles