AccueilLa UNELe Tunisien Ahmed Ayoub Hafnaoui a bouleversé la planète natation. Même le...

Le Tunisien Ahmed Ayoub Hafnaoui a bouleversé la planète natation. Même le favori de l’épreuve ne tarit pas d’éloge sur lui!

C’est assurément l’exploit le plus retentissant de la natation tunisienne qui compte pourtant parmi ses champions Oussama Mellouli. Ahmed Ayoub Hafnaoui  a  réalisé plus que l’exploit de battre les meilleurs  de la spécialité dans le monde, et ce depuis 70 ans.

- Publicité-

« C’était du travail acharné », a-t-il  déclaré lorsqu’on lui a demandé comment s’est produite sa stupéfiante amélioration et sa victoire aux dernières mètres  sur le nageur australien du  Queensland,  Jack McLoughlin dans la finale du 400 m nage libre.

Le coéquipier de ce dernier, le numéro un mondial australien Elijah Winnington avait pris la course à bras le corps, forçant le rythme, mais lorsqu’il n’a pas pu maintenir l’intensité, McLoughlin a pris la tête de la course jusqu’aux derniers mètres , détaille le journal « The Australian »  qui décrit Hafnaoui  sous les traits d’un «  nageur mystérieux qui s’entraîne en Tunisie et participe à des compétitions en France », ajoutant qu’il a eu l’avantage d’être dans le couloir huit, hors du brouhaha habituel d’un stade plein.

« Je suis pratiquement aveugle. Je porte normalement des lunettes », a déclaré McLoughlin, qui a dit avoir suivi le plan lui intimant de  « baisser la tête » dans le dernier tour et n’a pas vu Hafnaoui jusqu’à l’arrivée.

McLoughlin, qui a encore le 800m nage libre et le 1500m nage libre à disputer, dit qu’il était content de la médaille d’argent olympique. Mais l’infime marge qui l’a privé de l’or, seulement 16 centièmes de seconde, lui a donné l’inflexion de faire encore mieux.

«  Je sais que je nage vite et le 800 m est l’une de mes meilleures épreuves », a déclaré Mcloughlin, 26 ans, en prédisant que le record du monde pourrait tomber dans cette course parce que les nageurs du 400 m libre montent la distance et que les experts du 1500 m la descendent.

« Peu de gens peuvent aller aussi vite que Hafnaoui »

McLoughlin n’a pas tari d’éloges sur Hafnaoui, affirmant que « peu de gens peuvent aller vite pour se qualifier pour la finale et revenir en finale quelques heures plus tard ».

Le Tunisien a non seulement réduit son record de deux secondes pour se qualifier pour la finale, mais il l’a encore amélioré de deux secondes pour remporter l’or.

Il s’agissait d’une progression extraordinaire sur la grande scène pour Hafnaoui, dont les temps étaient inférieurs de neuf secondes lorsqu’il avait 15 et 16 ans. Il s’est toutefois amélioré pour réaliser un temps de 3 min 49 sec l’année dernière, puis de 3 min 47 sec en mai de cette année.

Pourtant, les records de natation montrent que le temps gagnant était lent et que le champion australien aux Jeux olympiques de Rio, Mack Horton, a réalisé un temps plus rapide de près de deux secondes et demie il y a cinq ans.

Selon McLoughlin, cela s’explique par le fait que les nageurs ne peuvent plus se laisser aller dans les séries et qu’ils doivent réaliser un temps de 3 min 45 sec ou plus pour accéder à la finale, qui, lors de ces Jeux, a lieu le matin.

Lorsque Hafnaoui, qui nageait fougueusement dans le couloir huit et hors de vue des principaux concurrents, a vu qu’il avait gagné la course, il était complètement  pris d’incrédulité, tenant la corde du couloir, se serrant la tête, puis saluant son entraîneur, extatique, dans les tribunes.

Alors que le drapeau tunisien était hissé lors de la cérémonie de remise des médailles, il n’arrivait pas à retenir ses larfmes.

« Je me sens bien dans l’eau et je vais vite, et c’est tout », a déclaré Hafnaoui une heure plus tard à une salle pleine de supporters nord-africains frénétiques, dont l’ambassadeur de Tunisie au Japon Mohamed Elloumi. « Je pense juste à gagner la bataille ».

Le diplomate a déclaré que la victoire de Hafnaoui avait enthousiasmé la Tunisie – et aussi la région japonaise d’Ishinomaki, ravagée par le tremblement de terre et le tsunami de 2011, où le jeune homme s’est entraîné pour se préparer aux Jeux olympiques.

« C’est aussi une médaille d’or pour les habitants d’Ishinomaki », a-t-il dit.

Le champion américain Kieran Smith, qui a terminé troisième, a dit de Hafnaoui : « Je ne sais rien de lui, je n’ai jamais entendu parler de lui ».

Le numéro un mondial Winnington, 21 ans, qui était arrivé aux Jeux olympiques en tant que grand favori après un effort scintillant lors des essais australiens – où il a battu Mack Horton et McLoughlin – était déçu. « C’est dur », a-t-il déclaré. « C’est ma première finale internationale. Donc je veux dire, je suis évidemment un peu déçu mais c’est le sport, il faut s’en remettre et je vais devenir plus fort. « 

La médaille d’or de Hafnaoui est la plus grande surprise olympique depuis trois générations. En 1952, aux Jeux olympiques d’Helsinki, le Français Jean Boiteux a battu le favori Ford Konno. Le père de Boiteux, qui se trouvait dans les tribunes, avait couru et sauté dans la piscine tout habillé- y compris un béret – pour célébrer avec son fils. Cette fois, Mohamed, le père de Hafnaoui, était en Tunisie avec le reste de la famille qui criait à tout rompre  devant la télévision.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,566SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles