Législatives : 7 millions 200 000 électeurs dûment inscrits

Législatives : 7 millions 200 000 électeurs dûment inscrits

par -

1 million 480 mille nouveaux inscrits ont été recensés samedi à 17 heure, date limite des inscriptions aux élections législatives 2019, portant ainsi à plus de 7 millions, soit exactement 7 millions 200 mille, précise le membre de l’ISIE, Anis Jarboui.

En ce qui concerne l’inclusion d’un nouveau article à la loi électorale stipulant que les candidatures aux élections devraient être présentées sous des conditions, ce qui a été interprété par certains comme étant des “conditions sur mesures et pour des considérations étroites” afin d’empêcher certaines personnes de se présenter aux élections, il a indiqué qu’aucune consultation n’avait eu lieu sur la question de l’amendement et de son contenu.

“Toute modification de la loi électorale compliquera la tâche de l’ISIE, car le délai imparti ne sera pas suffisant pour commencer le 22 juillet à recevoir les candidatures aux élections législatives, mais l’Instance, en tant qu’organe constitutionnel, est déterminée à appliquer la loi et la nouvelle loi électorale en cas d’amendement”, a-t-il affirmé.

La plénière de l’ARP, tenue jeudi pour discuter du projet d’amendement de la loi électorale et des référendums, n’a pas voté les propositions de modification du projet de loi, notamment la proposition visant à réduire le ratio conditionnel de financement public pour la campagne électorale de 5 à 3%, ainsi que la proposition de réduction du seuil de comptage des votes de 5 à 3%.

L’examen de la révision de la loi électorale et référendaire a été reporté à de nombreuses reprises en raison du rejet par un nombre important de députés de l’opposition des amendements proposés, ainsi que de l’incapacité des différents blocs lors des réunions consensuelles de trouver des solutions satisfaisantes pour toutes les parties.

Le gouvernement avait soumis un certain nombre d’amendements à la loi électorale à l’approbation de la dernière de la session plénière, notamment le rejet par l’ISIE des candidatures de ceux qui ne respectent pas le système démocratique, les principes de la constitution et l’alternance pacifique au pouvoir, appellent à la violence, à la discrimination et la haine entre citoyens, font l’apologie des politiques de dictature et des pratiques de violation des droits de l’homme, glorifient le terrorisme et menacent le système républicain et les fondements de l’Etat de droit.

La date limite d’inscription aux élections législatives de 2019 expire samedi, après avoir été prolongée, et l’inscription à la présidentielle se poursuivra jusqu’au 4 juillet.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire