AccueilLa UNEL'électricité et le gaz plus chers: La Steg à contre-courant!

L’électricité et le gaz plus chers: La Steg à contre-courant!

La Société tunisienne d’électricité et de gaz serait malavisée d’invoquer la guerre en Ukraine  pour justifier  sa dernière décision de propulser vers des niveaux inégalés  ses tarifs  pour l’unique et simple raison que cette majoration  était dans le pipe puis finalisée depuis fin 2021, donc  bien antérieure à l’invasion  russe , et partant à ses retombées  économiques mondiales. Toutefois , on pourrait concéder  à la Steg la pertinence , toute relative, il est vrai, des répercussions de la décision algérienne de revoir ses relations gazières avec la Tunisie eu égard à l’explosion de la demande mondiale de gaz dont la Russie- éplorée par les sanctions occidentales- est un fournisseur majeur.

C’est une perspective qui nourrit bien des tourments, dont le secrétaire général de la fédération générale de l’électricité et du gaz, Abdelkader Jelassi,  s’est fait l’écho en avertissant, que des agglomérations et des  quartiers entiers risquent de se retrouver plongés dans l’obscurité, cet été, sous l’effet d’une « crise majeure » de l’électricité.

Dans une interview accordée à AfricanManager ar, il a fait savoir que la  Tunisie dépend à hauteur de 99% de la production d’électricité à partir du gaz dont elle ne produite que  38%, alors que  le reste est fourni par l’Algérie, sous forme de royalties, une redevance  payée en contrepartie du passage du gazoduc  algérien Transmed  de même qu’à travers la Sonatrach  sous forme de quantités supplémentaires  livrées à la Steg, pendant les périodes de pointe , en particulier les mois de juillet et d’août.

Il est probable que la forte demande mondiale de gaz soit à l’origine de l’incapacité de l’Algérie de procurer à  la Tunisie d’obtenir ces quantités additionnelles, contrairement  aux années  précédentes.

En fait, et pour cause de  guerre, celle en cours entre la Russie et l’Ukraine, la compagnie italienne Eni et la société pétrolière publique algérienne Sonatrach ont convenu d accroître  les flux de gaz de 9 milliards de mètres cubes supplémentaires par an d’ici 2023-2024, augmentant ainsi l’approvisionnement énergétique de l’Italie, qui dépendait auparavant de la Russie, étant noté que le  gazoduc transméditerranéen,  stratégiquement situé,  sert  à répondre aux  en gaz naturel de l’Afrique du Nord et de l’Europe.

Les réserves prouvées de gaz naturel de l’Algérie s’élèvent à près de 2400 milliards de mètres cubes et contribuent à fournir environ 11 % du gaz utilisé en Europe, contre 47 % pour le gaz russe.

L’Algérie est le premier exportateur africain de gaz naturel et le septième au monde, mais en raison de la vieillissante  infrastructure à moderniser et de l’augmentation de la consommation  domestique, la marge de manœuvre est devenue limitée à cause de l’augmentation significative de ses exportations.

« Nous ne somme pas contre les énergies renouvelables  » !

Dans un contexte annexe, le secrétaire général de la fédération générale de l’électricité et du gaz a précisé qu’il n’existe pas d’opposition à la tendance générale du pays à s’orienter vers les énergies renouvelables comme alternative au pétrole et au gaz.

Néanmoins, il a fait état du refus  du syndicat de céder certaines activités de la Société tunisienne de l’électricité et du gaz au  secteur privé, soulignant que certaines activités devaient rester l’apanage et le monopole  de l’entreprise nationale.

Pourtant, le  gouvernement tunisien  a  à cœur  d’augmenter la part de l’énergie solaire dans le mix électrique, en développant 3,8 gigawatts d’énergie solaire installée d’ici 2030, faisant passer la part des énergies renouvelables de 3% actuellement à 30% , à l’horizon de cette échancre.

Il est à noter qu’au début de cette année, le ministère tunisien de l’Industrie a donné son approbation pour la mise en œuvre de 5 centrales solaires, lesquelles développent une  capacité  d’environ 500 mégawatts, avec des contrats de construction et de gestion attribués à des producteurs d’électricité indépendants pour des périodes de plus de 20 ans, en coordination avec les entreprises françaises ENGIE, italienne Eni, norvégienne Scatec et chinoise TEPIA.

- Publicité-

2 Commentaires

  1. La Steg doit être nettoyée du comportement mal sain de leur syndicat et de voir uniquement l’intérêt des citoyens et du pays. La Steg doit veiller à la digitalisation de ses services et au bon fonctionnement de ses activités loin des calculs syndicaux

  2. la steg doit améliorer sa gestion et réduire son personnel pléthorique et les nombreux avantages à son personnel et de coopérer avec le secteur privé dans le cadre partenariat public /privé pour l’investissement dans le secteur des énergies renouvelables un grand potentiel dans notre pays et cesse d’arnaquer les citoyens et les entreprises par des augmentations récurrentes de ses tarifs et par des mauvais services à sa clientèle .Le Maroc a plusieurs longueurs d’avance sur nous il a construit la plus grande centrale photovoltaïque du monde en collaboration avec des investisseurs privés étrangers et nationaux et il exporte une partie de la production de l’électricité verte vers les pays européens le syndicat doit jouer son rôle de défendre ses salariés et non d’imposer ses diktats au pays s’il veut confisquer le pouvoir politique il n’a qu’à former un parti politique travailliste et participer aux élections législatives et présidentielles s’il obtient la majorité il dirigera le pays selon ses idées et tant pis pour les citoyens qui l’ont porté au pouvoir .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,006SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -