Tags Posts tagged with "électricité,"

électricité,

par -
Le PDG de la STEG, Moncef Harrabi, a annoncé ce vendredi 14 juillet la mise en place d’un nouveau programme qui luttera contre le fléau du vol d’électricité et le trucage des compteurs, qui ont explosé depuis 2011.
Lors d’une conférence de presse organisée en présence de la ministre de l’Energie, des Mines et des Energies renouvelables, Hela Cheikh Rouhou, Harrabi a assuré que ce programme sera achevé dans les prochains jours.
Pour le responsable, il s’agit d’une démarche importante pour la STEG, surtout dans cette phase marquée par la forte demande d’électricité qui a atteint mercredi 12 juillet 3800 mégawatts.
Si la demande se poursuit sur la même lancée, la marge de manœuvre de la STEG sera limitée“, a dit le PDG, exprimant sa volonté de faire face à cette situation
Appel à la rationalisation de l’utilisation
Pour faire face aux demandes accrues d’électricité, Harrabi a appelé aussi à rationaliser l’utilisation de la climatisation pendant cette période, insistant sur l’impératif de régler les appareils à 26 degrés.
De même, il a invité les consommateurs à ne plus acheter de climatiseurs non conformes aux normes, à des des prix dérisoires, des appareils énergivores, ce qui constitue une des principales causes de l’augmentation de la consommation d’électricité pendant cette période.
Le blackout, hypothèse incertaine 
Harrabi a par ailleurs écarté un éventuel blackout comme c’était le cas en cas en 2014.
Comme justification, il a mis l’accent sur les efforts déployés par les cadres de la STEG, faisant savoir qu’environ 500 équipes ont été mobilisées pour intervenir en cas de coupures ou de pannes.
Dans le même contexte, il a mis en garde contre le recours de quelques protestataires dans certaines régions à la fermeture des vannes, laquelle a affecté le rythme de production du gaz et du pétrole. Il a précisé que l’interruption de la production risque d’obliger la société à importer ces produits d’Algérie, ce qui engendrerait des pertes énormes pour le gouvernement.
Pas d’augmentation des tarifs d’électricité…
Pour sa part, la ministre de l’Energie, des Mines et des Energies renouvelables, Héla Cheikhrouhou, a écarté une éventuelle augmentation des tarifs de l’électricité.
C’est logique, surtout que la loi de finances 2017 ne prévoit pas de hausse des tarifs de l’électricité et du gaz jusqu’à la fin de l’année, selon ses dires.
«Une hausse des tarifs annoncée dans la loi de finances 2017 a déjà été appliquée en début d’année, nous ne prévoyons pas de deuxième augmentation jusqu’à la fin de 2017», a-t-elle expliqué.
Cheikhrouhou a également fait remarquer que le budget de l’année en cours a été établi sur la base d’un taux de change du dollar à 2,250 dinars et d’un prix moyen du baril de pétrole, de 50 dollars, sauf que le taux de change a évolué à 2,4 dinars et le prix du baril à 52,5 dollars durant la première moitié de cette année.
Elle a souligné que la compensation des hydrocarbures est passée de 650 millions de dinars (MD) programmés dans le budget à 1200 MD, ce qui nécessite, toujours, selon la ministre, l’élaboration d’un budget complémentaire au titre de l’année 2017.
La ministre n’a, toutefois, pas évoqué la question de la compensation des hydrocarbures et du gaz pour l’année 2018.
Elle a, par ailleurs, rappelé les difficultés enregistrées en matière d’approvisionnement en gaz pour satisfaire les besoins des centrales électriques, suite à l’arrêt du pompage du gaz naturel d’El Borma vers Gabès, à cause des sit-in et protestations observés sur les lieux de production pétrolière et gazière au sud tunisien.
Laquelle situation coûte, toujours selon la ministre, très cher à l’Etat et notamment à la STEG, contrainte d’importer le gaz algérien pour satisfaire les besoins nationaux.

par -

La demande en électricité a atteint un pic de 3699 Méga Watt (Mw), mardi, à 14h00, a fait savoir une source de la STEG, dans une déclaration à l’agence TAP, ajoutant que ce pic est du à l’usage excessif des climatiseurs, en raison de la canicule.
Les températures maximales varient mardi, entre 36 et 40 degrés, dans les régions côtières de l’est, et entre 40 et 45 degrés dans le reste des régions du pays avec coups de sirocco.
Il est à rappeler que le pdg de la STEG, Moncef Harabi, avait appelé les citoyens à la rationalisation de l’usage des climatiseurs, durant cette période caractérisée par la vague de chaleur.
Selon la STEG, il est préférable d’utiliser les climatiseurs aux administrations et domiciles à de degrés rationnels , en réglant le niveau de climatisation à 26 degrés, tout en évitant l’utilisation d’autres appareils électriques ( machines à laver…) pendant les périodes de pic de consommation d’électricité et d’utiliser ces appareils durant la nuit.
La demande maximale en électricité est estimée, au cours de cette saison estivale, à 3900 mégawatts selon le premier responsable de la STEG.
La marge d’intervention de la STEG sera limitée, si la demande de l’électricité se poursuivra, souhaitant de ne pas dépasser le pic de consommation prévu qui est de l’ordre de 3900 mégawatts.

par -

Le PDG de la SONEDE, Mosbah Hellali, a démenti toute intention d’augmentation du prix de l’eau, « actuellement aucune augmentation de prix n’est envisagée ».

Concernant les coupures dans la distribution d’eau potable dans plusieurs régions du pays, le PDG de la SONEDE a fait savoir, lors de son passage, ce mercredi 5 juillet 2017 sur Shems Fm, que ces perturbations sont moins que celles enregistrées l’année dernière.

Il a par ailleurs ajouté que la compagnie nationale rencontre des problèmes d’approvisionnement en eau à cause d’une sécheresse qui a duré deux années et l’irrégularité des précipitations.

par -

L’Égypte a débuté mercredi 21 juin la livraison d’un million de litres de carburant à Gaza.

Les deux millions d’habitants de l’enclave palestinienne ne disposent plus que de deux heures de courant par jour depuis qu’Israël a réduit ses livraisons d’électricité à Gaza lundi, rapporte l’AFP.

Ce carburant, entré par camions vers le terminal de Rafah, la seule ouverture de Gaza sur le monde qui ne soit pas tenue par Israël, sera directement acheminé vers l’unique centrale électrique de l’enclave côtière, à l’arrêt faute de fuel depuis deux mois.

Mi-juin, le gouvernement israélien avait annoncé qu’il réduirait la quantité d’électricité acheminée vers la bande de Gaza, arguant que l’Autorité palestinienne du président Mahmoud Abbas refusait désormais de régler la facture d’électricité de la bande de Gaza gouvernée sans partage par le Hamas islamiste.

par -

La nouvelle centrale électrique à turbines à gaz de Boutlelis, d’une puissance globale de 446 MW, augmentera la capacité de production d’électricité à Oran de 33%, a indiqué à l’APS le directeur local de l’énergie.

Les travaux du projet, érigé sur une superficie de 20 hectares dans la commune de Boutelis, connaissent un taux d’avancement de l’ordre de 50%, a indiqué M. Omar Sebaa, ajoutant que la réception de la centrale est prévue pour le mois de juin 2018.

La wilaya d’Oran compte 4 centrales : Oran, Mars El Hadjadj, Bethioua et Bir El Djir, d’une puissance globale de 1.200 MW, un seuil de 1.646 MW sera atteint avec la mise en service de la nouvelle centrale.

La centrale électrique est constituée de deux turbines à gaz d’une puissance de 223 MW chacune fonctionnant au gaz naturel comme combustible principal et de gasoil comme combustible de secours, a-t-on indiqué de même source.

Le projet a connu un certain retard en raison de la nature du sol contenant du gypse. Néanmoins, des travaux de renforcement du sol ont été entrepris afin de garantir une assise solide aux différentes constructions et turbines de la centrale électrique et la centrale sera livrée fin 2017.

par -

Le directeur général de la Société tunisienne de l’électricité et du gaz (STEG), Moncef Harrabi, a déclaré lors d’une conférence de presse tenue ce jeudi 18 mai 2017 à Bizerte que la société investit 632 millions de dinars (MD) chaque année pour la maintenance et l’installation des stations de production et de transport de l’électricité.

Il a, en outre, affirmé que la STEG a multiplié ses efforts et a préparé un plan d’action qui a pour objectif de garantir la continuité des services des stations de production à travers le renforcement des opérations de maintenance et des travaux qui prendront fin vers mi-juin 2017.

Il a indiqué que le pic de demande de l’électricité pour cette saison estivale atteindra les 3900 MW, précisant que la capacité globale de l’électricité disponible est de l’ordre de 4100 MW.

Sur un autre volet, Moncef Harrabi a appelé les citoyens à rationaliser la consommation de l’électricité et de l’énergie durant l’été et de limiter l’utilisation des équipements électroménagers entre 11h et 15h aux besoins indispensables.

Attention, les impayés peuvent tuer la STEG

La société s’est lancée depuis des années dans une stratégie de sensibilisation en vue de mettre en garde les citoyens contre les risques induits par la grosse ardoise des factures impayées et afin d’assurer la pérennité de cette entreprise nationale, surtout avec l’augmentation de la consommation électrique.

On rappelle que le directeur général de la STEG a déclaré, dans une récente interview accordée à Africanmanager, que les impayés auprès de la STEG menace la stabilité financière et l’avenir de cette institution publique.

Il a précisé que le montant des sommes dues à la STEG atteint actuellement 1000 Millions de dinars dont 50% sont des factures impayées par les citoyens.

Il a, de même, ajouté que la société entend recouvrer ses dettes auprès des gros clients tels que les sociétés et les hôtels mais aussi auprès des citoyens, en vue de sauvegarder ses équilibres financiers.

Et de préciser que si la crise actuelle de la société persiste, notamment avec la hausse des prix du pétrole, le déficit de la STEG atteindra les 2000 Millions de dinars en 2019.

par -

Le directeur général de la Société tunisienne de l’électricité et du gaz (STEG), Moncef Harrabi, a déclaré dans une interview accordée à Africanmanager que l’endettement de la STEG menace la stabilité financière et l’avenir de cette institution publique. Il a, en outre, affirmé que de nouveaux projets sont en cours pour offrir les meilleurs services aux citoyens et participer au développement de l’économie nationale. Interview :

  1. Quels sont les projets importants lancés par la STEG ?

Tout d’abord, je tiens à signaler que la STEG est une entreprise publique, elle compte 3,5 millions de clients pour l’électricité et 750 000 pour le gaz naturel. Le taux d’électrification a atteint 99.8%, c’est une réussite remarquable à tous les niveaux. Nous fournissons encore des efforts assidus afin de développer l’économie tunisienne et moderniser davantage l’infrastructure énergétique.

La STEG prévoit de réaliser plusieurs nouveaux projets, à l’instar de la station  « RADES C  », d’une capacité de production de 500 mégawatts, outre deux unités de production d’électricité à Mornaguia, relevant du gouvernorat de Manouba, avec une capacité de production de 300 MW par unité…

  1. La STEG est-elle à jour au niveau des progrès technologiques ?

Nous essayons toujours d’offrir des prestations de haute qualité pour garantir la satisfaction de nos clients et ce à travers l’intégration de la technologie. La STEG a accordé un grand intérêt à l’intégration des réseaux intelligents.

Nous citons à titre d’exemple le projet pilote “Smart Grid”, qui entrera en activité en 2018 dans plusieurs régions du pays et sera généralisé sur tout le territoire tunisien à partir de 2023.

Le coût de ce projet s’élève à 250 millions de dinars. Ce montant est notamment destiné à la modernisation de l’infrastructure de base et la mise en place de compteurs intelligents.

Il y a aussi le lancement prochain d’un projet de ligne électrique reliant  la Tunisie à l’Italie, ce qui permettra de réduire la consommation de gaz naturel importé par la Tunisie…

  1. La situation financière de la STEG s’améliore-t-elle ?

Le montant des sommes dues à la STEG atteint actuellement 1000 Millions de dinars dont 50% d’impayés par les citoyens. La société entend recouvrer ses dettes auprès des gros clients tels que les sociétés et les hôtels mais aussi auprès des citoyens, en vue de sauvegarder ses équilibres financiers.

Mais je tiens à préciser que si la crise actuelle de la société persiste, notamment avec la hausse des prix du pétrole, nous prévoyons que le déficit de la STEG atteindra les 2000 Millions de dinars en 2019.

  1. Prévoyez-vous un pic de la demande en électricité au cours de la saison estivale?

Bien évidement, nous nous attendons à un pic de la demande en électricité durant la prochaine saison estivale, entre 3900 et 2000 Mégawatts. C’est dans ce contexte que la STEG appelle les citoyens à rationaliser  la consommation de l’électricité et à éviter l’achat de climatiseurs qui se vendent dans les circuits parallèles.

Traduction faite par Nadia Ben Tamansourt

par -

Le district de Sousse de la Société Tunisienne de l’Electricité et du Gaz (STEG) a annoncé dans un communiqué ce vendredi 24 mars qu’une coupure d’électricité est prévue ce dimanche 26 mars 2017, de 8 heures du matin jusqu’à 14 heures, dans ces endroits : Cité Erriadh 1 et 2, Cité Ettaamir, Cité Ezzahra, cité militaire, Immeuble Dorra, Souk Lahad, route de M’saken .

par -

La Société Tunisienne de l’Electricité et du Gaz (STEG) a annoncé dans un communiqué rendu public ce jeudi 02 mars qu’une coupure d’électricité est prévue ce dimanche 5 mars 2017, de 8 heures du matin jusqu’à 14 heures, dans ces localités à Sousse :

– Sousse : Khezema Est, Khezema Ouest, Oued Bliben, El Achbel, Immeubles MBM, Corniche, avenue Tahar Sfar, rue Ibn Jazzar, avenue Senghor
– Msaken : route de Sfax, la région de Borjine, Beni Rabia, Beni Kalthoum, Thrayet.

La STEG a également ajouté que la reprise du courant se fera sans préavis, une fois les travaux achevés.

par -

La société tunisienne de l’électricité et du gaz (STEG) a annoncé, dans un communiqué, que plusieurs villes tunisiennes, dans les gouvernorats de Kasserine, Bizerte, Béja et Jendouba, ont connu lors de la nuit du lundi au mardi 7 février, des vents forts dépassant localement les 100 km/h, causant plusieurs dégâts matériels et des coupures d’électricité suite à la chute de poteaux.

La STEG a par ailleurs annoncé la mobilisation de ses équipes techniques afin de remédier à ces coupures.

par -

Selon la Direction des études et des prévisions financières (DEPF), relavant du ministère de l’Économie et des Finances, la production de l’énergie électrique s’est améliorée, en glissement annuel, de 2,7% à fin novembre 2016, rapporte “Infomédiaire”.

Cette performance est imputable à la hausse de la production privée de 3,1% et de celle des projets développés dans le cadre de la loi relative aux énergies renouvelables de 38,4%, explique la DEPF dans sa note de conjoncture du mois de janvier, notant que la production de l’Office national de l’électricité et de l’eau (ONEE) a affiché une stagnation.

Et parallèlement à cette évolution, le volume des importations de l’énergie électrique s’est accru de 6,5% à fin novembre 2016, tandis que l’énergie nette est appelée a progressé de 3,2% contre 2,5% à fin novembre 2015, précise la même source.

par -

L’Organisation Tunisienne de Défense du Consommateur (ODC) a appelé le chef du gouvernement, Youssef Chahed à intervenir en urgence suite à l’augmentation des tarifs de l’électricité et du gaz comme déjà prévue dans le cadre de la loi de finances 2017.

Dans un même communiqué publié, mardi 17 janvier 2017, l’ODC n’a pas manqué d’exprimer son étonnement quant à cette décision, surtout avec la dégradation du pouvoir d’achat du citoyen.

par -

Le Cameroun et le Congo ont récemment signé un protocole d’accord relatif au projet d’aménagement hydroélectrique du barrage de Chollet sur le cours du fleuve Dja et des lignes électriques associées, rapporte le site « journaldebrazza ».

La partie camerounaise a déjà alloué un montant de 1,09 milliard de FCFA au titre des exercices 2015, 2016, 2017. Le Congo, lui, a déjà contribué à hauteur de 950 millions de FCFA au titre de l’exercice 2017. Soit un total de 2,04 milliards de FCFA disponibles.

Le budget au titre de l’année 2017 a été arrêté à 1,9 milliard de FCFA. Au cours de cet exercice, il sera question d’installer la direction du projet à Brazzaville, au Congo, au mois de janvier prochain.

Toujours selon la même source, le barrage de Chollet coûtera entre 354 et 670 milliards de FCFA selon l’option d’aménagement qui sera mise en place par l’entreprise chinoise Sinohydro. L’énergie produite servira à alimenter le Cameroun, le Congo, la Centrafrique.

par -

Deux méga projets de plus dans cette Côte d’Ivoire dynamique, aux coffres pleins et qui plus est a la confiance des bailleurs de fonds et des investisseurs, une rareté en ces temps de crise. Le gouvernement ivoirien a fait savoir, le mercredi 28 décembre 2016, que deux centrales thermiques au charbon de 350 mégawatts (MW) sont sur les rails pour satisfaire les gros besoins du pays en électricité. Ces unités verront le jour d’ici 2020, dans la ville de San-Pédro.

Le porte-parole du gouvernement, Bruno Koné, a indiqué à la presse de la capitale qu’une première centrale sera livrée en 2020 et la seconde en 2021, rapporte l’agence Reuters. Pour le montant aucun détail sur le montant du financement, M. Koné s’est borné à dire que c’est la société ivoirienne Starenergie qui va se charger de la levée de fonds, ce qui devrait être une simple formalité vu la cote de confiance des autorités ivoiriennes auprès des institutions financières internationales.

A noter que le pays est en train de se doter d’une autre centrale électrique, à Songon, d’une capacité de 372 MW, subventionnée par la compagnie publique chinoise China Energy Engineering Corporation (CEEC). Elle devrait être opérationnelle fin 2018.

Abidjan exporte déjà de l’énergie vers plusieurs pays voisins (Burkina Faso, Ghana, Liberia ou Mali), mais avec les chantiers en cours, il projette d’approvisionner la Guinée et la Sierra Leone dans les trois ans, précise Reuters.

par -

Le chef du projet recouvrement à la Société Tunisienne de l’Électricité et du Gaz (STEG), Mounir Ghabri a affirmé que les impayés de la Steg s’élèvent à 1057 millions de dinars.

« La STEG a lancé des campagnes de sensibilisation via les différents organes de presse afin d’inviter les clients à payer leurs factures de leur plein gré. Cela fait 6 ans que les clients ne paient pas leurs factures, la société est, donc, dans l’obligation de procéder aux coupures d’électricité », a-t-il expliqué lors de son passage, ce jeudi 10 novembre 2016, sur Express Fm.

En ce qui concerne les établissements publics, Mounir Ghabri a indiqué que les impayés de ces entreprises sont évalués à 382 millions de dinars.

par -
Le gouvernement a entamé la mise en œuvre de son plan visant l’augmentation des tarifs de l’électricité dans le cadre de la suppression

Le projet de budget de l’Etat pour 2017, propose l’augmentation des tarifs de l’électricité et du gaz, “à des taux raisonnables, respectant à la fois le pouvoir d’achat du citoyen et la compétitivité des entreprises”, mesure qui permettra de drainer des recettes d’une valeur de 175 millions de dinars (MD)”.
Il est à noter que les tarifs de l’électricité et du gaz avaient été maintenus inchangés, dans le Budget 2016.
Le mécanisme d’ajustement automatique des prix de vente au public (chaque trimestre) du Gasoil normal, Gasoil 50 et essence sans plomb, restera en vigueur en 2017. Cet ajustement ne devant pas dépasser 5% à la hausse ou à la baisse, des prix des hydrocarbures.
D’après le document du projet de budget, le rendement net des ajustements programmés pour 2017, sera de l’ordre de 152 MD.
L’ajustement automatique avait été décidé, le 19 mai 2016, lors d’un conseil ministériel restreint, et est entré en vigueur le 16 juillet 2016, par une baisse de 60 millimes, le litre de gasoil normal, 30 millimes/l de gasoil 50 et le maintien du prix de l’essence sans plomb, inchangé.

par -

La ministre des Finances, Lamia Zeribi, a annoncé, mardi 4 octobre 2016, sur Shems fm, qu’il y aura une hausse du prix de l’électricité dans le projet de loi de finances de 2017.

Sur un autre volet, la ministre a nié toute intention de l’État d’augmenter le prix des produits de base.

 

par -
Le nombre des cas de fraude d'électricité enregistrés par les services de la société tunisienne de l'électricité et du gaz (STEG) ont doublé après

Plus de trente familles dans la  délégation de Haouria, relevant du gouvernorat de Nabeul, sont privées d’électricité, rapporte le quotidien Al Chourouk ce vendredi 23 septembre 2016.

Les habitants de la région en question ont, à maintes reprises, appelé les autorités à intervenir dans les plus brefs délais pour résoudre leur problème, a précisé la même source.

par -

Suite aux coupures du courant dans plusieurs régions du pays et surtout au nord et à l’ouest de la capitale, la STEG présente ses excuses à de ses clients.

Habib Ben Jemâa, directeur du centre national des mouvements d’énergie à la STEG a expliqué lors de son passage ce lundi sur Mosaïque Fm que des coupures sont causées par l’humidité qui a dépassé les 94%, soulignant que cette humidité ses accumulée au niveau des pylônes électriques des lignes haute tension.
Les services techniques œuvrent pour le rétablissement de la situation, a-t-il ajouté.

par -

Des coupures d’électricité auront lieu le Jeudi 25 août et le Samedi 27 août 2016 de 6h à 13h, dans plusieurs régions de Médenine, et ce en raison de travaux qui ont lieu au niveau d’un échangeur agricole, rapporte Shems Fm, citant une source au sein du district de la Steg.

Les régions qui seront concernées par ces coupures sont Tabarbite, El Guosba, 9 Avril, et Oued Morsi relevant de la délégation de Sidi Makhlouf.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux