AccueilAfriqueLes Egyptiens aux urnes pour la Présidentielle

Les Egyptiens aux urnes pour la Présidentielle

Les Egyptiens votent dimanche pour une présidentielle largement éclipsée par la guerre dans la bande de Gaza voisine et à l’issue de laquelle le président sortant, Abdel Fattah al-Sissi, semble assuré de remporter un troisième mandat.
Quelque 67 millions d’électeurs sont appelés à voter dimanche, lundi et mardi de 07H00 GMT à 19H00 GMT avant les résultats officiels le 18 décembre.
Des dizaines d’électeurs de tous âges se pressaient dimanche devant des écoles du centre du Caire, au milieu d’un important dispositif de sécurité et sous des affiches proclamant « Sortez et participez » au son de chants nationalistes.
Hormis le président sortant, trois candidats globalement inconnus du grand public sont en lice: Farid Zahran, à la tête du Parti égyptien démocratique et social (gauche), Abdel-Sanad Yamama, du Wafd, parti centenaire mais désormais marginal, et Hazem Omar, du Parti populaire républicain.
Loin de passionner les foules, la campagne présidentielle s’est déroulée en novembre dans l’ombre de la guerre entre Israël et le Hamas palestinien, qui accapare l’attention des médias et de l’opinion publique.
« Il y a deux millions (de Gazaouis) qui veulent rentrer chez nous (…), on ne peut pas rester assis à regarder, on va sortir et dire +non au transfert+ » des Palestiniens, plaide ainsi le présentateur Ahmad Moussa, reprenant mot pour mot un discours de Sissi au début de la guerre.
« Il nous faut quelqu’un capable de gérer ce qui se passe à la frontière avec Gaza », abonde une électrice quinquagénaire qui refuse de donner son nom, pour qui la question prime sur « la vie chère ».
Aux présidentielles de 2014 et 2018, l’ex-maréchal Sissi, arrivé au pouvoir en 2013 en renversant l’islamiste Mohamed Morsi, l’avait emporté avec plus de 96% des suffrages.
Il a depuis allongé la durée du mandat présidentiel de quatre à six ans et fait modifier la Constitution pour repousser la limite de deux à trois mandats présidentiels consécutifs.
A la dernière présidentielle, la participation avait atteint 41,5%, soit six points de moins qu’au scrutin précédent.
Mais nombre d’Egyptiens estiment que Sissi est l’artisan du retour au calme après le chaos ayant suivi la « révolution » de 2011 et la chute de Hosni Moubarak après 30 ans de règne.
Dès le début de son premier mandat en 2014, M. Sissi avait promis de ramener la stabilité, y compris économique.
Un ambitieux mais douloureux programme de réformes, avec dévaluations et diminution des subventions d’Etat, a été entrepris depuis 2016.
Des mesures qui ont entraîné une flambée des prix, nourri le mécontentement de la population et vu la base populaire et même les soutiens étrangers de Sissi s’étioler au fil des années.
La dette a été multipliée par trois, et les mégaprojets souvent attribués à l’armée n’ont pas produit jusqu’ici les rendements promis.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,135SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -