AccueilLa UNELes Européens redébarquent !

Les Européens redébarquent !

Début octobre  2023, les citoyens se rappellent que la Tunisie avait  restitué à l’Union européenne (UE) une aide de 60 millions d’euros. Le président Kais Saied avait dit rejeter « la charité » de l’UE et assuré que la somme avait été versée « sans que les autorités tunisiennes n’en aient été informées au préalable », dénonçant une « atteinte à la dignité » de son pays.

Depuis, les choses entre les deux voisins qui se côtoient depuis l’aube des temps, se sont améliorées.

Comme pour se racheter, mercredi 20 décembre 2023, l’Union européenne a débloqué une aide financière pour la Tunisie de 150 millions d’euros, acceptée, cette fois-ci, de bon cœur.
Ce financement visait  à appuyer les efforts de la Tunisie pour favoriser la relance de  l’économie à travers l’amélioration de la gestion des finances publiques et du climat des affaires et de l’investissement, selon un communiqué conjoint. Il entre dans le cadre de la mise en application du  mémorandum d’entente sur un partenariat stratégique et global entre la Tunisie et l’UE, signé le 16 juillet à Tunis, et qui inclut  une coopération en matière de migration clandestine, énergie, échange d’étudiants et autres volets.

Un mois après la signature de ce mémorandum, en août, les deux parties ont procédé à la signature de l’accord de subvention d’un montant de 307 millions d’euros (soit l’équivalent de 1032,28 millions de dinars) pour soutenir le financement du Projet d’interconnexion électrique entre la Tunisie et l’Italie « ELMED ». Les signataires étaient la Société Tunisienne d’Electricité et de gaz (STEG),  l’opérateur du réseau électrique italien “Terna”, et la Commission Européenne.

Faute d’une liaison plus matérielle comme le tunnel sous la Manche entre le Continent européen et les Iles Britanniques, ELMED est qualifié de « pont énergétique » entre l’Europe et l’Afrique du Nord.
Dans ce contexte, beaucoup savent sûrement qu’un géologue allemand avait, au début du 20ème siècle, préconisé l’assèchement de la mer méditerranée pour promouvoir les liaisons terrestres entre les continents africain et européen. Le projet est d’ailleurs réalisable !                     
Obsession des réformes

Aussi, dans cette ambiance « prometteuse » malgré les aléas du contexte international et la montée des luttes d’influence, les projecteurs des analystes vont être  braqués sur la visite officielle de deux jours en Tunisie, lundi 19 et mardi 20 février 2024, de la présidente de la Banque européenne de reconstruction et de développement (BERD), la française Odile Renaud-Basso.

Outre le président de la République, le chef du gouvernement, les ministres en charge de l’économie, les responsables des Institutions financières locales et internationales, les hommes d’affaires, un communiqué rendu public à ce sujet a signalé aussi une rencontre en amont entre la présidente de la BERD et les organisations de la société civile.

Selon le même document, elle s’est dite « ravie de se rendre en Tunisie pour exprimer notre engagement résolu en faveur de ce pays. Nous sommes disposés à soutenir les autorités dans leurs efforts pour mettre en place des réformes visant à générer de la croissance et des opportunités d’emploi, en particulier au profit des jeunes et des groupes vulnérables et soutenir la transition de la Tunisie vers une économie verte ».
Obsession des réformes, écologisation de l’activité économique, consultations des Organisations de la Société civile, ce déplacement reste toujours prisonnier de l’esprit européen et des préoccupations européennes, en attendant les résultats.  
S.B.H

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,135SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -