AccueilLa UNELes PME tunisiennes à l’assaut des marchés internationaux avec la bénédiction de...

Les PME tunisiennes à l’assaut des marchés internationaux avec la bénédiction de l’UE

Le 2ème  Dialogue de l’UE avec le secteur privé sous le thème « l’internationalisation et l’accès aux marchés internationaux de la PME en Tunisie : défis et opportunités à l’ère du post-COVID-19 », s’est tenu le mercredi 23 juin 2021, selon un communiqué publié jeudi, par la délégation de l’Union européenne en Tunisie. Il s’inscrit dans le cadre de l’action « Du point de vue de l’entreprise : série de dialogues UE-Secteur privé ».

- Publicité-

La délégation rappelle que la pandémie du COVID-19 a durement frappé l’économie tunisienne, entrainant un ralentissement économique sans précédent qui affecte particulièrement les PME. Toutefois, les entreprises qui ont moins souffert de la pandémie, sont souvent celles qui ont pu maintenir une activité internationale ».

En effet, » la présence internationale des entreprises est un levier stratégique qui leur offre une plus grande indépendance, notamment grâce à une répartition des fournisseurs/clients sur différentes zones géographiques. Ainsi, l’internationalisation constitue un facteur important permettant de soutenir la production, la distribution, les ventes et l’activité des entreprises aux marchés internationaux ».

« C’est autour de cette thématique de l’accès aux marchés internationaux et sur la base d’un diagnostic partagé, qu’a porté ce dialogue thématique franc et constructif entre la Délégation de l’UE et les acteurs de l’écosystème de l’entrepreneuriat et du financement tunisien ».

« L’objectif commun de ce dialogue, est de contribuer à la prospérité et à la stabilité de la Tunisie, en particulier dans le contexte de la reprise post-COVID19, en soutenant notamment le gouvernement tunisien pour créer de nouvelles opportunités en faveur des PME et les aider à conquérir de nouveaux marchés, dans l’UE ou ailleurs ».

Intégrer les chaînes de valeurs globales

Parmi les points clés de la réflexion et de ce diagnostic commun, ce dialogue a fait ressortir « l’importance d’un véritable accompagnement des PME tunisiennes dans leur démarche exportation/internationalisation sur les marchés internationaux traditionnels, ainsi que de nouveaux marchés et de les soutenir également, pour intégrer les chaînes de valeurs globales ».

De même, l’accent a été mis sur « l’importance de favoriser le développement de nouveaux mécanismes de soutien aux PME, pour leur permettre de prospecter de nouveaux marchés et d’accéder à des services administratifs digitaux ».

Il est aussi, « nécessaire de soutenir l’amélioration et le développement des infrastructures et des services de logistique et de transport, afin de permettre aux PME d’être compétitives sur les marchés internationaux cibles » et de « renforcer et d’améliorer l’offre publique et commerciale de solutions de financement et de couverture de risques, en adéquation avec les besoins spécifiques des entreprises exportatrices ».

Le pré requis du  redressement en interne

De toute évidence, atteindre la taille critique et accéder commodément aux marchés internationaux commande, au préalable, une solide assise financière. Le quart des PME tunisiennes estime que l’accès au financement est un obstacle majeur ou très important au fonctionnement de leur entreprise. Malgré un accès raisonnable aux services financiers, les PME restent soumises à des restrictions de crédit, telles des exigences de garanties élevées et la complexité des procédures de demande de prêt qui découragent de nombreuses PME.

 Les services bancaires ne sont pas adéquatement adaptés au segment des PME, et les PME jeunes et innovantes sont particulièrement coupées des sources de financement externe même si leur modèle économique est solide. D’autres instruments de financement font défaut, tels le capital-investissement et le capitalrisque. Le secteur relativement bien développé du crédit-bail dispose d’une grande marge de manœuvre pour élargir son offre de produits.

 Afin d’approfondir leurs activités dédiées aux PME, les banques pourraient s’intéresser au développement de systèmes de garantie des portefeuilles des PME.

 Les entreprises doivent pouvoir accéder à des ressources à plus long terme pour prendre des décisions d’investissement aux implications financières de plus long terme. Cependant, les banques ne fournissent que rarement des prêts assortis d’échéances plus longues et uniquement dans des conditions très spécifiques. Les banques ont besoin de financements à plus long terme pour fournir davantage de prêts à long terme aux PME.

Enfin, les sociétés de crédit-bail ont également besoin d’un financement externe à plus long terme afin de pouvoir réduire leur propre dépendance à l’égard du financement à court terme. Un financement à long terme supplémentaire pour le secteur du crédit-bail, éventuellement avec une attention particulière sur des segments spécifiques tels que les PME innovantes, pourrait contribuer au développement du secteur des PME.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,453SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles