L’exode des blouses blanches. Plus de 1500 sur le départ en 2019...

L’exode des blouses blanches. Plus de 1500 sur le départ en 2019 !

par -

Tout le monde en est conscient et s’en irrite:  le système de santé publique en Tunisie souffre de plusieurs maux qui le rongent chaque  jour un peu plus. Parmi les principales raisons de ce funeste état des choses  le manque de médicaments et des équipements, la panne des matériels techniques dans certains hôpitaux ( échographies, scanners), la détérioration de l’infrastructure, la précarité matérielle et les conditions de travail peu motivantes pour les personnels et pour  médecins en général  (…).

Aussi bien, le bon fonctionnement général de la santé publique est lourdement handicapé par l’endettement des hôpitaux, qui a atteint l’an dernier plus de 500 millions de dinars. Rien d’étonnant que des centaines de médecins agrégés, des professeurs préfèrent quitter le pays ou bien affluer vers les cliniques privés…

La Tunisie perd ses cerveaux au fil des jours

Le secrétaire général de l’ordre des médecins, Nazih Zghal a récemment annoncé que 1500 médecins projettent de quitter le pays au cours de l’année 2019.

Zghal a livré des chiffres effarants comme le fait que 4000 médecins ou cadres paramédicaux de la santé publique ont quitté leurs postes l’année dernière entre émigration et départ à la retraite.

Il estime également à plus de 1500 le nombre de médecins projetant ainsi de quitter le secteur de la santé et la Tunisie. Et même si le gouvernement compte recruter 1000 médecins, cela ne suffira pas à pallier les insuffisances.

Il a, par ailleurs, révélé que la faiblesse du budget alloué à la santé publique engendre des problèmes structurels comme le manque important de ressources humaines. Cette insuffisance au niveau du budget reste incompatible avec la volonté de garantir l’accès aux soins pour tous comme le stipule l’article 32 de la Constitution, selon secrétaire général de l’ordre des médecins.

Augmentation de 18,3% du budget du ministère de la Santé

La ministre de la Santé par intérim Sonia Bechikh a annoncé jeudi 28 novembre 2019 que le projet de budget du département dont elle a la charge, pour l’année 2020 enregistrera une augmentation de 18,3% pour atteindre les 2544 millions de dinars sans compter les recettes propres.

Bechikh a encore précisé que le projet de loi de finances pour l’exercice 2020 prévoit une enveloppe de 330 millions de dinars au titre de divers projets et programmes du secteur de la santé dont 29,9 millions pour les dépenses de développement des diverses institutions publiques non administratives.

Hôpitaux encombrés, personnel épuisé, patients mécontents: le secteur de la santé publique en Tunisie, considéré historiquement comme un axe stratégique de développement, peine à remédier à ses multiples maux et suscite de vives critiques !

Le secteur de la santé en Tunisie présente un réel potentiel, dont la concrétisation suppose de renforcer et moderniser les infrastructures médicales, ainsi que d’améliorer la condition de ses acteurs par trop démobilisés.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire