AccueilLa UNEL’impératif d’un «partenariat stratégique renouvelé» entre les USA et la Tunisie

L’impératif d’un «partenariat stratégique renouvelé» entre les USA et la Tunisie

Un partenariat stratégique renouvelé entre les Etats-Unis et la Tunisie est plus que jamais important pour parvenir à une Tunisie pacifique, démocratique et prospère qui reste un allié américain fiable dans la région critique du Maghreb, plaide une analyse livrée par le think tank américain The Heritage Foundation. Les États-Unis ne peuvent pas assurer à la Tunisie la volonté politique dont elle  a besoin pour transformer son économie. Cela doit venir de l’intérieur. Cependant, en démontrant leur intérêt et leur volonté de s’engager, les États-Unis peuvent s’assurer que leurs conseils et leurs préoccupations sont pris en compte. Le succès de la Tunisie peut être le succès de l’Amérique, c’est pourquoi les États-Unis doivent poursuivre des politiques qui favorisent la liberté économique et la prospérité en Tunisie, explique l’auteur de cette analyse, Anthony B. Kim, directeur de recherche.

- Publicité-

Une Tunisie stable et démocratique procure  non seulement aux États-Unis un allié stratégique, mais sert de modèle pratique pour les futures démocraties possibles dans la région. La Tunisie mérite toute l’attention de Washington, car elle est bien placée pour être un pivot critique des interactions de l’Amérique avec le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord. Les décideurs politiques devraient poursuivre l’engagement stratégique avec la Tunisie, y compris le développement et le lancement d’une initiative de prospérité régionale pour accroître la liberté économique, recommande-t-il.

Certes, la démocratie tunisienne est fragile et encore en développement, et le processus de réforme économique a été difficile, c’est le moins qu’on puisse dire. Les Tunisiens ont essuyé beaucoup de déceptions depuis 2011, et ils sont sans aucun doute frustrés par la lenteur des progrès économiques et politiques de leur pays. Néanmoins, la Tunisie reste une « exception notable » au sein de la région, car le pays continue de poursuivre les objectifs démocratiques et économiques de sa révolution que d’autres pays ont abandonnés. Dix ans après les manifestations  qui ont déclenché le printemps arabe, la Tunisie reste le seul pays de la région à avoir effectivement changé son système de gouvernance, passant d’une dictature à une démocratie en évolution, note The Heritage Foundation.

Recommandations politiques

L’objectif de l’engagement stratégique renouvelé de l’Amérique avec la Tunisie devrait consister à aider à mettre le pays sur la voie d’une croissance entrepreneuriale à grande échelle et d’un développement économique à long terme. Tout en maintenant des attentes réalistes et en gardant à l’esprit une approche d’investissement à long terme, Washington devrait :

Il s’agit aussi de développer et lancer cette initiative de prospérité régionale. D’un point de vue plus large de politique étrangère, il est clair que le succès de la Tunisie dans sa quête ascendante de démocratie et de liberté économique est essentiel pour la région de l’Afrique du Nord. L’importance de la région pour les États-Unis, en particulier le Maghreb, n’a cessé de croître, avec deux des 17 pays ayant le statut de « grand allié non-OTAN » des États-Unis – la Tunisie et le Maroc – appartenant à ce corridor stratégiquement important. Malheureusement, la région dans son ensemble a été comme un bloc régional auto-isolé avec un manque sévère de connectivité et d’efficacité économique. Washington peut être constructif de manière flexible et stratégique, pas nécessairement dans le contexte d’accords formels, mais par le biais d’une initiative régionale ciblée, par laquelle les États-Unis devraient s’engager dans l’élaboration d’une feuille de route de développement économique pour la région, dirigée par le secteur privé.

Il s’agit également de rendre plus opérationnelle la Commission économique mixte (CEM) États-Unis-Tunisie, dont la troisième session annuelle,tenue en février 2020, a précisé l’intention de poursuivre les initiatives visant à stimuler le commerce et les investissements bilatéraux entre la Tunisie et les États-Unis.

Une plus grande liberté économique !

Les deux pays ont également signé un protocole d’accord (MOU) sur la coopération commerciale. Ila, vocation à servir de pierre angulaire pour renforcer les efforts bilatéraux visant à attirer les investissements américains dans quatre secteurs clés en Tunisie : (1) les technologies de l’information et de la communication ; (2) l’agroalimentaire ; (3) le design, l’ingénierie et la construction ; et (4) les énergies renouvelables.

L’accent est mis sur la nécessité d’un discours clair et cohérent sur les avantages de la libéralisation du marché pour la Tunisie et ses pays voisins. Les Etats-Unis devraient encourager la Tunisie et les autres pays du Maghreb à adopter des politiques qui attireront les investissements privés et faciliteront une croissance économique et un développement axés sur le marché. Une plus grande liberté économique signifie libérer les entrepreneurs inexploités, qui sont nécessaires pour une croissance soutenue à l’avenir. En fin de compte, les investissements les plus importants dans la région proviendront du secteur privé et, à cette fin, des politiques qui renforcent l’ouverture des marchés et l’efficacité de la réglementation doivent être élaborées et mises en œuvre.

Enfin, il est recommandé de travailler en étroite collaboration avec la Banque mondiale et le Fonds monétaire international . Ces institutions, dans lesquelles les États-Unis ont joué un rôle de premier plan en tant que membre et donateur, peuvent et doivent accroître leurs efforts pour influencer les politiques de manière à améliorer le cadre entrepreneurial dans la région. Une aide au développement efficace devrait se concentrer sur la promotion de la croissance du secteur privé et l’élimination des obstacles politiques à la facilitation d’un esprit d’entreprise dynamique. L’administration Biden devrait souligner sans équivoque que la promotion des politiques et des projets qui font progresser l’état de droit et la liberté d’entreprendre est la mission principale de la Banque mondiale et du FMI, et le fondement de l’engagement des États-Unis avec eux ainsi qu’avec la Tunisie, souligne le think tank qui estime que « le  succès de la Tunisie peut être celui de l’Amérique ». Et c’est pourquoi les États-Unis doivent poursuivre des politiques qui favorisent la liberté économique et la prospérité en Tunisie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,447SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles