AccueilActualités - Tunisie : Actualités en temps réelMandat de dépôt à l'encontre du journaliste Salah Attia

Mandat de dépôt à l’encontre du journaliste Salah Attia

Le juge d’instruction près le Tribunal militaire permanent de Tunis, a émis lundi, un mandat de dépôt à l’encontre du journaliste Salah Attia, a déclaré à la TAP, l’avocat Malek Ben Amor, membre du comité de défense.

Ben Amor a indiqué que Salah Attia a comparu, lundi, devant le troisième juge d’instruction près le Tribunal militaire, précisant que son client a refusé de répondre aux questions qui lui sont adressées.

Attia réclame son droit à comparaitre devant la justice civile et à être jugé, conformément aux dispositions du décret-loi n°2011-115 du 2 novembre 2011 relatif à la liberté de la presse, de l’imprimerie et de l’édition.

Et d’ajouter: En signe de soutien à son client, le comité de défense s’est retiré de l’audience. Nous rejetons catégoriquement la comparution des civils devant la justice militaire, a-t-il dit.

Il s’agit d’un procès purement politique, fustige-t-il.

Pour rappel, le journaliste Salah Attia a été arrêté, samedi dernier, sur ordre du Parquet militaire, sur fond de déclarations, sur la chaîne de télévision qatarie al-Jazeera, selon lesquelles, l’armée tunisienne aurait « refusé les ordres du président de la République d’encercler les locaux de l’Union générale tunisienne du travail ».

L’UGTT avait, de son côté, démenti les déclarations du journaliste Salah Attia.

- Publicité-

1 COMMENTAIRE

  1. Un journaliste, c’est fait pour informer le public dans des médias agréés.
    Pour proférer une opinion, il existe d’autres canaux, tels que les partis politiques pour parler, haranguer, exhorter, orienter l’opinion vers ses propres prises de position.
    Confondre les deux canaux, c’est abuser le monde et utiliser sa carte de presse comme outil de propagande. Ce n’est pas admissible. Et si les instances du journalisme n’arrivent à faire le ménage, la justice s’en chargera et c’est tant mieux.
    Pour ceux qui savent faire la part des choses, ce n’est pas trop grave. Mais, pour le commun des mortels, nous sommes tous les jours harcelés par ces donneurs de leçons, qui s’arrogent une légitimité grâce à un diplôme de journaliste et souvent même sans ce diplôme.
    Messieurs les journalistes, contentez-vous s’il vous plaît de nous tenir informés le plus complètement et le plus objectivement possible. C’est déjà une mission difficile par les temps qui courent.
    Merci

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,002SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -