Maroc : Amnesty bouscule les autorités, elles réagissent mal

Maroc : Amnesty bouscule les autorités, elles réagissent mal

par -

Les autorités locales de la wilaya de Rabat ont interdit, mercredi soir, un sit-in de la section marocaine d’Amnesty International devant le Parlement, rapporte le site marocain Yabiladi.

«Le sit-in symbolique que nous comptions organiser, avec des présentations artistiques sur la peine de mort, a été interdit par les autorités locales», nous déclare ce jeudi Mohamed Sektaoui, directeur général d’Amnesty International-Maroc.

«Nous avons été surpris de voir un nombre important de différents types de forces de l’ordre ainsi que le représentant de l’autorité publique nous ayant notifié que notre sit-in était interdit», poursuit-il.

D’après la même source, Mohamed Sektaoui précise qu’Amnesty International-Maroc a demandé aux autorités de lui fournir une décision écrite. «Le représentant de l’autorité publique s’est contenté de nous dire qu’il s’agissait d’une décision émanant du wali de Rabat», affirme-t-il.

Les responsables de l’ONG ont protesté contre cette décision «verbale» sur le champ avant d’être sommés de quitter les lieux. Mohamed Sektaoui dénonce auprès de Yabiladi une «décision arbitraire sur le fond et la forme».

Rappelant que l’ONG est habituée à ce genre d’interdictions au Maroc comme dans d’autres pays, notre interlocuteur a noté que «cette décision n’interdit pas à Amnesty de poursuivre ses activités».

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire