AccueilLa UNEMarouane El Abassi: Le FMI d’abord, le marché des capitaux ensuite!

Marouane El Abassi: Le FMI d’abord, le marché des capitaux ensuite!

La Tunisie s’est trouvée dans une position difficile lorsque la pandémie a frappé l’année dernière. Alors que le tourisme, l’une des principales sources de revenus du pays, a chuté, un confinement  national a entamé l’activité économique et augmenté la pression sur les finances publiques. Le déficit budgétaire s’est creusé, passant d’environ 3,5 % à 11,5 % du PIB en 2020, et son ratio dette/PIB a bondi de 15 points de pourcentage pour atteindre près de 90 %. La majeure partie de cette dette étant libellée en devises étrangères, certains acteurs du marché craignent que la Tunisie ne soit sur la voie d’une restructuration de sa dette. Le gouverneur de la Banque centrale de Tunisie, Marouane El Abassi en disconvient.  Et il l’a dit dans une interview au site Global Capital en affirmant que  le pays n’envisage pas de restructurer sa dette dans l’immédiat. L’accent est plutôt mis sur la conclusion d’un nouveau programme avec le  FMI, qui améliorerait la position de la Tunisie auprès des investisseurs en titres à revenu fixe. C’est dans cette perspective qu’une délégation gouvernementale tunisienne se rendra, la semaine prochaine à Washington,  à la recherche de nouveaux financements.

- Publicité-

Interrogé sur les  perspectives de reprise économique de la Tunisie en 2021, le gouverneur de l’Institut d’émission a rappelé que l’économie tunisienne s’est contractée, en 2020,  de près de 9 % l’année dernière – le pire niveau que la Tunisie ait connu depuis plus de six décennies – ce qui a impacté la position de sa balance des paiements. Cependant, a-t-il ajouté, les transferts de fonds sont restés bons et la baisse des prix du pétrole l’année dernière a aidé le déficit énergétique de la Tunisie, étant donné que nous sommes un importateur de pétrole. Et « malgré la pandémie, nos réserves de devises étrangères se sont étoffées en 2020, atteignant cinq mois d’importations, en hausse par rapport à 2018, qui équivalait à trois mois d’importations. Cette croissance des réserves a également permis de maintenir le taux de change. Nous prévoyons d’atteindre une croissance économique de 3,8 % en 2021, bien que cela dépende de la façon dont nous gérons ce qui reste de la pandémie et de notre programme de vaccination », a-t-il dit.

Et El Abassi de poursuivre : « L’économie tunisienne se redresse cette année ; les exportations sont en hausse, grâce à la reprise en Europe. Cela a aidé nos réserves en devises et le solde de nos comptes créditeurs. En outre, la stabilité en Libye a également contribué à la reprise. Au premier trimestre de cette année, les exportations vers la Libye étaient considérablement plus élevées que l’année dernière. Ces deux facteurs, combinés à la gestion d’une campagne de vaccination, contribueront à accroître la reprise en Tunisie ». Toutefois, prévoit-il, « le tourisme ne devrait pas atteindre les niveaux pré-pandémiques, ce qui constitue un défi pour nous. Il est clair qu’économiquement, nous ne pouvons pas nous permettre un autre confinement. Nous avons été confrontés à un compromis entre le confinement et  la nécessité de procurer  des revenus aux gens et de maintenir l’activité économique. Les décisions difficiles prises l’année dernière ont eu un impact très fort sur l’économie. Aujourd’hui, nous nous concentrons sur d’autres mesures importantes, comme le port obligatoire de masques et la distanciation sociale. Notre objectif est d’essayer de maintenir l’activité économique afin de nous assurer que nous ne retrouverons pas les niveaux de contraction que nous avons connus en 2020. De nombreux marchés émergents commencent à inverser le relâchement monétaire introduit l’année dernière ».

Pas d’augmentation du taux directeur !

El Abassi a assuré que taux d’intérêt directeur de la BCT ne sera pas relevé pour le moment, expliquant que, « contrairement à certains autres marchés émergents, notre taux d’intérêt réel est positif. Nous attendons toujours de voir ce qui va se passer avec l’inflation dans les mois à venir. Dans notre modélisation initiale, il était prévu qu’elle diminue en 2021, mais nous constatons maintenant une volatilité externe. Les taux d’intérêt aux États-Unis vont augmenter et l’inflation augmente en Europe. Comme nous sommes bien connectés aux marchés internationaux, nous allons naturellement importer une partie de cette inflation. Nous avons effectué de nombreux tests de résistance en juillet et nous prévoyons d’en effectuer d’autres. Les micro-tests que nous avons effectués l’année dernière ont montré que la majorité des banques ont traversé la crise sans trop d’impact – la stabilité financière et les autres indicateurs des banques étaient très bons ».

En tant que banque centrale, nous maintenons une surveillance étroite du système bancaire, notamment en ce qui concerne les prêts non productifs. Nous recevons une assistance technique de la Banque mondiale pour nous aider dans ce domaine. Nous ne voulons pas traiter le taux d’intérêt comme un yo-yo – la stabilité est importante. La viabilité et la restructuration de la dette sont devenues des sujets de plus en plus importants pour les marchés émergents depuis le début de la crise.

« Il n’est pas opportun d’aller sur les marchés financiers internationaux tout de suite » 

A la question de savoir si, avec un ratio dette/PIB de près de 90%, la Tunisie va chercher à restructurer ses euro-obligations et ses dettes bilatérales, le gouverneur de la BCT a souligné que « l’un  de nos objectifs, convenu avec le FMI, est de mieux gérer notre dette interne et externe. Plus important encore, nous discutons avec le FMI d’un nouveau programme de financement ». Et  d’assurer que « nous avons toujours entretenu de bonnes relations avec le FMI et nous faisions partie de son programme de facilité de fonds indiciel de 2016 à 2020.La semaine dernière, le chef du gouvernement tunisien a envoyé une lettre à Kristalina Georgieva [directrice générale du FMI], demandant officiellement un nouveau programme. Nous avons déjà commencé à discuter des domaines d’assistance technique avec le FMI et la Banque mondiale, y compris l’assistance sur le taux de change et la gestion des réserves. Nous n’aurons aucun problème à traiter avec le FMI – nos objectifs concernant les mesures de réforme ont déjà convergé. Il s’agit maintenant de savoir comment nous pouvons gérer les suites de la crise et réaliser ce qui n’a pas été fait avec les programmes formels initiaux du FMI, qui comprenaient les programmes du MEDC et de l’accord de confirmation »

Un domaine important de discussion est celui des subventions, a souligné El Abassi, reconnaissant que « les subventions  sur l’électricité, l’eau et même les produits de base  posent  un énorme problème pour nous. Elles ont entraîné d’énormes distorsions, tant avec le déficit public qu’avec les entreprises publiques. C’est pourquoi nous envisageons de restructurer cinq entreprises publiques différentes, ce à quoi la banque centrale participe ».

Au sujet de l’éventualité pour la Tunisie de faire  appel au marché des euro-obligations, Marouane El Abassi a indiqué qu’ « en tant que conseiller du gouvernement, je pense que la priorité pour le moment est notre relation avec le FMI. Nous pourrions avoir un gap  budgétaire à financer de l’extérieur. Dans ce cas, notre objectif est de cibler les bailleurs de fonds  multilatéraux et bilatéraux. Pour l’instant, l’objectif ultime est de sécuriser un programme durable du FMI. Si nous obtenons cela, nous aurons une meilleure visibilité dans les trois ou quatre prochaines années lorsqu’il s’agira pour les investisseurs internationaux de s’intéresser à la Tunisie ». Le gouverneur de la BCT a affirmé  qu’ « il n’est pas opportun d’aller sur les marchés financiers internationaux tout de suite », expliquant que « nous pourrions vendre des obligations garanties cette année et reconduire les garanties reçues dans le passé, ce que nous essayons de faire avec certains de nos prêteurs bilatéraux » Ila  rappelé « nous avons 1 milliard de dollars de dette arrivant à échéance en juillet et août de la part des États-Unis. Nous essayons d’obtenir une approbation pour disposer à nouveau du même montant. Nous nous rendons à Washington début mai pour en discuter plus avant. Nous sommes également en discussion avec d’autres prêteurs bilatéraux, par exemple le Qatar, pour des prêts privés. Cette année, nous nous concentrons sur les accords bilatéraux avec les banques de développement et les prêteurs multilatéraux, et non sur le marché financier international », a-t-il dit.

Pour ce qui est du principal défi que la Tunisie aura à relever  l’année prochaine, El Abassi a souligné que « nous sommes très prudents face à la hausse des taux aux États-Unis et aux effets d’entraînement sur les prix du pétrole et les marchés émergents. Il est difficile de prévoir où ira l’inflation, en raison de l’augmentation des prix des produits de base internationaux et des mesures sévères prises par le gouvernement pour augmenter les prix sur le marché intérieur. Je veux maintenir la crédibilité de la politique monétaire, voir l’inflation diminuer et le taux de change rester stable. Le taux de change affecte notre dette, c’est donc un autre défi dont nous sommes conscients. Surtout, notre principale priorité aujourd’hui est de convenir d’un  programme avec le FMI pour aider à relancer la croissance économique », a conclu le gouverneur de la BCT.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,729FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,476SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles