Tags Posts tagged with "Afghanistan"

Afghanistan

par -

La Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) a exprimé mardi 02 octobre 2018 sa préoccupation devant les violences auxquelles on assiste dans le pays depuis le début de la campagne en vue des élections législatives du 20 octobre.

Dans un communiqué publié à Kaboul, la mission condamne notamment l’attentat-suicide commis mardi dans la province de Nangarhar, où au moins 14 civils qui participaient à une réunion électorale ont été tués et 42 ont été blessés.

Depuis le début de la campagne officielle le 28 septembre, plusieurs attentats ont été commis, dans lesquels un candidat et trois gardes du corps d’un autre candidat ont été tués, déplore la MANUA, qui « exhorte tous les acteurs à s’abstenir de tout acte de violence et d’intimidation contre les candidats ou les électeurs ».

« Je suis scandalisé par les attentats dans lesquels sont délibérément visés des civils cherchant à exercer leur droit fondamental de participer à des élections », déclare le Représentant spécial en Afghanistan du Secrétaire général, Tadamichi Yamamoto, dans le même communiqué. « Ces violences, y compris l’attentat répréhensible d’aujourd’hui à Nangarhar, constituent une atteinte aux droits constitutionnels du peuple d’Afghanistan ».

Plus tôt cette année, la MANUA a publié un rapport dans lequel elle documentait déjà une multiplication inquiétante d’attentats dans des lieux liés aux élections, depuis le début des opérations de mise à jour des listes électorales au printemps dernier. L’attentat le plus sanglant de cette période a été commis le 22 avril par un terroriste kamikaze qui a visé une foule rassemblée devant un centre de distribution de cartes d’identité à Kaboul, faisant 198 victimes.

par -

Après quatre décennies de conflits et d’insécurité, l’Afghanistan a plus que jamais besoin de l’appui de la communauté internationale pour relever les défis auxquels le pays est confronté, ont déclaré lundi 10 septembre 2018 deux hauts responsables des Nations Unies.

L’Afghanistan, où des élections doivent se tenir dans les prochains mois, connait des besoins humanitaires croissants, mais l’intérêt pour les problèmes que rencontre sa population semble fléchir.

Une crise « prolongée ne veut pas dire qu’elle doit être oubliée », a déclaré Mark Lowcock, le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires lors d’une conférence de presse à Genève.

« Le monde doit de nouveau accorder un peu plus d’attention à l’Afghanistan pour l’aider à traverser cette période difficile », a-t-il ajouté, soulignant qu’avec une mobilisation et une aide adéquates, « il est possible que dans un an, (les Afghans) puissent se retrouver sur une trajectoire positive ».

Selon le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), près de 4,2 millions de personnes en Afghanistan ont besoin d’urgence d’une assistance humanitaire. Parmi elles, 1,9 million de personnes déplacées par le conflit et plus de 60.000 réfugiés rapatriés qui ont besoin d’aide pour recommencer leurs vies.

En outre, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) souligne que le Pakistan et l’Iran accueillent 2,6 millions de réfugiés afghans enregistrés, ainsi qu’un nombre encore plus grand d’Afghans sans papiers.

En Afghanistan, l’insécurité permanente causée par les attaques terroristes et la criminalité croissante, a des « répercussions très négatives », a pour sa part déclaré Filippo Grandi, le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, car « elle continue de provoquer des déplacements internes » et « a entraîné une forte baisse du nombre de personnes rentrant en Afghanistan ».

Au cours des huit premiers mois de 2017, entre 40.000 à 50.000 Afghans avaient pris le chemin du retour au pays. Pour la même période cette année, ils n’étaient qu’environ 12.000, a expliqué le chef du HCR.

Pour ne rien arranger, l’Afghanistan est confronté à une vaste sécheresse qui affecte 70% de son territoire, mettant en danger 1,3 million de personnes.

Alors que le pays se prépare pour les élections législatives et présidentielles dans les mois à venir, M. Lowcock a salué les « efforts » déployés par le gouvernement afghan pour résoudre les problèmes empêchant les retours des réfugiés et leur réinsertion, tels que le manque de terres disponibles.

Les deux responsables de l’ONU ont appelé le monde à soutenir l’Afghanistan. Les 27 et 28 novembre, une conférence internationale organisée conjointement par les Nations Unies et le gouvernement afghan se tiendra à Genève pour discuter de la voie à suivre. « Une occasion importante de réaffirmer les engagements internationaux envers la paix, la stabilité, le développement et des progrès en Afghanistan », a dit M. Lowcock.

par -

Un double attentat-suicide dans une mosquée chiite ce vendredi à l’heure de la prière a fait au moins 20 morts et 50 blessés à Gardez, dans l’est de l’Afghanistan, ont annoncé les autorités locales qui s’attendent à ce que “le bilan s’alourdisse”, rapporte Lefigaro.

“L’explosion s’est produite à l’heure de la prière: il y avait deux kamikazes qui ont déclenché leur charge à l’intérieur de la mosquée chiite”, a indiqué le chef de la police provinciale, le général Raz Mohammad Mandozai, indique la même source.

Depuis deux ans la minorité chiite d’Afghanistan est régulièrement ciblée par des attentats généralement revendiqués ou attribués au groupe État islamique.

par -

Au moins 15 personnes ont été tuées mardi 31 juillet 2018 dans une attaque contre un bâtiment gouvernemental à Jalalabad, une ville de l’est de l’Afghanistan où une école de sages-femmes avait également été visée le week-end dernier.

Les trois assaillants ont de leur côté tous trouvé la mort, rapporte tvanouvelles, citant les autorités.

Ce n’est qu’après cinq heures d’intenses combats que les forces de sécurité ont repris le contrôle des locaux du Département des réfugiés et des rapatriés dans lesquels étaient présents un nombre inconnu d’employés et de visiteurs, a déclaré Attaullah Khogyani, le porte-parole du gouverneur de la province de Nangarhar.

Il a ajouté que quinze personnes avaient été tuées et quinze autres blessées dans cette attaque qui a commencé vers 11H00 (06H30 GMT) et n’a pas été revendiquée.

par -

Les Nations Unies ont salué les progrès réalisés par la Commission électorale indépendante (CEI) en fixant une date en octobre 2018 pour organiser les élections parlementaires et de conseil de district en Afghanistan.

« Fixer une date ferme pour les élections est un développement particulièrement positif et important dans le travail de la CEI, et permettra de passer des étapes formelles de planification à la mise en œuvre », a déclaré Tadamichi Yamamoto, le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour l’Afghanistan.

« Des élections transparentes et inclusives sont une composante essentielle de l’Afghanistan, démontrant la force des processus politiques démocratiques qui prennent racine ici », a déclaré M. Yamamoto, qui est également chef de la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA). « La participation de tous les Afghans au processus électoral, et pas seulement aux élections elles-mêmes, est essentielle », a -t-il ajouté.

En décembre 2017, les donateurs se sont engagés à financer jusqu’à 90% du budget d’inscription des électeurs d’un montant de 28,4 millions de dollars, en plus de promettre une assistance continue à la CEI et à la Commission des plaintes électorales (ECC).

« L’ONU et la communauté internationale dans son ensemble restent déterminées à soutenir le processus électoral afghan », a déclaré l’envoyé de l’ONU.

En vertu de la résolution 2405 (2018), le Conseil de sécurité a demandé à la MANUA d’appuyer les autorités afghanes dans l’organisation des élections et de renforcer l’intégrité, la viabilité et l’ouverture du processus électoral.

par -

Pour la quatrième année consécutive, le bilan annuel de victimes civiles afghanes de conflits a franchi en 2017 la barre des 10.000 personnes, a indiqué la Mission d’assistance des Nations unies en Afghanistan (MANUA).

Dans un rapport publié jeudi, la MANUA a recensé 10.453 victimes civiles (3.438 morts et 7.015 blessés) sur le territoire afghan en 2017. Un chiffre en baisse de 9% par rapport à 2016, principalement en raison du recul des affrontements directs entre insurgés et forces pro-gouvernementales.

Les deux tiers des civils tués ou blessés l’an dernier l’ont été par des forces antigouvernementales (42% par des Talibans et 10% par des djihadistes du groupe Etat islamique). Les forces pro-gouvernementales sont responsables d’un cinquième des victimes civiles (près de 13% par des forces gouvernementales et 2% par forces internationales).

La MANUA attribue 1.000 victimes civiles (399 morts et 601 blessés) et 119 enlèvements à Daech. « Le groupe a principalement visé les civils en 2017 mais a également mené des attaques aveugles et disproportionnées contre les forces de sécurité dans les zones civiles », indique la mission onusienne dans son rapport.

En outre, le rapport constate une augmentation du nombre de frappes aériennes menées par les forces militaires afghanes et internationales. Avec l’augmentation des raids aériens aussi bien afghans qu’américains contre des positions des Talibans et celles de l’Etat islamique, les victimes de ces frappes (295 morts et 336 blessés) sont en hausse de 7% en comparaison à 2016, soit le bilan annuel le plus lourd des opérations aériennes depuis 2009. Un bilan particulièrement lourd et en augmentation pour les femmes (+22%) et les enfants (+33%).

« Les chiffres effrayants de ce rapport fournissent des données crédibles sur l’impact de la guerre, mais ces statistiques ne peuvent à elles seules rendre compte des souffrances humaines effroyables infligées aux personnes ordinaires, notamment aux femmes et aux enfants », a fait remarquer Tadamichi Yamamoto, le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU pour l’Afghanistan.

Augmentation des pertes civiles causées par les attentats-suicides

M. Yamamoto, qui dirige également la MANUA, a également exprimé sa profonde préoccupation face à l’augmentation des pertes civiles causées par les attentats-suicides.

« Je suis particulièrement consterné par la poursuite de l’utilisation aveugle et illégale d’engins explosifs improvisés tels que des bombes humaines dans des zones habitées par des civils. C’est honteux », a déclaré le Représentant spécial.

Au total, 57 attaques suicides et autres formes d’attentats ont fait 605 morts et 1.690 blessés (+17% en un an), devenant avec les mines et autres engins explosifs la première cause de mortalité et de blessures dues au conflit, devant les combats terrestres, précise la MANUA.

« Les gens sont tués pendant leurs activités quotidiennes, quand ils voyagent en bus, prient à la mosquée ou simplement parce qu’ils passent à côté du bâtiment visé », a relevé le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein.

Le rapport de la MANUA salue toutefois les mesures prises par le gouvernement afghan et les forces de sécurité pro-gouvernementales en 2017 pour protéger les communautés dont une politique nationale de prévention des victimes civiles. La Mission onusienne a souligné une réduction de 23% des pertes civiles attribuées aux forces pro-gouvernementales.

Parmi ses recommandations, l’ONU exhorte les parties au conflit à prendre toutes les précautions possibles pour protéger les civils et les installations civiles. Il appelle les éléments antigouvernementaux à cesser de cibler délibérément les civils et les biens de caractère civil et à faire un usage inconsidéré et disproportionné de tous les engins non explosés.

par -

Les autorités afghanes n’ont jamais été aussi fragilisées depuis 2011. Ce lundi 29 janvier 2018, les insurgés ont encore frappé dans la capitale, Kaboul, cette fois un avant-poste de l’armée afghane aux environs de l’une des plus grandes académies militaires du pays. L’attaque a tué au moins 11 militaires et blessé quinze d’entre eux, d’après un nouveau bilan du ministère de la Défense rapporté par l’agence Reuters. L’assaut a été revendiqué par Daech. C’est la troisième en moins d’une semaine, après les carnages des 25 et 27 janvier 2018, à ajouter à ceux d’août, octobre et décembre 2017, etc.

On a appris que deux des assaillants ont fait exploser leurs ceintures piégées et deux autres ont été abattus par les forces de sécurité, le cinquième a été interpelé, indique le ministère dans un communiqué.

A noter qu’en octobre 2017, une attaque suicide à la voiture piégée avait touché la même académie militaire, fauchant 15 personnes qui se déplaçaient dans un minibus transportant des élèves-officiers et leurs formateurs…

par -

Carnage ce samedi 27 janvier 2018 à Kaboul. Une bombe planquée dans une ambulance a explosé au niveau d’un barrage de la police aux environs d’un quartier administratif et des ambassades, causant la mort de 63 personnes et plus de 150 blessés, ont indiqué les autorités à l’agence Reuters. L’attaque a été revendiquée par les taliban. A rappeler que le mouvement extrémiste s’était dit l’auteur de l’attentat de l’hôtel Intercontinental de Kaboul qui a fauché plus de 20 civils il y a une semaine.

C’est un massacre“, a dit Dejan Panic, coordinateur pour l’Afghanistan de l’ONG humanitaire italienne Emergency, en charge de l’hôpital à proximité.
L’explosion s’est produite à l’heure du déjeuner dans une rue très fréquentée. A noter que les Afghans travaillent le samedi.

Les taliban entendent ainsi répliquer à la dernière sortie du président afghan, Ashraf Ghani et de ses soutiens américains, qui ont déclaré que leur nouvelle stratégie militaire, plus offensive, a bouté les extrémistes hors des grandes localités provinciales…

par -

Une attaque armée était en cours lundi matin dans l’ouest de Kaboul contre un centre d’entraînement militaire des services de renseignements afghans (NDS), a indiqué le porte-parole du ministère de l’Intérieur à l’AFP.

Des témoins ont également mentionné sur Twitter le bruit d’une “explosion suivi de tirs”, scénario classique des attaques complexes menées par les insurgés contre leur cible, la première explosion servant à ouvrir la voie à des commandos armés.

par -

Un kamikaze au volant d’une voiture piégée a foncé lundi dans un convoi militaire étranger en Afghanistan, blessant deux soldats américains et trois civils, selon des sources rapportées par l’AFP.

Les talibans ont revendiqué cette attaque, qui s’est déroulée près de la base aérienne militaire américaine de Bagram, proche de Kaboul. Elle intervient quelques jours après un autre attentat-suicide à l’extérieur de la base, qualifié par les insurgés de “représailles” à la diffusion d’un tract américain auprès de la population locale.

Les talibans ont affirmé dans leur message de revendication que 24 “envahisseurs” avaient été tués ou blessés dans l’attentat, et trois véhicules militaires détruits.

On ignorait dans l’immédiat si cette attaque était elle aussi liée au tract américain litigieux, dont la distribution avait provoqué la colère de nombreux Afghans la semaine dernière, a ajouté l’AFP.

par -

Une mosquée chiite du nord de Kaboul a été la cible, vendredi 25 août, d’un attentat-suicide revendiqué par l’organisation État islamique (EI), rapporte l’AFP.

Au moins 12 personnes, dont une grande majorité de civils, sont mortes dans l’attaque, selon les autorités afghanes. Des dizaines de personnes ont également été blessées.

La police dit avoir secouru plus de 100 fidèles de cette mosquée du quartier de Khair Khana au cours de l’attaque qui a duré plusieurs heures et n’a été déclarée terminée qu’en fin d’après-midi.

Un kamikaze a d’abord ouvert le feu, tuant deux agents de sécurité à l’entrée de la mosquée, puis ils sont entrés dans le bâtiment“, a raconté un témoin à l’AFP .

Un autre témoin a déclaré que les jihadistes manquaient de munitions et avaient fait “usage de couteaux pour frapper les fidèles“.

par -

Un attentat-suicide contre une mosquée chiite à Hérat, dans l’ouest de l’Afghanistan, a fait mardi soir près de 30 morts. L’EI, qui a visé à plusieurs reprises la minorité chiite d’Afghanistan est soupçonnée d’être à l’origine de l’attaque.

Un attentat-suicide a fait mardi 1er août au soir plus de 30 morts et des dizaines de blessés dans une mosquée chiite à Hérat, dans l’ouest de l’Afghanistan.

“Le bilan s’élève à 29 morts et 63 blessés, dont certains sont dans un état critique”, a précisé à l’AFP le porte-parole de l’hôpital régional, Rafiq Shirzai. “Ce bilan pourrait encore évoluer”, selon lui. Un correspondant de l’AFP sur place a indiqué avoir vu “de nombreux corps” à l’intérieur de la mosquée, laissant craindre un bilan beaucoup plus lourd.

Selon le porte-parole de la police de Hérat, Abdul Ahad Walizada, “deux terroristes sont impliqués dans l’attaque dont l’un portait un gilet explosif et s’est fait exploser, tandis que le second était armé d’un fusil”. “Tous deux sont morts” a-t-il ajouté, sans donner de précisions sur la mort du deuxième assaillant.

par -

Niloofar Rahmani, à peine 25 ans, qu’on a affublée du surnom très évocateur de «Top Gun afghane» pour avoir réalisé la prouesse d’être la première femme pilote d’Afghanistan, ne voit pas la vie en rose. Ce symbole d’émancipation pour les femmes de son pays et du monde entier ne s’imaginait sans doute pas qu’elle allait s’attirer autant d’ennuis en brillant dans un secteur où les “mâles” font la loi. Sa sécurité n’étant pas garantie dans un pays où la modernité n’a que peu de place et où les violences envers les femmes sont légion, elle est contrainte de demander l’asile politique aux Etats-Unis.

La petite dame, qui est actuellement en formation dans l’armée de l’air américaine, était censée retourner dans son pays une fois son cursus achevé. Mais les menaces qui pèsent sur sa vie ont changé ses plans. Elle va donc finalement résider au pays de l’oncle Sam.

Il est vrai qu’en Afghanistan les bruits sur son compte ne sont guère rassurants. Les accusations de trahison fusent. Même le porte-parole du ministère de la Défense, Mohammad Radmanesh, s’y est mis. « Ce qu’elle dit aux Etats-Unis était irresponsable et inattendu. Elle devait être un modèle pour les autres jeunes Afghans (…) C’est une honte » a-t-il affirmé. L’avocate de Niloofar Rahmani a répliqué, de manière cinglante : « la vraie trahison à l’égard de l’Afghanistan vient de ceux qui menacent sa vie et celle de sa famille, et aussi ce ceux qui continuent d’opprimer les femmes ».

En fait les choses se sont vraiment gâtées pour la pilote quand le département d’Etat américain lui a décerné le prix international des « femmes de courage ». Cette distinction, bizarrement, a été très mal perçue dans son pays, et c’est parti pour les menaces de mort. Le plus curieux dans cette histoire, c’est que des femmes lui en voulaient aussi, à mort ! Etrange nature humaine…

par -

Une forte explosion a retenti, ce lundi 21 novembre 2016, devant une mosquée chiite à Kaboul, en Afghanistan, rapporte Euronews.

La police parle d’au moins 27 morts. Il y aurait également plusieurs dizaines de blessés. D’après les autorités, il s’agit d’un attentat-suicide, le kamikaze se serait fait exploser au milieu des pèlerins.

Cela s’est produit en pleine cérémonie religieuse marquant les 40 jours des célébrations de l’Achoura, une des dates les plus importantes pour les musulmans chiites, ajoute la même source.

par -

La Cour pénale internationale (CPI) a déclaré que les forces armées américaines et la CIA auraient avoir commis des crimes de guerre en Afghanistan en torturant des prisonniers.

Selon un article publié sur le site du Figaro, la CPI a relevé dans son rapport annuel que les forces armées américaines auraient infligé à 61 détenus des actes de torture, traitements cruels et des atteintes à la dignité de la personne sur le territoire afghan.

D’après la même source, quelque 27 autres détenus auraient également subi les mêmes traitements.

par -

Au moins 30 civils ont péri, jeudi, dans une frappe aérienne américaine dans la province volatile de Kunduz, où une attaque talibane avait coûté la vie à deux soldats américains, a annoncé l’agence AFP. Des manifestations ont éclaté à Kunduz après le raid. Des dizaines de proches des victimes se sont rassemblés devant les bureaux du gouverneur, transportant des corps d’enfants tués.

Toujours selon l’AFP, les forces afghanes, appuyées par des troupes de la coalition, conduisaient une opération conjointe contre les insurgés talibans en périphérie de la ville de Kunduz lorsqu’ils ont été pris sous le feu des insurgés, ce qui les a poussés à réclamer un soutien aérien américain.

par -
L'Etat islamique (EI) est dans le viseur de la communauté

Hafez Saïd, à la tête de l’organisation Etat islamique (EI) en Afghanistan et au Pakistan, a trouvé la mort dans une attaque américaine en juillet 2016, dans la province afghane de Nangarhar, d’après le Pentagone.

Cette liquidation, un coup très dur pour Daech qui fait tout pour prendre racine au Pakistan et en Afghanistan, a eu lieu au cours d’actions conjointes des forces spéciales américaines et afghanes contre l’EI au sud de la province le mois dernier, a confié hier vendredi Gordon Trowbridge, porte-parole adjoint du Pentagone. “Les forces américaines ont mené une frappe visant Hafez Saïd (…) dans le district d’Achin, dans la province de Nangarhar le 26 juillet, entraînant sa mort”, a-t-il précisé.

Ce dirigeant de Daech “était connu pour participer directement aux attaques contre les forces américaines et de la coalition, et les activités de son réseau terrorisaient les Afghans, particulièrement dans le Nangarhar”, a ajouté Trowbridge.

On ne connait pas encore officiellement les circonstances dans lesquelles cette frappe s’est produite, mais un responsable américain a déclaré à la BBC qu’Hafez Saïd avait été exécuté à l’aide d’un drone.

Le même Hafez Saïd avait été donné pour mort en juillet 2015 par les autorités afghanes, dans une attaque de drone américaine qui avait ciblé plusieurs dizaines de responsables de l’EI dans le Nangarhar, près de la frontière pakistanaise. Cette opération avait eu lieu moins de six mois après une autre frappe qui avait permis d’abattre Abdul Rauf Khadim, dont on dit qu’il est le deuxième dirigeant de l’EI au Pakistan.

par -

Le Sous-secrétaire américain à la Défense Bob Cook s’est entretenu, mardi à Washington, avec le secrétaire d’Etat allemande à la Défense Katrin Suder de la situation sécuritaire en Afghanistan.

Un communiqué du Pentagone indique que les deux responsables ont discuté de la mission en cours en vue d’entrainer, de conseiller et d’assister les forces armées afghanes dans leur lutte contre les Taliban et leurs efforts de sécuriser le pays et de barrer la route aux groupes “terroristes” qui veulent faire de l’Afghanistan leur propre “sanctuaire”.

Les autorités américaines avaient annoncé la mort du chef des taliban en Afghanistan, Akhtar Mansour, ce qui constitue, selon le président Barack Obama, une “étape importante” pour ramener la paix et la prospérité dans ce pays.

M. Cook et Mme Suder se sont félicité des relations militaires “fortes” qui unissent les Etats Unis et l’Allemagne, indiquant que Washington et Berlin sont disposés à les renforcer davantage.

Ils ont également évoqué les efforts de lutte contre le groupe terroriste Etat islamique (EI) en Irak et en Syrie.

par -

Le président Barack Obama a confirmé ce lundi 23 mai 2016 la mort du mollah Mansour, chef des talibans afghans, dans une frappe américaine.

Cette mort est “un jalon dans notre effort au long cours pour ramener paix et prospérité en Afghanistan”, estime le président, dans un communiqué de la Maison Blanche publié pendant sa visite au Vietnam.

«Les talibans devraient saisir cette opportunité pour suivre la seule véritable voie pour mettre fin à ce conflit: en rejoignant le gouvernement afghan dans un processus de réconciliation», a affirmé le président américain.

Il est à rappeler par ailleurs que le chef des talibans afghans a péri dans une frappe aérienne américaine menée par plusieurs drones des forces spéciales américaines dans la province pakistanaise du Baloutshistan.

par -

Au moins 73 personnes sont mortes dimanche dans la collision frontale de deux bus avec un camion citerne à l’origine d’une gigantesque déflagration sur une route dans l’Est de l’Afghanistan, a annoncé le ministère de la Santé afghan.

La plupart des victimes ont été carbonisées dans cet impressionnant incendie dégageant une âcre fumée noire sur l’axe Kaboul-Kandahar non loin de la capitale, a précisé à l’AFP le porte-parole du ministère Ismail Kawoosi.

Des dizaines d’autres ont été blessées et emmenées — en état de choc, en sang ou grièvement brûlées– vers les hôpitaux de Kandahar et de Ghazni et le bilan pourrait encore s’alourdir.

La zone où a eu lieu ce terrible accident est l’une des régions afghanes les plus durement touchées par la rébellion talibane.

Beaucoup de chauffeurs de bus, sur cet axe routier qui traverse des zones dangereuses, conduisent de manière imprudente et à très grande vitesse pour éviter tout contact avec le talibans.

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

La loi antiraciste vient d'être votée par le Parlement, avec son lot de sanctions qui en refroidit plus d'un (fortes amendes et même peine...

INTERVIEW

Slim Feriani, le ministre de l'Industrie et des PME et de l'Energie par intérim, a récemment accordé à Africanmanager une interview exclusive où il...

AFRIQUE

Le compte satellite du tourisme en 2017 publié par le Haut Commissariat au Plan (HCP) et rapporté par Telquel.ma, fait « ressortir une nette amélioration...

Reseaux Sociaux

SPORT

La joueuse de tennis tunisienne Ons Jabeur (101e mondiale) a poursuivi son aventure réussie au tournoi "Kremlin cup" de Moscou, doté de 767.000 dollars,...