Tags Posts tagged with "africains"

africains

Dans un long billet qu’il a intitulé “UNE FAUTE POLITIQUE MAJEURE A DENONCER” et qu’il a posté sur sa page Facebook, Habib Karaouli, s’insurge, avec des mots très forts, contre la décision d’ouvrir plus largement les universités publiques tunisiennes aux étudiants étrangers à condition de payer. Voilà ce qu’en dit le vice-président du Club des dirigeants de banques et d’établissements de crédit d’Afrique :

Décidément, nos responsables s’ingénient à nous désespérer de la politique et de la chose publique à force de décisions qui font douter les plus magnanimes d’entre nous de leur capacité à conduire les affaires de leur département voire de leur légitimité à y être.

La dernière en date a été annoncée par le Ministre de l’Enseignement Supérieur, qui soumettra dorénavant les étudiants africains subsahariens au paiement de frais de scolarité variant de 5000 à 15000 dinars dans les universités publiques tunisiennes. Quelle trouvaille !!! Vu la célérité avec laquelle cette décision a été annoncée et prise, elle devait probablement figurer parmi les axes majeurs de la réforme de l’enseignement supérieur prônée par ce ministre ! Davantage de diligence pour éviter une année blanche à nos étudiants eût été plus à propos et plus conforme à ce que l’on attend d’un ministre qui doit porter une vision. A défaut de mieux, on fait semblant d’être dans l’action avec ce que l’on a et/ou ce que l’on est !
Cette décision en rappelle une autre malencontreuse, celle d’avoir imposé en dépit du bon sens et sans aucune mise en perspective une taxe de 30 dinars à nos frères algériens à leur entrée en Tunisie. Décision finalement abandonnée après avoir causé les désagréments que l’on sait.

Comment peut-on faire preuve d’une telle cécité politique et de mise en danger non seulement des intérêts majeurs de la Tunisie mais, plus grave de mon point de vue, de notre image dans le continent qui s’en trouvera sérieusement ébréchée.

Qu’est-ce qui a motivé une telle décision ? Sont-ce ces dizaines de milliers d’étudiants subsahariens qui envahissent nos universités et qui prennent la place des étudiants tunisiens ou réduisent leur probabilité d’être admis dans certaines filières ? Auquel cas, cette décision tendrait à en réduire les flux. Sachant toujours qu’elle touchera les plus démunis d’entre eux, les autres continueront à aller vers le privé. Est-ce une volonté de générer des revenus additionnels aux fins de maintenir le système ? Auquel cas, un petit effort de rationalisation des choix budgétaires et de compression des dépenses conduirait à un meilleur résultat que les quelques centaines de milliers de dinars attendus. A t-on entrepris préalablement une cost benefit analysis pour mesurer les conséquences d’une telle décision ? Je ne le pense pas. Cela fait partie des fausses-bonnes idées. Ce n’est pas avec des comptes d’apothicaires que l’on met en place une vision et une stratégie nationale d’un enseignement public de qualité capable de capter les meilleurs talents et de les garder.

La responsabilité politique en incombe à tout le gouvernement. Car, si le Ministre en charge n’est pas apte, c’est à son chef de le cadrer dans un souci de cohérence avec sa politique globale.

Comment réagirait ce même Ministre si les pays où nous avons des dizaines de milliers d’étudiants tunisiens dans les universités publiques prenaient une telle décision ? Ou excluraient ces mêmes étudiants des avantages afférents à leur statut d’étudiant (restauration, transport, allocation logement, …) du fait de leur nationalité ?

L’on se serait attendu d’une Tunisie généreuse, inspirante, solidaire et confiante en ses moyens que le gouvernement offre des bourses aux étudiants africains subsahariens les plus méritants et leur offre la possibilité d’y parfaire leur parcours professionnel plutôt que de durcir les conditions d’accès . C’est d’une conquête des cœurs et des esprits qu’il s’agit et non pas d’une approche mercantile, court-termiste et contre-productive.

J’appelle à une révision sans délai de cette décision qui ne peut que porter du tort au pays, décrédibiliser toute notre politique continentale d’intégration dans les ensembles régionaux et sous régionaux et qui plus est avec un bénéfice des plus hypothétiques”.

par -

Le Choiseul 100 Africa est une étude annuelle réalisée en toute indépendance par l’Institut Choiseul. Il identifie, recense et classe les jeunes dirigeants africains de 40 ans et moins, appelés à jouer un rôle majeur dans le développement économique du continent dans un avenir proche. «Fruit d’un travail mené sur plusieurs mois, l’Institut Choiseul a fait appel à de nombreux experts et spécialistes du continent pour réaliser cette étude ambitieuse et unique en son genre qui dresse un état des lieux des forces vives de l’économie africaine», précise la présentation de l’édition 2017 de l’Institut.

Pour le cru 2017, Zied Bouchammaoui, DG de HBG (Hédi Bouchamaoui Groupe) chapeaute le classement des tunisien et se place 45ème dans le Top 100 ; il est suivi par Ghassen Ben Aïssa, DG de la société C-Logistics ; puis par Safia Hachicha, DC de PGI Holding du Groupe Amen, à la 3ème place des Tunisiens et à la 71ème des 100 Africains. Son nom a été aussi cité dans le classement de l’année 2016. Cette même année, on trouvait Walid Loukil, DGA du groupe familial et Sami Mhiri, PDG du groupe Sunshine et fils de Néji Mhiri à la 71ème place africaine et à la 3ème place des Tunisiens.

Choiseul précise par ailleurs que «plusieurs critères pondérés ont été pris en compte dans ce classement, tels que l’image et la réputation, le parcours et les compétences, le pouvoir et la fonction, l’influence et les réseaux, le potentiel et le leadership. La somme des points obtenus dans les différentes catégories de critères précitées détermine la place de chacun des lauréats dans le classement final. Les profils ayant obtenu moins de 10% dans l’une des catégories sont éliminés».

En 2017 et après les 100 premiers, il y avait Sami Ben Hariz, DG de BFI groupe, Sheyma Hadded, PDG du groupe Intertechnique.

par -

Le trafic passagers du mois d’Aout 2017 fait état d’un accroissement de 19.5 % et ce, par rapport à la même période en 2016.

Par ailleurs, les principaux indicateurs durant le mois d’Aout 2017 par rapport au mois d’Aout 2016 se présentent comme suit:

1- Le trafic, toutes activités confondues, est passé de 368.205 à 440.057 passagers :

– Le trafic régulier a augmenté de 10.5 %, passant 311.120 à 343.936 passagers,

– Quant à l’activité charter, elle a enregistré une croissance remarquable de 18.845 à 67.025 passagers et ce grâce à la reprise du trafic touristique.

– Durant le mois d’Aout, la compagnie Tunisair a également transporté 10.748 Pèlerins

2- Le coefficient de remplissage est en progression de 6.5 points pour atteindre 79.3 % en Aout 2017.

3- Sur le plan des principaux marchés de Tunisair, selon le découpage géographique et en matière de trafic régulier, il convient de signaler ce qui suit :

– Les pays Européens, cumulant une part de trafic passagers de 77.4 % ont enregistré une augmentation de 9.4 %,

– Les pays Africains, cumulant une part de trafic passagers de 14.1 %, ont enregistré une amélioration de 13.3%,

– Les pays du Moyen Orient, dont la part de trafic passagers est de 6.8 %, ont enregistré une progression de 11.2%.

– L’Amérique du Nord (Montréal), dont la part de trafic passagers est de 1.7%, à enregistré une progression de 49.5 %.

par -

Le ministère tunisien de l’Intérieur a annoncé que deux Africains ont été arrêtés par les unités sécuritaires. Ces individus sont accusés de falsification de monnaie et d’escroquerie en bande organisée à Tunis et à Monastir.

Dans un communiqué rendu public mercredi dernier, le ministère a fait savoir que les victimes sont des citoyens tunisiens et des étrangers qui ont été escroqués pour un montant de 800.000 dinars par des Africains.

Ces derniers ont fait croire qu’ils multiplieront cette somme grâce à des tours de magie.

Les escrocs utilisent dans leurs opérations des substances liquides, des coupures de feuilles colorées et des billets de monnaie qui ont été saisies lors de cette arrestation.

Le parquet a autorisé le maintien en détention des deux suspects et décidé la poursuite de l’enquête et la convocation des victimes, nous apprend la même source.

par -

Pas moins de 400 millions d’africains consommeront en 2016 des jeux sur leur mobile. C’est ce qui ressort d’une étude publiée ce vendredi 1er avril, par Deloitte Afrique Francophone sur les évolutions d’usages, de consommations et de marchés en Afrique dans le secteur des technologies, médias et télécommunications (TMT).

L’étude a expliqué cela par l’émergence de nouveaux modèles de smartphones et le développement du marché de l’occasion qui constituent une réelle opportunité pour l’industrie des jeux.

Selon la même étude, les géants du secteur des TICs considèrent aujourd’hui l’Afrique comme une cible prioritaire tout en multipliant les partenariats avec les opérateurs mobiles présents sur place. C’est important, a déclaré Anis Rouissi, directeur TMT, Deloitte Tunisie au cours d’une rencontre qui se tient actuellement à Tunis, faisant remarquer que le développement de cette industrie offre aussi de réels débouchés pour la jeunesse africaine. Chiffre à l’appui, on compte actuellement près d’une dizaine d’intégrateurs locaux producteurs de jeux sur mobile.

par -

Le président de la République, Béji Caïd Essebsi a reçu, mercredi, au palais de Carthage, les lettres de créance de trois nouveaux ambassadeurs de pays africains accrédités à Tunis.
Il s’agit, selon un communiqué de la Présidence de MM:
– Ali Marou, ambassadeur de la République du Niger avec résidence en Algérie;
– Kebba S.Touray, ambassadeur de la République de Gambie avec résidence au Maroc;
– Nega Tsegaye Tessema, ambassadeur de la République d’Ethiopie avec résidence en France;
Le ministre des Affaires étrangères, Khemaies Jhinaoui a pris part à la cérémonie.

FOCUS 🔍

Italcar, concessionnaire et distributeur exclusif de plusieurs marques de voitures et de camions en Tunisie (Fiat, Alfa Romeo, Lancia, Fiat Professional, Iveco et Jeep), a...

Le meilleur des RS

On l’attendait dans un communiqué officiel, publié par voie de presse, elle préfère les réseaux sociaux pour s’exprimer sur la crise qui secoue Nidaa...

INTERVIEW

Le PDG de la Caisse nationale d'assurance-maladie (CNAM), Béchir Irmani a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont...

AFRIQUE

Afrique centrale : Le financement de l'industrialisation devra changer, selon la CEA

«Le financement de l’industrialisation ne consiste pas seulement à rechercher des financements», a déclaré Antonio Pedro, Chef du Bureau sous-régional de la CEA pour...

Reseaux Sociaux

SPORT