Tags Posts tagged with "application"

application

par -

L’APTBEF, association professionnelle tunisienne des banques et des établissements financiers, vient de prendre une décision qui pourrait être comprise comme contraire à celle de la BCT (Banque Centrale de Tunisie) d’augmenter son taux directeur de 100 points de base, dans un souci de lutter contre l’inflation, mais qui s’insère réellement dans un autre plan de mesures d’accompagnement, mis au point par les autorités financières tunisiennes. C’est ainsi que dans un communiqué rendu public ce jour, l’APTBEF annonce que «tout en marquant son adhésion à la politique monétaire visant la maitrise de l’inflation, l’APTEBEF reste sensible au renchérissement des coûts de financement pour les ménages et plus particulièrement ceux de la classe moyenne bénéficiaires de crédits d’acquisition et de construction de logement. Elle décide ainsi de suspendre l’application de l’augmentation du taux d’intérêt sur cette catégorie de crédits et de clients ». L’APTEBEF précise cependant, que «cette décision revêt un caractère exceptionnel et fera l’objet d’une évaluation périodique, en fonction de l’inflation et des mesures de politique monétaire »

par -

Pour permettre à la magie de la Coupe du Monde de se propager, Ooredoo casse les prix et propose à ses clients le forfait Roaming le moins cher du marché.

En effet, à quelques jours du coup d’envoi du premier match de la Tunisie, Ooredoo, Sponsor officiel de l’équipe nationale, lance la Promo Roaming Passeport<http://www.ooredoo.tn/particuliers/roaming-passeport> spéciale Russie.
Cette promo permet aux supporters des aigles de Carthage de vivre et de faire vivre toute la magie du Mondial grâce à des forfaits Voix et Internet à partir de 5dt seulement* pour 15min d’appels émis et/ou reçus ou 100 Mo.

Et ce n’est pas tout !

Pour que vos proches puissent vous joindre à tout moment et à moindre coût, le service Dhayafni en Roaming<http://www.ooredoo.tn/entreprises/dhayafni-en-roaming> sera exceptionnellement facturé à 350 millimes/minute au lieu de 950.

par -

Un décret gouvernemental comportant les textes d’application de la nouvelle loi “Startup Act” a été présenté à la Présidence du gouvernement pour examen” a avancé, mardi, le ministre des Technologies de la communication et de l’économie numérique, Anouar Maârouf.
Il a souligné, à l’occasion de la 2ème édition les SMARDI’s organisée par la Banque Zitouna sur le thème ” Développement des Startups, quelle responsabilité pour les Banques” qu’un Fonds des Fonds pour assurer le financement et l’accompagnement des startups tunisiennes est en cours de structuration.
Et d’ajouter qu’une dizaine de fonds de développement seront crées à partir de ce Fonds pour couvrir toutes les chaines de valeurs des startups (financement, accompagnement…).

Anouar Maarouf a fait savoir que l’adoption de la nouvelle loi Startup Act a permis de faire rayonner la Tunisie en Afrique.
Il a rappelé que la Tunisie est devenue, depuis mai 2017, membre de l’alliance Smart Africa qui compte actuellement 17 pays, des organismes internationaux et des partenaires privés, et ce, en marge de la 3e édition de l’évènement “Transform Africa Summit 2017 ” qui s’est tenue, du 10 au 12 mai à Kigali (Rwanda).
La Tunisie aura, ainsi, comme projet phare de promouvoir le développement des startups en Afrique“, a encore précisé le ministre.
A ce titre, la Tunisie assurera la gestion d’un fonds de financement des startups africaines de 500 millions de dollars.

De son côté, le Directeur général de la Banque Zitouna, Ezzeddine Khouja, a indiqué que la loi Startup Act va permettre à la Tunisie d’être une plateforme de création de startups capables de conquérir des marchés à l’échelle internationale.
Il a exprimé l’engagement de la banque Zitouna à soutenir et accompagner les startups pour assurer leur compétitivité au double plan national et international.
Khouja a fait savoir, à cette occasion, que la banque Zitouna lancera, en 2018, une nouvelle institution ” Zitouna Capital ” ayant pour mission de développer l’économie du pays et de soutenir les startups.

par -

Humaniq, une plateforme financière décentralisée pour les non bancarisés, annonce aujourd’hui qu’elle étend les opportunités offertes par son application à cinq autres pays africains. L’application, qui compte actuellement plus de 180 000 téléchargements depuis Google Play (https://bit.ly/2wAO3uh), lance son application de portefeuille et de messagerie pour les populations non bancarisées du Kenya, du Côte d’Ivoire, du Botswana et du Ghana, offrant un accès équitable aux services financiers, et des programmes sociaux à dix pays africains au total. S’appuyant sur une ICO réussie qui a recueilli plus de 5,1 millions de dollars, Humaniq pénètre également des marchés tels que l’Afrique du Sud afin de développer un écosystème mobile compétitif.

Les premiers membres de la communauté Humaniq des cinq pays lancés en décembre – Ouganda, Sénégal, Zimbabwe, Tanzanie et Rwanda – ont réagi positivement aux fonctionnalités actuelles de l’application Humaniq: messagerie sécurisée avec cryptage E2E, bio-identification, chat en direct et portefeuille numérique, le tout sur une Blockchain Hybride, permettant aux utilisateurs d’Humaniq de faire de petites transactions avec des frais de proches de zéro. Maintenant, des personnes de cinq autres pays africains qui sont actuellement exclus des services financiers du 21ème siècle bénéficieront des services d’Humaniq à vocation sociale conçus pour résoudre les problèmes quotidiens de ces derniers.

L’expansion intervient alors que l’Afrique subsaharienne est confrontée à des défis financiers importants: le manque d’infrastructures a freiné la situation économique de ces pays. Pourtant, dans les trois années à 2021 (http://gfs.eiu.com), son économie devrait croître à un rythme beaucoup plus rapide que la moyenne mondiale: l’utilisation des téléphones mobiles continue d’augmenter, et l’internet couvre actuellement près de 35,2% (https://bit.ly/2HcddEr), tout ceci témoigne des changements qui envahissent le continent. Humaniq travaille pour exploiter la technologie de telle manière que tout le monde en tire profit- mais l’équipe d’Humaniq est bien consciente que la technologie ne peut pas simplement être exportée vers ces pays sans comprendre comment l’économie locale fonctionne actuellement.

C’est pourquoi l’application Humaniq a été lancée suite aux études sur le continent afin de mieux comprendre la vie et les besoins des personnes non bancarisées, qui ont révélé les causes de l’isolement financier, et ont aussi aidé à définir les façons dont la technologie Blockchain peut améliorer la vie de millions de personnes. Humaniq a organisé un «Global Challenge» pour des projets de Start-ups afin de faciliter le développement de nouvelles solutions d’inclusion financière visant à aider la population mondiale non bancarisée. Environ 450 participants ont participé aux projets spécialement conçus pour la plateforme Humaniq, et trois gagnants ont été sélectionnés pour une expédition au Kenya, pour rencontrer les personnes susceptibles de bénéficier de nouveaux services, afin de tester et adapter les plans d’affaires émergents basés sur l’écoute des citoyens, ce qu’ils veulent et leurs besoins.

« Humaniq se développe extrêmement vite et nous sommes maintenant au seuil d’une nouvelle étape prometteuse. Les premiers mois de l’application montrent que l’Afrique devient un leader dans l’adoption du modèle transactionnel de paiement mobile. Notre équipe de développement est enthousiaste à l’idée de fournir des solutions d’inclusion financière aux 2,5 milliards de personnes non bancarisées et nous espérons inspirer de nouveaux utilisateurs et gagner leur confiance en les initiant à un nouveau monde sûr de divers services financiers gratuits », a déclaré Anton Mozgovoy. , CTO Humaniq.

par -

D’après le site d’information technologique, Microsoft a publié un produit contenant son propre noyau Linux : Azure Sphere. Il s’agit d’une pile logicielle et matérielle conçue pour sécuriser l’Internet des objets.

Il comprend des microcontrôleurs, “Azure Sphere Security Service” et, le composant vraiment intéressant, le système d’exploitation Azure Sphere basé sur Linux.

Toujours selon la même source, Microsoft développe des applications pour Linux depuis un certain temps désormais. En 2016, Microsoft publiait SQL Server sous Linux.

Microsoft a également adopté complètement Linux sur son cloud Azure. À la fin de 2017, plus de 40% de toutes les machines virtuelles sur Azure étaient sous Linux.

Aujourd’hui, Microsoft prend en charge plus d’une demi-douzaine de distributions Linux sur Azure. Cela inclut CentOS, CoreOS, Debian, Oracle Linux, Red Hat Enterprise Linux (RHEL), SUSE Linux Enterprise Server (SLES), openSUSE et Ubuntu, ajoute la même source.

par -

L’appli révolutionnaire Ecobank Mobile, une appli de services financiers unifiée à travers 33 pays africains, a traité 9 millions de transactions, représentant un total de plus de 1 milliard US$ depuis son lancement il y a 18 mois.

Avec plus de 4 millions d’utilisateurs, l’appli Ecobank Mobile permet à tout utilisateur d’ouvrir un compte Ecobank Xpress™ en un instant sur son téléphone mobile (favorisant ainsi l’inclusion financière pour les non-bancarisés). On compte à présent plus de 4 millions de titulaires de compte Ecobank Xpress™ sur l’appli Ecobank Mobile et les plateformes USSD. Les clients d’autres banques peuvent s’inscrire à l’appli Ecobank Mobile avec leur carte MasterCard ou Visa tandis que les clients Ecobank le font grâce à leur carte bancaire ou aux références qu’ils utilisent pour la Banque par Internet.

Les utilisateurs de l’appli Ecobank Mobile peuvent transférer de l’argent en un instant avec Ecobank dans leur pays ou ailleurs en Afrique à l’aide d’Ecobank Rapidtransfer™, un service unique plus rapide et moins coûteux que ceux proposés par les concurrents. En utilisant Visa Direct sur l’appli Ecobank Mobile, les particuliers peuvent également effectuer des transferts vers des comptes bancaires d’autres banques, vers des portefeuilles mobiles ou au profit de porteurs de carte Visa. L’appli permet de régler facilement ses achats à l’aide d’Ecobankpay Scanner+Payer via Masterpass, mVisa et Mcash, de régler des factures (électricité, eau, etc.), des frais scolaires ou des abonnements, de faire des dons, d’acheter du crédit téléphonique en un instant et de générer des tokens électroniques de paiement avec Ecobank Xpress™ Cash pour effectuer des retraits sans carte aux GAB ou aux Points Ecobank Xpress™.

Ade Ayeyemi, Directeur Général du Groupe Ecobank, a expliqué que la mission stratégique d’Ecobank était axée sur l’utilisation de la banque mobile pour apporter des services novateurs, efficaces et à moindre coût à ceux qui étaient jusqu’ici exclus de l’économie formelle, et allait donc bien au-delà des réseaux traditionnels d’agences et de GAB. Il a mentionné que la banque avait traité presque autant de transactions sur l’appli Ecobank Mobile depuis le début de cette année que durant le second semestre 2017.

« Les clients ont accès aux services financiers 24h/24, 7 j/7, 365 jours par an, depuis le confort de leur téléphone mobile avec l’appli Ecobank Mobile », a-t-il détaillé. « Nous avons apporté des d’excellentes fonctionnalités aux consommateurs dans les 33 pays d’Afrique où Ecobank est présente. »

Patrick Akinwuntan, Directeur Exécutif Groupe Ecobank, Consumer Banking, a précisé qu’Ecobank était déterminée à proposer un accès facile aux services financiers à tous les Africains via l’appli mobile de la banque, tirant profit de l’ubiquité des téléphones mobiles, et les Points Ecobank Xpress™, quand l’interaction physique est nécessaire, en particulier pour les dépôts d’espèces.

« Nous avons pour objectif de devenir la première société de services financiers aux particuliers en Afrique et nous avons développé une gamme de produits et services grâce à laquelle nous pouvons répondre aux besoins de nos clients en matière de services bancaires, de financement, d’investissements et d’opérations au quotidien », a affirmé M. Akinwuntan. « L’appli Ecobank Mobile permet d’accéder facilement à ces services n’importe où et à tout moment et nous sommes très satisfaits de son succès. »

par -

L’UTICA a appelé le gouvernement à appliquer la loi pour protéger l’économie nationale de l’effondrement, surtout après l’arrêt de l’activité de la Compagnie des Phosphates de Gafsa (CPG), l’une des plus importantes sociétés contribuant aux réserves du pays en devises ainsi qu’à ouvrir le dossier des sociétés publiques, pour arrêter l’hémorragie découlant de leurs pertes.
Dans un communiqué publié lundi, l’UTICA a exprimé “sa grande préoccupation face à la situation de la CPG, dont les activités sont complètement interrompues, ce qui aggrave les difficultés que connaissent les finances publiques et la dégradation des réserves du pays en devises qui ont atteint leurs plus bas niveaux“.
L’organisation a également insisté sur l’impératif d’examiner le dossier des entreprises publiques et de chercher les solutions permettant de stopper les pertes assumées par la communauté nationale en tant qu’individus et entreprises économiques sur lesquels sont appliquées de nouvelles taxes pour couvrir le déficit de ces entreprises publiques et remédier au dysfonctionnement chronique de leurs équilibres financiers.

par -

Sites de la CIA, bases militaires secrètes, troupes en Ukraine, emplacements de sites de missiles ou Jogging à Kandahar : la carte mondiale des coureurs sur la plateforme Strava est désormais un enjeu sécuritaire.

Strava est une application qui établit une « carte du monde des joggeurs » depuis 2009, elle trace le parcours des sportifs du dimanche, des athlètes qui courent les marathons dans tous les coins du monde mais aussi des militaires qui font leurs entraînements quotidiens sur des bases militaires, parfois secrètes, en Syrie, Afghanistan, en Irak, au Niger ou en Ukraine .

En novembre 2017, Strava a mis en ligne une carte mondiale qui indique l’activité de ses 27 millions d’utilisateurs. Mais c’est un chercheur australien, Nathan Ruser, qui a alerté, le dimanche 28 janvier 2018, sur les implications sécuritaires de cette mise en ligne. En effet, il a pu reposter de chez lui l’emplacement des bases opérationnelles américaines à Kandahar, en Afghanistan, qui apparaissaient sur la carte de Strava grâce à l’activité des soldats qui s’entraînaient autour des bases. « Ceci est grave, car ces signalements pourraient servir à des combattants ennemis pour préparer des embuscades ou à des fins de contre-espionnage » selon Nathan Ruser.

Pour être signalé sur la carte, il faut avoir l’application sur son Smartphone ou être connecté avec un bracelet Fitbit à la plateforme Strava. Or l’armée américaine avait équipé les GI avec 2500 de ces bracelets à l’occasion d’une opération de lutte contre l’obésité en 2013, particulièrement dans les montagnes afghanes et au Moyen Orient. Ce qui signifie que si des petits points lumineux apparaissent sur la carte de Strava dans ces régions cela signifie une activité militaire, c’est ainsi qu’une activité a été signalée à Mogadiscio, en Somalie, dans une zone qui abriterait une base de la CIA, ainsi que dans un autre « site secret » près de Djibouti. Par ailleurs des mouvements de troupes ont été signalées sur la carte dans la région de Donetsk en Ukraine.

Jeffrey Lewis, directeur du programme de non-prolifération en Asie du Sud-est de l’université, a alerté sur les implications sécuritaires plus graves de cette mise en ligne de la carte Strava. En effet ces données permettent de suivre les déplacements des soldats affectés à la protection de site de lancement de missiles, ”ce qui constitue une « catastrophe potentielle » selon lui. Le Pentagone prend très au sérieux la question, a déclaré Audricia Harris, porte-parole du Pentagone. « Le Département de la Défense est en train d’évaluer la situation afin d’assurer la sécurité du personnel du département sur le territoire comme à l’étranger“, ajoute-t-elle.

Strava pour sa part a répondu simplement que des « athlètes peuvent changer les paramètres de leurs données ‘en privé’ pour qu’elles ne soient pas collectées ».

par -

La société Humaniq annonce le lancement de son application mobile pour Android qui permettra aux utilisateurs d’accéder aux services financiers de nouvelle génération. L’application dispose d’une messagerie intégrée avec chiffrement de bout en bout et d’un portefeuille mobile avec sa propre crypto-monnaie HMQ.

L’application Humaniq est spécifiquement conçue pour les personnes qui sont actuellement exclues du monde des technologies et services financiers du XXIe siècle. Elle vise à stimuler le réseautage et la collaboration, et à fournir un accès plus équitable aux services financiers, aux transferts en espèces et aux programmes sociaux.

Les comptes utilisateurs sont protégés par une infrastructure biométrique et sécurisée à laquelle on accède par authentification au moyen de la reconnaissance faciale. De plus, l’approche « proof-of-human » inclut une analyse du comportement, avec la finalisation du profil de l’utilisateur, et la fréquence, ainsi que le nombre de sessions et d’autres actions, pour une sécurité supplémentaire. Lors de l’inscription, l’utilisateur doit prendre quelques photos de lui-même pour pouvoir accéder à son compte sans mot de passe, au moyen du système de reconnaissance faciale.

Les utilisateurs qui confirment régulièrement leurs comptes en mettant à jour leurs données biométriques bénéficient de bonus sous la forme de crypto-monnaie HMQ.

Avant le lancement, l’équipe Humaniq est partie en expédition dans la région afin de tester la version pilote de l’application dans des cas d’utilisation concrète. L’expédition a révélé des informations supplémentaires concernant les besoins et les préférences des utilisateurs auxquels l’application peut répondre. Tout cela a conduit à des améliorations de l’application qui est déjà disponible en Ouganda, au Sénégal, au Zimbabwe, en Tanzanie et au Rwanda.

« Humaniq est un projet présentant une forte orientation sociale. L’écosystème que nous avons créé et que nous allons continuer à développer va bien au-delà de l’accès aux services financiers de nouvelle génération. Notre infrastructure comprendra également des services dans des domaines tels que les programmes humanitaires, le travail indépendant et les soins de santé. Actuellement, nous accordons également une grande importance à l’intégration de partenariats. Il est important de noter que nous avons une très bonne équipe technique et que nous accomplissons des progrès dans la réalisation de tâches difficiles, notamment la fourniture de données utilisateur pour ceux qui n’ont encore aucune donnée », nous explique Kirill Gorunov, Chef des produits chez Humaniq.

Les tokens de la société Humaniq sont actuellement négociés sur les plus grandes plates-formes de change de crypto-monnaies du monde, notamment Bittrex, YoBit, Liqui, Decentrex et EtherData, et sont disponibles tant pour leur conversion en monnaie fiduciaire qu’en une autre crypto-monnaie. Le projet Humaniq a pour objectif la mise en place d’un modèle financier de nouvelle génération qui intègre le concept Banking 4.0., ainsi que des services à vocation sociale conçus pour résoudre les problèmes quotidiens des populations des pays en développement. La société Humaniq prévoit de poursuivre le développement de l’écosystème, lequel commencera par la mise à disposition de l’API pour les partenaires.

par -

Le groupe américain des services de voitures de tourisme avec chauffeur (VTC) a annoncé, que Uber Technologies va se retirer le mois prochain du Danemark, en raison d’un durcissement de la législation sur les taxis qui prévoit notamment l’installation obligatoire de compteurs.

Selon Reuters, depuis son arrivée en novembre en 2014 au Danemark, Uber fait face aux critiques des syndicats de chauffeurs de taxi locaux, d’entreprises et de responsables politiques qui l’accusent de concurrence déloyale et de non respect des normes juridiques en vigueur dans la profession.

Selon Uber, environ 2.000 chauffeurs danois et quelque 300.000 clients utilisent son application de mise en relation pour effectuer une course ou un trajet. Ce service fermera le 18 avril, a précisé la même source.

par -
Houcine Abbassi

Le secrétaire général de l’UGTT, Houcine Abassi, a déclaré que la lutte contre la corruption n’est pas moins importante que la lutte contre le terrorisme, rapporte Mosaïque fm.
Dans une allocution à l’occasion de la tenue du Congrès national de la lutte contre la corruption sous le thème « Unis contre la corruption, en faveur de la croissance, de la paix et de la sécurité », le syndicaliste a fait valoir qu’une meilleure application des mesures prises par le gouvernement permettrait de mettre fin à ce phénomène .

par -

Dans le cadre de sa stratégie visant à développer et à améliorer la qualité de ses services, TOPNET annonce le lancement de sa nouvelle application mobile « TOPNET APP ».

Pratique et intuitive, « TOPNET APP » est un outil conçu et développé pour permettre un accès simple et rapide au service client et une gestion efficace de l’abonnement Internet.

L’application « TOPNET APP » permet aux clients de bénéficier d’une multitude de services :

·    Une assistance guidée pour la gestion des réclamations : par un simple clic sur son smartphone, le client peut signaler et solutionner les éventuelles perturbations pouvant affecter sa connexion Internet
·    La consultation et les paiements des factures via un espace client dédié
·    La gestion des demandes de modification de débit Internet
·    La création et la gestion des adresses email
·    L’accès à la boutique en ligne et bien d’autres services

L’application « TOPNET APP » est compatible avec les systèmes d’exploitation IOS et Androïd et elle est téléchargeable gratuitement sur App Store et Play Store.

Avec ce nouveau lancement, TOPNET consolide sa présence sur le digital avec une prise en charge client multiservices (internet et fixe TT), en vis-à-vis unique et en multicanal : Mobile, réseaux sociaux (page Facebook et compte Twitter), portail web www.topnet.tn, Compte email support@topnet.tn .

Pour plus d’informations sur l’application «TOPNET APP», visitez le site www.topnet.tn

par -

Depuis la destitution du président islamiste Mohamed Morsi, c’est tour de vis sur les libertés publiques au menu en Egypte. L’armée a repris les commandes, et sévèrement. Depuis le 1er janvier 2015, on a dénombré 876 cas de disparitions forcées, contre 36 pour 2013-2014, quand Abdel Fattah al-Sissi a commencé à verrouiller le pouvoir.

Globalement, 912 familles déplorent la disparition d’un ou plusieurs de leurs membres : des pro-Frères musulmans, des activistes, des adolescents… Tout y passe. Alors le Centre égyptien pour les droits et les libertés (« Egyptian center for rights and freedoms, ECRF ») s’est organisé et a lancé l’application I Protect, sur le même modèle que le Panic Button mis à disposition par Amnesty International en 2012. Cette appli mobile est disponible sur le Google store (sous le nom d’ECRF) depuis le 30 août pour tous les téléphones équipés d’Android.

L’ingénieur de 22 ans qui a conçu le logiciel dit ceci :

« Après avoir téléchargé l’application, l’utilisateur définit un mot de passe à quatre chiffres et enregistre les numéros de téléphone de trois proches.

En cas d’arrestation, d’enlèvement ou de toute intervention intempestive des forces de l’ordre, la personne aura simplement à entrer son mot de passe et appuyer sur un bouton pour lancer l’alerte.

Un message pré-enregistré est alors envoyé à chacun des trois contacts, ainsi qu’un e-mail à l’ECRF, qui contient également la localisation de l’endroit où l’appel à l’aide a été lancé ».

Les numéros de téléphone enregistrés sont secrets et I Protect peut se planquer derrière une calculatrice.

À ECRF, les premiers messages sont déjà tombés : Une quinzaine en quelques jours, dit-on. Mohamed Lotfy, directeur de l’organisation, précise que pour le moment ce sont des tests. « On commence toujours par appeler l’émetteur de l’alerte et ainsi vérifier s’il existe un réel danger pour celui-ci. S’il ne répond pas, on appelle alors les contacts enregistrés. Après avoir fait le point sur ce qui a pu se passer, et s’il s’avère que l’enlèvement est en lien avec les libertés fondamentales que nous défendons, alors nous interviendrons », a-t-il indiqué.

par -

C’est le magazine CairoScene, s’apputant sur une source anonyme, qui a lâché l’info : Les autorités égyptiennes se servent de la très réputée application de rencontre pour les gays, Grindr, pour remonter jusqu’aux homosexuels et les appréhender.
Pour rappel, les actes homosexuels sont un crime selon le code pénal égyptien.

La source fait état de nombreuses arrestations ces derniers mois grâce à Grindr. Les services de police font usage des services de géolocalisation de l’application pour repérer les utilisateurs.

En avril, 11 Égyptiens été écopé de 12 ans de prison pour s’être livrés à des actes homosexuels.

par -

L’Organisation tunisienne pour informer le consommateur a mis en service depuis hier jeudi 16 juin 2016, une application qui permettra au consommateur de dénoncer les abus et fraudes qu’il subit au quotidien de la part de certains commerçants, a informé le président de l’organisation, Lotfi Riahi dans un communiqué rendu public ce vendredi 17 juin 2016 sur la page officielle du ministère du Commerce.

« Reclamy » est une application légère qui contient un système de géolocalisation et permet d’envoyer des photos. « Avec cette application, plus besoin de téléphoner. Les réclamations et dénonciations peuvent désormais être faites instantanément et elles pourraient être accompagnées de photos qui serviront de preuves», a expliqué le président de l’organisation.

En effet, durant la phase de test de cette App, l’Organisation a reçu quelques 150 réclamations de publicités mensongères, ventes conditionnées, marchandises non conformes aux normes et contrefaçons.

par -

Le membre du bureau exécutif d’Ennahdha Mohamed Ben Salem a affirmé qu’il n’est pas au courant de l’intervention de Rached Ghannouchi en faveur de Slim Chiboub, gendre de l’ancien président de la République, afin d’empêcher son expulsion de son domicile.

Mohamed Ben Salem a par ailleurs affirmé que « son parti reste toujours attaché à l’application de loi et ne s’oppose jamais à l’exécution des décisions de justice ».

Cette précision vient en réaction à une information du quotidien Al Maghreb dans son édition de mardi 3 mai selon laquelle Rached Ghannouchi aurait décidé d’intervenir afin d’éviter l’expulsion de Slim Chiboub de chez lui.

Toujours selon la même source, RG aurait joué le rôle de médiateur auprès du président de la République au profit de Slim Chiboub sachant que cette médiation aurait été faite au cours d’une réunion entre les deux hommes.

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

La loi antiraciste vient d'être votée par le Parlement, avec son lot de sanctions qui en refroidit plus d'un (fortes amendes et même peine...

INTERVIEW

Slim Feriani, le ministre de l'Industrie et des PME et de l'Energie par intérim, a récemment accordé à Africanmanager une interview exclusive où il...

AFRIQUE

Cinquante-cinq personnes ont été tuées cette semaine dans des violences intercommunautaires entre jeunes chrétiens et musulmans dans le nord du Nigeria, a déclaré le...

Reseaux Sociaux

SPORT

Résultats et classement à l'issue de 4e journée de la Ligue 2 professionnelle de football, disputée samedi et dimanche: POULE A Dimanche A Oued Ellil : AS Oued...