Tags Posts tagged with "ARP"

ARP

par -

Cela fait un bon bout de temps que le président de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), Mohamed Ennaceur, agite le bâton contre l’absentéisme chronique des députés. Et bien il semble qu’il se soit enfin décidé à taper là où ça fait mal à tous les coups : le portefeuille. Le bureau de l’ARP a fait savoir ce lundi 14 août 2017 à travers un communiqué qu’il a ponctionné les primes des députés abonnés à l’école buissonnière.

Les primes de remboursement des frais des élus de la nation qui ont été absents trois jours le même mois lors des séances plénières dévolues aux votes ou qui ont affiché 6 absences d’affilée durant les travaux des commissions parlementaires ont été rognées de 25 mille dinars, indique le communiqué.

Alors si vous voyez prochainement nos chers députés se bousculer au portillon pour assister aux plénières et travaux des commissions, vous savez à quoi vous le devez…

par -

Les vacances de postes au sein de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE) doivent être comblées au plus tard d’ici début septembre 2017 “, a indiqué samedi Nabil Baffoun, membre de l’ISIE.
Selon lui, l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) doit convoquer dans les plus brefs délais une séance extraordinaire pour combler les postes vacants au sein de l’ISIE et en élire le président.
Dans une déclaration à l’agence TAP, Baffoun a expliqué que le comblement des vacances, l’élection du président et de deux membres du Conseil de l’ISIE doit se dérouler rapidement, dans la mesures où les dispositions légales qui succèdent l’élection des nouveaux membres risquent de prendre du temps.
D’après lui, le président élu de l’instance est la seule personne habilitée à signer les décisions réglementaires qui régissent ce processus et qui doivent être publiées avant le 19 septembre 2017, date du début de dépôt des candidatures pour les municipales.
Il est question également, a-t-il ajouté, pour la décision relative au financement des campagnes électorales et les décisions portant organisation des médias.
Les listes définitives des candidats pour les municipales seront publiées le 9 novembre 2017. La campagne électorale se poursuivra du 25 novembre au 15 décembre 2017. Le 16 décembre sera le jour du silence électoral et le scrutin devrait se dérouler le 17 décembre 2017.

par -

Le député Fayçal Tebbini a appelé le président de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) Mohamed Ennaceur à organiser une séance plénière urgente dans les prochaines 48 heures. Cette séance doit réunir le chef du gouvernement et les ministres concernés.

Le député s’est demandé par ailleurs, lors de son passage dimanche sur Mosaïque Fm, pourquoi les régions touchées par les incendies n’ont pas été classées comme zones sinistrées surtout après les dégâts causées par le feu.

Il convient de rappeler à ce propos qu’une série d’incendies s’est déclenchée depuis plus de 6 jours dans plusieurs régions de différents gouvernorats dont Jendouba, Le Kef, Kasserine, Bizerte et Béja.

par -

L’ARP a adopté lors d’une séance plénière, tenue mercredi, au Bardo, le projet de loi N°04/2017 portant approbation de l’accord du prêt de 123,7 millions d’euros, ( 284,5 millions de dinars) conclu le 30 novembre 2016 entre le gouvernement tunisien et la Banque africaine du développement pour la contribution au financement du programme d’alimentation de l’eau potable aux zones rurales (Phase II), avec 96 voix pour, 2 voix contre et 3 abstentions.
Ce projet vise à assurer l’approvisionnement en eau potable avec la qualité et la quantité requises et l’amélioration de conditions de vie des habitants des régions rurales (environ 418 mille personnes).
Ce projet (2016-2021) a pour objectif de renforcer l’infrastructure de base pour l’alimentation en eau potable dans 20 gouvernorats et au profit de 670 établissements éducatifs isolés, ainsi que de développer les compétences des sociétés de mise en valeur dans les délégations concernées. Ce prêt sera remboursé sur 25 ans, dont 7 années de grâce à un taux de 0,6%.
Le ministre de l’agriculture, Samir Bettaieb, a indiqué que le système de l’eau a atteint ses limites en Tunisie, avec l’augmentation du nombre d’habitants, les années successives de sécheresse et la rareté des ressources d’eau traditionnelles, assurant que le code des eaux qui sera prêt en 2017, va permettre d’améliorer le rendement des sociétés de mise en valeur. Il a encore, appelé à la rationalisation de l’utilisation de l’eau, rappelant la campagne lancée par son département, à cette fin.
Le ministre a encore, affirmé qu’une stratégie a été mise en place pour les 24 gouvernorats du pays afin que la gestion de l’eau soit meilleure au cours de l’été 2017, que celle de l’été 2016. L’objectif est également, de développer les ressources d’eau non traditionnelles, dont principalement, le recyclage des eaux traitées et le dessalement de l’eau de mer.
L’Assemblée à également adopté, un accord de crédit conclu le 28 novembre 2016 entre le gouvernement tunisien et l’agence française de développement pour le financement du projet d’adaptation aux changements climatiques dans les régions rurales avec 91 voix pour, 5 contre et 3 abstentions.
Ce prêt se monte à 50 millions d’euros (137 millions de dinars) est destiné au financement de projets d’adaptation dans les gouvernorats du Kef, Siliana, Kairouan, Sidi Bouzid et Bizerte.

par -

L’ARP a adopté en séance plénière, mercredi au Bardo, le Projet de loi portant approbation de l’accord relatif à la garantie de l’Etat pour le prêt complémentaire conclu le 30 Novembre 2016 entre l’office national de l’assainissement (ONAS) et la banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD), avec 93 voix pour, 3 contre et 3 abstentions.
L’accord comporte un seul article qui prévoit la contribution au financement du projet Tunis Nord, d’une valeur estimée à 16 millions 200 mille euros.
Le coût global du projet, dont la durée de réalisation s’étale jusqu’à 2019, atteint 130 millions de dinars alors que le taux d’intérêt varie entre 0,4 et 0,5% pour une période de remboursement de 20 ans dont 5 ans de grâce.
Le prêt complémentaire concerne la réalisation d’une station de pompage d’une capacité de 2,7 m3/par seconde, et d’une station d’assainissement, en plus de la réalisation d’un réseau de transfert des eaux traitées de la décharge actuelle du canal du golfe, au bassin des eaux traitées, sur une longueur de 2,7 km, outre une aide technique à l’ONAS.
D’après l’exposé des motifs du projet, ce dernier va , aussi, permettre d’atténuer les effets négatifs du versement des eaux traitées des stations d’assainissement de Tunis Nord au niveau de la plage de Raoued en assurant le déversement de ces eaux, dans les eaux plus profondes en mer.

par -

Le député Aymen Aloui (Front populaire) a déclaré, mardi 28 mars 2017, que 34 signatures des différents groupes parlementaires ont été collectées pour contester l’adoption du projet de loi amendant et complétant la loi relative au Conseil supérieur de la magistrature (CSM). L’ingérence dans les affaires de la justice constitue une ligne rouge, a-t-il averti.
Lors du débat général, le ministre de la Justice, Ghazi Jribi a affirmé que la décision rendue la veille par le Tribunal administratif n’a aucun lien avec l’initiative législative visant à résoudre la crise du CSM.
Il a insisté sur l’urgence de régler au plus vite cette question et d’entamer l’instauration d’instances constitutionnelles permanentes.
Selon lui, l’initiative législative ne constitue pas une ingérence dans les affaires de la Justice ni une tentative de mettre la main sur l’appareil judiciaire.
Il s’agit, a-t-il tenu à expliquer, d’une procédure formelle en vertu de laquelle le président du parlement convoque la première réunion du CSM sans intervenir dans son organisation et son déroulement.
Le ministre a critiqué l’attitude de l’instance provisoire de l’ordre judiciaire qui, a-t-il fait observer, ne s’est pas souciée de pourvoir les vacances et dont le président a omis de convoquer la réunion du CSM, insistant sur l’urgence de passer à l’étape des institutions permanentes.
Le projet de loi amendant et complétant la loi organique n° 2016-34 du 28 avril 2016 relative au CSM a été adopté à une majorité de 120 voix pour, 2 contre et 12 abstentions.
Il s’agit d’une initiative législative gouvernementale qui a été proposée pour mettre fin au désaccord persistant entre les structures judiciaires, depuis plus de 4 mois après l’élection des membres du CSM en octobre 2016.
Lors de l’opération de vote du projet de loi article par article, les groupes parlementaires de l’Union patriotique libre, le Front populaire et le bloc démocrate se sont retirés en signe de rejet du projet de loi.
Le Tribunal administratif a décidé lundi la suspension de toutes les décisions annoncées au nom du CSM et la poursuite de la mission de l’Instance provisoire de l’ordre judiciaire jusqu’à l’installation du Conseil.

par -

Un jeune homme en possession d’un couteau suisse été arrêté ce matin du mardi 28 mars au Bardo alors qu’il voulait franchir la porte principale de l’ARP en profitant du passage d’une députée.

Selon les données rapportées par Mosaïque fm, le couteau a été détecté grâce au scanner installé au niveau de la porte principale.

Le jeune homme a été transféré au district de la sécurité nationale du Bardo.

par -

Une source sécuritaire a indiqué à Shems fm que le ministère de l’intérieur a décidé de placer le député de Nidaa Tounes Walid Jalled sous protection policière rapprochée, ce dernier étant menacé de mort.

La même source a déclaré que le député est poursuivi par des éléments dangereux. Le domicile du député sera également sécurisé, a ajouté la même source.

par -

Le chef du gouvernement, Youssef Chahed, a déclaré, lors d’une séance plénière qui se tient actuellement à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), que les entreprises publiques se trouvent dans une situation financière difficile et qu’il n’est pas normal que celles qui ont un gros potentiel reçoivent encore des subventions de la part de l’État.

Lors de cette plénière consacrée au vote de confiance aux nouveaux membres du gouvernement, Youssef Chahed a par ailleurs annoncé la mise en place par le gouvernement d’un programme pour la restructuration de ces entreprises, et ce dans l’objectif de garantir une meilleure contribution au budget de l’État.

Et Chahed de rajouter que le gouvernement examinera prochainement la situation de ces entreprises au cas par cas, en collaboration avec les partenaires sociaux.

par -

Le chef du gouvernement, Youssef Chahed a affirmé, lors d’une plénière qui se tient actuellement à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), que les banques publiques sont aujourd’hui le problème et non la solution.

Il a par ailleurs souligné, lors de cette plénière consacrée au vote de confiance aux deux nouveaux membres du gouvernement, la nécessite de mettre en place une grande institution financière capable de concurrencer les banques du secteur privé et de financer les projets des PME ainsi que ceux lancés dans les régions de l’intérieur.

par -

Le chef du gouvernement Youssef Chahed a affirmé ce jeudi 16 mars lors d’une séance plénière consacrée au vote de confiance à deux nouveaux membres du gouvernement que la menace terroriste existe encore malgré les réussites menées par les agents  de Sécurité et de l’Armée.

Il a, dans ce contexte,  appelé tous les Tunisiens à faire preuve de vigilance et d’ajouter que le centre national des renseignements joue un rôle très important au niveau de la coordination entre les deux institutions miliaire et sécuritaire.

par -

Lors de la tenue de la séance plénières ce jeudi et consacrée au vote de confiance à deux nouveaux membres du gouvernement, le chef du gouvernement Youssef Chahed a annoncé qu’au cours des six derniers mois, une centaine de dossiers de corruption ont été transmis à l’instance nationale de lutte contre la corruption et à la justice.

Et Youssef Chahed de rajouter « Les corrompus devront être placés derrière les barreaux ».

par -

Le chef du gouvernement Youssef Chahed a annoncé, lors d’une plénière qui se tient actuellement à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) que la majoration du salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) sera de l’ordre de 5,65%.

Lors de cette plénière consacrée au vote aux nouveaux membres du gouvernement, Youssef Chahed a ajouté que la situation économique en Tunisie demeure encore difficile notamment avec plus de 6000 chômeurs, appelant ainsi à démarrer les réformes convenues dans les plus brefs délais.

par -

La question du rapatriement des migrants tunisiens est tellement importante pour Berlin que la chancelière allemande, Angela Merkel, a personnellement fait le déplacement à Tunis pour ficeler les détails de cette affaire avec le chef du gouvernement tunisien, Youssef Chahed. Et pour cause : Merkel joue son avenir politique sur ce coup. Il est vrai que le paysage a changé en Allemagne, avec une montée en puissance des mouvements d’extrême droite, notamment Pegida, qui a prospéré sur fond de regain de la xénophobie depuis les agressions sexuelles massives de la nuit du 31 décembre 2015 à Cologne. Il a été beaucoup reproché à Merkel de s’arc-bouter sur sa politique d’ouverture, elle y a même laissé des plumes électoralement en perdant toutes les scrutins intermédiaire depuis. Et avec les élections générales qui se profilent, il était urgent de faire mouvement sur la question des migrants si elle ne veut pas être battue à plate couture par son plus sérieux rival, Martin Schulz. Et depuis l’attentat de Berlin, le 19 décembre 2016, commis par le Tunisien Anis Amri, ce dossier est devenu brûlant pour elle. C’est justement ce qu’elle était venue régler à Tunis.

Mais du côté de Tunis, l’accord tuniso-allemand sur le rapatriement de 1500 migrants en situation irrégulière est une pilule amère. Une frange de la société civile et des associations sont montées au front pour dire haut et fort leur désapprobation. Bon, ça n’empêchera pas Berlin d’aller au bout de son affaire. Et puis que les partenariats dans le domaine de l’économie, qui ont été aussi évoqués par Chahed et Merkel, mais si ce n’était pas au coeur de leurs entretiens, seront peut-être de nature à tempérer la mauvaise humeur des Tunisiens. Je dis bien peut-être…

L’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) a adopté, lors d’une séance plénière, tenue mardi 14 mars 2017, au Bardo, un accord de coopération financière, au titre de l’année 2014, conclu entre la Tunisie et l’Allemagne Fédérale, à Tunis, le 22 juillet 2016, d’une valeur globale de 119 millions d’euros (289 millions de dinars- MD).
En vertu de cet accord, le gouvernement de la République Fédérale d’Allemagne (RFA) s’engage à permettre à la Tunisie ou à tout autre bénéficiaire, qui sera choisi par les deux gouvernements, de bénéficier d’une enveloppe de 116 millions d’euros (282 MD) sous forme de crédits et de 3 millions d’euros (7 MD) en tant que contributions financières.

Des programmes urgents

Octroyées par la Banque de Développement Allemande (KFW), ces deux enveloppes seront orientées par le gouvernement tunisien pour la réalisation de projets prioritaires.
Il s’agit, notamment, de réaliser le projet de la gestion intégrée des ressources hydrauliques, conçu dans le cadre du programme de développement des régions intérieures du pays.
Mobilisant un investissement global de l’ordre de 229 millions d’euros (556 MD), ce projet sera financé conjointement par le budget de l’Etat et la KFW. Il permettra de renforcer l’effort déployé par le gouvernement en vue de préserver les richesses hydrauliques et d’assurer une meilleure gestion de la demande en eau.

Le deuxième projet portera sur le réaménagement et l’élargissement des stations d’assainissement et de pompage. Le financement sera assuré grâce à un crédit à conditions privilégiées d’une valeur de 50 millions d’euros (121 MD), qui sera octroyé au ministère des Affaires locales et de l’Environnement et à l’Office national de l’assainissement (ONAS).
Des ressources additionnelles seront mobilisées pour financer la tranche complémentaire du programme d’élargissement et de réaménagement de 19 stations d’assainissement et de 130 stations de pompage, dont la première tranche a été financée, par la Banque Allemande de Développement (54,9 millions d’euros- 132 MD) et l’Agence Française de Développement (18,5 millions d’euros- 45 MD), dans le cadre du programme de Facilité d’investissement du voisinage, et via un don de 3 millions d’euros (7 MD), octroyé par la Commission Européenne.

Les exigences des députés

Lors de la discussion du projet, certains députés ont mis en relief l’importance de ce crédit en termes de soutien à l’agriculture s’agissant notamment de l’approvisionnement en eau potable des habitants des régions intérieures, critiquant, toutefois, le manque de clarté des exposés de motifs de ce projet. En effet, le député Ammar Amroussia a estimé que les explications sont floues, voire comportent “une tricherie”, s’interrogeant sur le pourquoi de la discussion d’un accord signé depuis 2014.

De son côté, le député Zouheir Rjeibi a souligné la nécessité d’expliquer les dispositions de cet accord, remettant en question sa discussion uniquement au sein de la commission des finances et sa non présentation aux commissions spécialisées (agriculture et industrie), s’étonnant de l’absence du ministre de l’Agriculture, des Ressources hydauliques et de la Pêche, sachant que l’accord concerne son département.

La députée Jamila Jouini a demandé au gouvernement d’exécuter les projets programmés selon une stratégie cohérente afin d’assurer leur pérennité, de fixer une liste de projets et de définir les priorités en fonction de critères clairs.

par -

La commission de la législation générale a entamé, mardi 14 mars 2017, l’examen du projet de loi amendant la loi organique relative au Conseil supérieur de la magistrature (CSM). Toutes les parties concernées ayant été entendues la semaine dernière par la commission.
La commission a adopté le premier article de l’amendement en vertu duquel le terme “la moitié” inscrit dans l’article 36 de la loi organique n° 2016-34 du 28 avril 2016 relative au CSM est remplacé par “le tiers”. En effet, l’article 36 stipule que le conseil tient ses réunions à la convocation de son président qui établit l’ordre du jour, ou à la demande des deux tiers de ses membres.
Les réunions du conseil ne sont légales que si les deux tiers de ses membres sont présents.
A défaut de quorum, une deuxième réunion est convoquée dans un délai minimum de trois jours et maximum de dix jours de la date de la première réunion à condition que la moitié des membres soit présente.
Selon Sana Mersni, vice-présidente de la commission, la commission complétera ce soir l’examen de ce projet de loi ce soir afin de présenter son rapport au bureau de l’Assemblée et fixer la date de la prochaine plénière pour adoption et ce, en réponse à la demande du gouvernement d’accélérer le processus.
La commission de la législation générale avait auditionné, la semaine précédente, le ministre de la Justice Ghazi Jribi étant donné que le projet d’amendement a été proposé par le gouvernement.
Les membres du CSM et les différentes structures juridiques ont également été auditionnés par la commission.
Le gouvernement avait proposé une initiative législative comportant trois articles pour résoudre la crise du CSM. Les résultats des élections de ce dernier ont été annoncés depuis novembre 2016 mais la première séance du conseil n’a pu, à ce jour, se tenir en raison des divergences concernant principalement le quorum de la première séance et les nominations des magistrats au CSM.

par -

Les doctorants et chercheurs organisent une marche de protestation, qui est partie de l’Université de Tunis Manar et se dirige vers l’Assemblée des Représentants du Peuple, à la demande de la coordination des étudiants en doctorat et des chercheurs.

Selon Mosaïque FM, les participants à cette marche ont dénoncé la situation catastrophique du système de l’enseignement et de la recherche.

par -

Le président du groupe Nidaa Tounes à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) Sofiane Toubal a fait savoir que près de 40 figures nationales ont adhéré au mouvement Nidaa Tounes, parmi lesquelles d’anciens ministres dans les gouvernements d’avant 2011 et dans celui de Habib Essid et d’autres personnalités nationales, ajoutant que l’adhésion demeurera ouverte à d’autres personnalités qui devraient se joindre au mouvement prochainement.
Lors d’une conférence tenue, dimanche, à Gammarth (banlieue nord de Tunis), à l’occasion de la conférence des cadres du mouvement Nidaa Tounes, Toubal a déclaré que le thème principal de ce conclave est la séance qui se tiendra entre l’Instance indépendante des élections (ISIE) et les partis pour fixer la date des élections municipales, précisant que les cadres du mouvement ont convenu, au cours de cette réunion, de la nécessité d’activer la tenue de ces dernières prévues avant la fin de 2017.
Selon la même source, il a également été question des nouvelles structures locales du parti, indiquant qu’une campagne nationale sur les adhésions sera menée du 15 mars au 15 avril 2017. Elle sera suivie du renouvellement de tous les bureaux et coordinations locales du parti du 15 avril jusqu’au 15 mai 2017, en prévision des élections municipales.
Toubal a précisé que les listes électorales seraient prêtes en septembre 2017 et à cet effet une commission chargée de la préparation des élections municipales sera constituée et présidée par Slim Chaker.
Concernant les infiltrations des réunions du mouvement, Toubal a souligné que le comité politique et la commission du règlement examineront cette question et les mesures adéquates seront prises avec le gel ou l’exclusion des impliqués dans cette affaire.
Il y a lieu de signaler que parmi les personnalités qui ont adhéré au mouvement de Nidas Tounes figurent Maher Ben Dhia, Hédi Mekni et Majdoline Cherni, outre le retour des deux membres du bureau exécutif qui s’étaient retirés, à savoir Mondher Belhaj et Ridha Bouajina.

par -
Dans une déclaration au journal « Assarih »

Pas plus tard que le 08 mars 2017, le ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale, Fadhel Abdelkefi, avait apostrophé les députés en leur demandant de hâter l’adoption de la loi d’urgence économique, sans laquelle on peut pas contourner les fastidieuses démarches administratives pour lancer au plus vite les projets de “Tunisia 2020”. Autre son de cloche du président de la commission des finances à l’ARP, Mongi Rahoui, qui a demandé au gouvernement de présenter le plus tôt possible un autre projet de loi d’urgence économique. En d’autres mots, d’après lui, si cette loi sommeille au Parlement depuis septembre, alors que l’économie du pays ne peut plus attendre, c’est à cause de l’équipe de Youssef Chahed…

Rahoui, qui s’est exprimé ce vendredi 10 mars sur Jawhara FM, a indiqué qu’une mouture de cette loi a été soumise à la commission, mais qu’elle comportait 16 articles, tous ayant trait à des projets privés. Quant à la toute première version, elle ne compte que 4 articles ciblant les projets publics.
La commission invite donc le gouvernement à valider les articles qui visent l’accélération des projets publics et de reporter l’étude des textes encadrant les projets privés…

par -

Hela Cheikhrouhou, ministre de l’Energie, des Mines et des Energies Renouvelables a indiqué mardi à l’ARP, que tous les gouvernorats du Nord-Ouest seront raccordés au gaz naturel d’ici fin 2020.
Intervenant à la plénière consacrée à l’examen des questions liées au développement dans les gouvernorats du Nord-Ouest, elle a précisé que les gouvernorats de Béja, Jendouba, Siliana et le kef seront approvisionnés en gaz à travers un gazoduc reliant Mornaguia et Dahmani qui sera réalisé sur deux ans, moyennant un coût de 132 millions de dinars, financé par le fonds saoudien de développement .
La ministre a indiqué par ailleurs, que son département entreprend d’adapter le code des hydrocarbures avec l’article 12 de la constitution pour accélérer l’octroi des permis d’exploitation des champs gaziers.

par -

La ministre des Finances, Lamia Zribi, a souligné, mardi 7 mars 2017, la nécessité de soutenir l’investissement privé en Tunisie, notamment dans les régions intérieures, étant donné que l’Etat a une faible marge de manœuvre, qui ne lui permet pas de dépasser les 6 000 millions de dinars au titre des dépenses de développement et d’investissement public direct (20% du total des investissements).
Intervenant à la plénière consacrée à l’examen des questions liées au développement dans les gouvernorats du Nord-Ouest, à l’ARP, la ministre a estimé que le soutien des investissements privés dans les secteurs porteurs constitue un défi stratégique pour le gouvernement, confronté à la nécessité de résoudre les complications administratives, d’améliorer l’infrastructure et d’améliorer le climat d’affaires.
Zribi a par ailleurs fait savoir que 90% des investissements directs inscrits dans le budget de l’Etat de l’année 2016, ont été réalisés.
Elle a indiqué que la part des quatre gouvernorats du Nord-Ouest dans les projets de développement inscrits dans le budget de l’année 2016 et programmés pour l’exercice 2017 varie entre 4 et 6% de l’ensemble des projets dans toutes les régions.
Elle a indiqué que l’accès au financement constitue le principal obstacle devant l’investissement, eu égard à l’affaiblissement de la capacité de financement des banques en Tunisie, et l’insuffisance de leurs capacités en matière d’évaluation des risques, facteurs qui expliquent le non financement des PME.
Elle a évoqué à ce propos, l’action menée par son département pour revoir l’ensemble du système de financement public et restructurer la BFPME, la BTS et la Sotugar.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Elle, c’est une spécialiste du transport, un secteur où elle a fait presque toute sa carrière, qu’elle connaît, de la voiture particulière à l’avion,...

AFRIQUE

Le Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, annonce l’envoi d’une équipe de la Division d’identification des victimes (DVI) de la Police...

SPORT