Tags Posts tagged with "autonomie"

autonomie

Les diplomaties de Rabat et celle du Polisario ne se quittent pas d’une semelle. Le royaume chérifien vient à peine de recoller les morceaux avec Cuba – le 22 avril 2017, suite au voyage de Mohammed VI, le 07 du même mois -, voilà que le chef du Front Polisario, Brahim Ghali, marche sur les pas du souverain marocain en débarquant à la Havane, le jeudi 25 mai 2017, pour amadouer le président Raul Castro. Et par la même occasion tenter de démolir ce que le roi du Maroc a rebâti…

Il faut dire que la diplomatie de Mohammed VI a été particulièrement efficace ces derniers mois dans ses virées aux quatre coins du monde pour retirer le tapis sous le pied du Polisario. En témoigne la concession majeure que vient d’arracher le roi du Maroc au président américain, Donald Trump, en obtenant de lui qu’une partie de l’aide des USA destinée au Sahara occidental soit administrée par Rabat. Alors regarder Cuba, un soutien historique, filer sous le nez du Polisario pour rejoindre le camp de Rabat, c’est plus que Brahim Ghali ne peut en supporter. Alors il a pris son bâton de pèlerin…

Rabat et la Havane ont officiellement annoncé le 22 avril 2017 le rétablissement de leurs liens diplomatiques, après 37 ans de gel. Certes Cuba a pris soin d’indiquer que cela ne change en rien sa politique étrangère et qu’elle est toujours favorable à l’autodétermination du Sahara occidental, que le Maroc avait proposé de renouer «unilatéralement» et «sans condition» les relations, mais quand on connait la puissance de l’armada diplomatique du roi, le danger est réel pour le Polisario. Ghali a trois jours pour convaincre Castro de lui rester fidèle…

Cuba, avec l’Algérie et l’Afrique du Sud, fait partie des vieux soutiens du Front Polisario. D’ailleurs la Havane, dans son communiqué d’hier, qualifie Ghali de “président de la RASD” (République Arabe Sahraouie Démocratique). Donc pour le moment, c’est le statu quo dans les positions, de tous les côtés. Rabat parle toujours de «compromis», une autonomie sous sa souveraineté en fait, alors que le Polisario s’accroche au référendum d’autodétermination. Pas plus tard que le 1er mai 2017, un dirigeant du Polisario a fait savoir que son mouvement était «prêt à entamer des négociations avec le Maroc“, mais “sur la base du droit des Sahraouis à l’autodétermination». Bref, on n’a pas avancé d’un iota dans cet épineux dossier…

Selon des données publiées,  ce mercredi 14 septembre 20156, par le site « Sud Ouest », l’autonomie que revendique la toute nouvelle « Opel Ampera-e3 » est à 400 km.

Il s’agit d’un véhicule électrique que va commercialiser GM. Une version européenne de la Chevrolet Bolt adoptée par Opel qui n’hésite pas à dire qu’avec ce nouveau modèle, serait envoyés aux oubliettes les plus gros inconvénients d’une voiture électrique : l’autonomie trop faible et l’angoisse qu’elle fait naître.

D’après la même source, le constructeur annonce même pouvoir dépasser largement cette barre des 400 km, ce qui lui permettrait de faire mieux que les rivales de sa catégorie, BMW i3 (300 km), Nissan Leaf (250 km) et Renault ZOE (240 km).

Ces valeurs, qui restent théoriques et quasi-impossibles à atteindre dans la réalité, correspondent aux mesures effectuées selon le test NEDC (New European Driving Style).

INTERVIEW

Le Directeur général de l’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII), Samir Bechoual, a appelé à l’institutionnalisation de la campagne d’interpellations et...

AFRIQUE

Le ministère russe des Affaires étrangères a dit jeudi pouvoir affirmer avec un haut degré de certitude qu'Abou Bakr al Baghdadi, le chef de...

SPORT

Reseaux Sociaux