Tags Posts tagged with "Banque européenne d’investissement"

Banque européenne d’investissement

par -

Ce jour, la Banque européenne d’investissement (BEI) – la banque de l’UE – et le Fonds monétaire international (FMI) ont signé une lettre d’entente portant sur la mise en commun de leur savoir-faire et de leur expérience en vue de promouvoir le développement économique durable, la stabilité financière et la croissance inclusive en Afrique. La BEI contribuera à hauteur de 3 millions d’EUR aux institutions économiques du FMI, à savoir les Centres régionaux africains d’assistance technique (Afritac) et le Fonds pour la stabilité du secteur financier (FSSF), et lancera, en coopération avec le FMI, une nouvelle formation en ligne sur l’intermédiation et l’inclusion financières. Outre sa contribution financière, la BEI fournira des orientations aux Afritac et au FSSF en siégeant au sein de leurs organes directeurs.

Lors de la signature de la lettre en marge des réunions de printemps du FMI et du Groupe de la Banque mondiale à Washington, les deux institutions étaient représentées par Christine Lagarde, directrice générale du FMI, et Werner Hoyer, président de la BEI.

« Notre accord montre de manière concrète comment les institutions financières internationales et les banques de développement multilatérales peuvent collaborer – et le font – pour contribuer à la réalisation des objectifs de développement durable et maximiser l’impact de notre savoir-faire et de notre expérience. Il est extrêmement important de créer des synergies et de veiller à ce que l’aide au développement que nous apportons soit aussi efficace que possible. Ce partenariat nous permettra de donner des moyens d’agir à des acteurs clés du développement en Afrique, à savoir les micro, petites et moyennes entreprises, les jeunes hommes et femmes entrepreneurs, ainsi que les intermédiaires financiers à même de soutenir leur inclusion financière et de les aider à exploiter leur potentiel », a déclaré Werner Hoyer, président de la BEI.

Christine Lagarde, directrice générale du FMI, s’est exprimée en ces termes : « L’existence d’institutions économiques et financières solides est essentielle au développement. Notre partenariat avec la BEI soutiendra les efforts continus que le FMI déploie pour renforcer les institutions en Afrique au moyen de programmes d’assistance technique et de formation, en mettant particulièrement l’accent sur la stabilité du secteur financier et son caractère inclusif. Il permettra également de rapprocher la communauté internationale de la réalisation de ses engagements au titre de l’initiative « Compact with Africa » du G20. »

Dans le cadre de ce partenariat, la BEI et le FMI conçoivent une formation en ligne qui visera à donner aux agents d’État les outils qui leur permettront d’obtenir des résultats en matière d’inclusion et de stabilité financières. Elle s’adressera en premier lieu aux autorités réglementaires du secteur public et aux acteurs de terrain du secteur privé en Afrique subsaharienne. Les participants pourront aussi être de jeunes professionnels, des membres du personnel d’institutions financières et de banques locales, des représentants de ministères des finances, d’organismes de réglementation et de banques centrales.

par -

La Société du Tramway de Rabat Salé (STRS) et la Banque Européenne d’Investissement (BEI) ont annoncé aujourd’hui la signature d’une convention de prêt d’un montant de 40 Millions d’euros, destiné au financement du projet d’extension de la deuxième ligne du tramway de Rabat Salé. L’accord de ce prêt, bénéficiant de la garantie de l’Etat marocain, a été signé par Madame Flavia Palanza, Directeur des opérations dans le voisinage au sein de la Banque Européenne d’Investissement, et Monsieur Saïd Zarrou, Président Directeur Général de la Société du Tramway de Rabat-Salé (STRS) et Directeur Général de l’Agence pour l’Aménagement de la Vallée du Bouregreg.

Ce financement porte sur les travaux d’extension de la ligne 2 du réseau du tramway de Rabat Salé, sur une longueur d’environ 7 km comprenant 12 stations répartis à hauteur de 4 arrêts à Rabat et 8 arrêts à Salé. Il inclut également le co-financement de l’acquisition du matériel roulant nécessaire à l’exploitation future du réseau, soit 11 rames en composition double.

Ce projet d’extension du réseau du Tramway s’inscrit dans le cadre du Schéma Directeur du Transport et de Circulation de l’Agglomération de Rabat-Salé-Témara promouvant une mobilité urbaine, durable, écologique et efficiente au service des citoyens de la Métropole.

En renforçant l’attractivité du réseau du tramway sur la ligne 2, le projet anticipe un accroissement de la fréquentation de ladite ligne de l’ordre de 35% induisant par là même une réduction du trafic routier d’environ 10.000 voitures par jour. Ce report modal devrait générer une économie d’environ 4.500 tonnes de CO2 par an contribuant à faire de Rabat-Salé une ville moins émettrice de gaz à effet de serre en ligne avec les engagements du Royaume du Maroc dans le cadre de l’accord de Paris sur le climat.

L’insertion du projet au cœur de l’agglomération permettra en outre d’améliorer l’environnement urbain, de limiter les nuisances et d’offrir un haut niveau de service à ses usagers.

Il est à rappeler que le réseau actuel du Tramway de Rabat Salé comprend deux lignes d’une longueur totale de 20 Km répartis sur 31 stations. Depuis sa mise en service ce réseau prioritaire a enregistré une fréquentation totale de 197 millions de voyageurs et transporte quotidiennement plus de 110.000 usagers.

par -

Ce lundi 5 mars 2018, la Banque européenne d’investissement (BEI) et Attijariwafa Bank annoncent la signature d’une ligne de crédit de 100 millions d’euros pour renforcer le soutien aux petites et moyennes entreprises (PME) et aux entreprises de taille intermédiaires (ETI)  marocaines. La cérémonie de signature s’est déroulée à Casablanca en présence de M. Mohamed El Kettani, Président Directeur Général du groupe Attijariwafa bank et de Mme Flavia Palanza, Directeur des Opérations de Prêt dans les Pays du Voisinage à la BEI.

Cette nouvelle ligne de crédit octroyée à des conditions favorables grâce à la notation triple A de la BEI permettra à Attijariwafa Bank de renforcer sa capacité d’intervention en faveur des entreprises marocaines, qu’elles soient petites, moyennes ou intermédiaires, facilitant ainsi l’accès de ces dernières à un financement attractif et adapté à leurs besoins, notamment via des maturités plus longues de prêt. Une attention particulière sera portée au secteur industriel notamment manufacturier et aux services, ainsi qu’à l’impact social de la nouvelle ligne de crédit qui devrait soutenir environs 3 500 emplois.

A cette occasion, M. Mohamed EL KETTANI, Président Directeur Général du groupe Attijariwafa bank a déclaré : « Notre satisfaction est grande quant à la signature de cette nouvelle ligne de 100 millions d’euros avec la BEI et ce, pour plusieurs raisons. En premier lieu, je tiens à souligner la convergence de nos visions en matière de soutien et d’accompagnement des entreprises, qu’elles soient très petites, petites, moyennes ou de taille intermédiaire. A cet égard, cette ligne vient élargir le spectre de nos engagements déjà pris en direction des PME et des ETI ; cœur battant de l’économie marocaine. En second lieu, il faut retenir l’orientation à fort impact social qui sera donnée à l’utilisation de cette ligne et ce, par le financement de projets industriels et de services qui contribueront à créer des emplois notamment pour nos jeunes. Enfin, j’ai l’intime conviction que cette ligne répondra aux besoins de financement d’activités offshore orientées à l’export comme l’écosystème automobile. »  

Pour sa part, Mme Flavia PALANZA, Directeur des Opérations de Prêt dans les Pays du Voisinage à la BEI, a affirmé : « C’est un financement important pour l’économie marocaine. Les entreprises sont un vecteur de croissance et d’emploi, c’est pourquoi il est de notre responsabilité de créer des conditions optimales de financement et d’accès au crédit. Avec cette nouvelle ligne de crédit avec Attijariwafa Bank, nous contribuons au dynamisme et à la compétitivité de l’économie marocaine. Nous offrons des perspectives d’emploi aux jeunes. »

En tant qu’un des principaux bailleurs de fond de la région, la BEI a consacré 1,9 milliard d’euros d’investissements en 2017, dont un quart de ces nouveaux financements à l’appui de projets concrets dans les secteurs clefs de l’économie marocaine tels que le soutien aux entreprises et au secteur de l’innovation, l’énergie, l’industrie, les transports, l’eau et l’assainissement, l’éducation, la santé ou encore le logement social.

De son côté, le groupe Attijariwafa bank consolide, à travers ce nouvel instrument de financement, sa position de premier financeur de l’économie marocaine et des TPME/ETI en particulier.

par -

Le 8 septembre 2016, à Rabat, la Banque européenne d’investissement (BEI) a organisé une conférence internationale entièrement dédiée à l’action climatique dans la région, en partenariat avec le gouvernement Marocain et l’Union pour la Méditerranée (UpM). « Une conférence importante et hautement symbolique à l’approche de la COP 22, » a souligné le Vice-Président de la BEI Roman Escolano. « L’action climatique est source de croissance, de développement économique et d’emplois. C’est pourquoi, en tant que premier financeur international de l’action climat, la BEI mobilise moyens, compétences et expertise pour financer des projets concrets au Maroc et dans les différents pays. A l’exemple d’ailleurs du projet emblématique de Ouarzazate dont la BEI a été le chef de file des financeurs européens. » et de conclure : « La COP 21 a permis de cristalliser la volonté des pays signataires,  la COP 22 doit être un catalyseur d’action pour un développement durable, inclusif et pérenne avec le soutien de la BEI. »

Les nombreux participants à cette conférence internationale ont pu ainsi explorer :

* les graves répercussions des changements climatiques dans le bassin méditerranéen particulièrement touché par l’érosion, la désertification, la pénurie d’eau, ce qui a un impact réel sur la production agricole et la sécurité alimentaire dans un contexte de concentration de la population dans les zones urbaines côtières;
* approfondir  les questions de l’adaptation et de l’atténuation du changement climatique, notamment en termes de besoins de financement;
* mieux connaître les outils spécifiquement dédiés au financement de projets en matière climatique dans le bassin méditerranéen.

Une conférence riche en échanges et force de propositions :

1. Tout d’abord, la conviction parmi les décideurs publiques, les acteurs de la société civile et le secteur privé que l’action en faveur du climat est une priorité publique,  un passeport pour un développement durable et pérenne.

2.  Le rôle accru et nécessaire qu’est appelé à jouer le secteur privé dans l’action climatique dont les demandes de financement sont de plus en plus importantes et pressantes. En ligne avec sa stratégie en faveur de l’action climatique adoptée fin 2015*, la BEI apporte une palette diversifiée d’outils financiers et techniques : prêt, micro-finance, capital-investissement, appui technique permettant de générer des projets viables économiquement et financièrement.

3.  La nécessité de pouvoir financer des projets concrets et diversifiés dans le secteur des énergies renouvelables dont la région méditerranéenne est particulièrement bien fournie, mais également dans celui de l’efficacité énergétique des bâtiments, de l’eau, des déchets solides et liquides, des transports et de l’agriculture. Des projets qui puissent concerner les petits et grands projets industriels, comme les initiatives de Recherche et de Développement. Dans ce cadre, les dispositifs d’appui technique dédiés au climat en Méditerranée tels que l’enveloppe CAMENA* de la BEI jouent un rôle essentiel.

Forte de l’engagement pris à COP 21 de dédier 35% de son activité à l’action climatique, la BEI a d’ores et déjà consacré depuis 2011. 630 millions d’euros à l’action climatique au Maroc avec notamment le projet emblématique de Ouarzazate, ce qui représente 33% de l’activité de la Banque dans ce pays.

2015 a été une année record pour la BEI en matière d’action climatique avec un investissement global de 20,6 milliards d’euros.

FOCUS 🔍

Le directeur général de la Banque de l'Habitat, Ahmed Rejiba a fait le point sur la situation de la banque en 2017, ainsi que...

Le meilleur des RS

En cette journée où la Tunisie a oublié ses chamailleries politiques, le GUN qu’on veut dégommer, les signataires de Carthage dont les réunions s’étirent,...

INTERVIEW

Il travaille beaucoup, apparaît peu et n’est pas facile à l’interview. C’est qu’il est conscient de l’immensité de la tâche herculéenne pour laquelle il...

AFRIQUE

Reseaux Sociaux

SPORT

 Le Real Madrid et son entraîneur Zinédine Zidane sont plus motivés que jamais pour remporter une nouvelle Ligue des champions, la 3e de suite, avant la...