Tags Posts tagged with "bardo"

bardo

par -

Réunie au Bardo, la commission de l’organisation de l’administration et des affaires des forces armées à l’assemblée des représentants du peuple (ARP) a adopté, jeudi, son rapport sur le projet de loi portant création de l’Instance nationale de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption.
La commission a souligné la nécessité d’accélérer l’examen du projet de loi organique N°30/2016 relatif aux dispositions communes entre les instances constitutionnelles indépendantes en raison de l’étroite relation entre les deux projets de lois.
Par ailleurs, la commission a fixé son calendrier du travail en prévision de la discussion du projet de loi organique relatif aux collectivités locales.

par -

Le ministre français de l’Europe et des Affaires Étrangères, Jean-Yves Le Drian, a condamné dimanche, 4 juin 2017 à Tunis, les actes terroristes survenus ce week-end en Tunisie et en Grande Bretagne où un Français a été tué.
“Deux pays amis de la France viennent d’être victimes d’attaques terroristes odieuses”, a-t-il spécifié, dans l’enceinte du musée du Bardo où il s’est directement, rendu à son arrivé à Tunis
Accompagné du ministre tunisien des affaires étrangères, Khemaies Jhinaoui, le responsable s’est recueilli au mémorial érigé en souvenir des victimes de l’attentat terroriste du 18 mars 2015 , et y
a déposé une gerbe de fleurs.
“Ces moments difficiles requièrent de la solidarité et de la détermination”, a-t-il dit, réitérant la disposition de son pays à soutenir les autorités tunisiennes et britanniques dans la lutte contre le terrorisme.
Pour sa part, Jhinaoui a condamné ” les actes terroristes lâches ” perpétrés en Tunisie et en Grande Bretagne.
“Le terrorisme n’a ni religion, ni frontière. C’est un fléau dont l’éradication nécessite une solidarité sans faille entre tous les pays épris de paix. C’est aussi, un combat commun que nous menons contre un ennemi commun”, a-t-il notamment ajouté.
Jean-Yves Le Drian effectue une visite de travail de deux jours, à l’invitation de son homologue tunisien. Son arrivée, qui était prévu pour jeudi 1er juin 2017, selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères, a eu lieu finalement, dimanche.
Il s’agit, du premier déplacement de ce responsable en dehors de l’Europe depuis sa nomination à la tête du département français des affaires étrangères.
Elle s’inscrit dans le cadre du renforcement des relations d’amitié et de coopération entre les deux pays, trois semaines après l’entrée en action du gouvernement d’Emmanuel Macron.
La visite constitue également, une occasion pour poursuivre les concertations politiques et passer en revue l’état des lieux de la coopération bilatérale dans divers domaines, toujours d’après le ministère des affaires étrangères.

En Tunisie, le corps de berger Khalifa Soltani a été retrouvé samedi après midi, par une unité de l’Armée nationale au mont Mghila (gouvernorat de Sidi Bouzid), à l’endroit même où il a été kidnappé, la veille, par un groupe de terroristes. Il a été inhumé dimanche.
A Londres, une attaque menée samedi soir, par trois assaillants au véhicule bélier et au couteau a fait sept morts et 48 blessés.

par -

L’Assemblée des représentants du peuple (ARP) a adopté, lors d’une séance plénière tenue, mardi 25 avril 2017 au Bardo, le projet d’accord de financement conclu entre le gouvernement tunisien et la Banque européenne d’investissement (BEI), d’une valeur de 123 millions d’euros, soit environ 300 Millions de dinars (MD) pour contribuer au financement du projet du pont de Bizerte.

Ce crédit sera remboursé sur 30 ans, dont 5 ans de grâce et un taux d’intérêt fixe dans la limite de 1,52% ou variable.
Le crédit sera débloqué sur 6 tranches, soit 15 millions d’euros minimum et un plafond de 30 millions d’euros par tranche.
Ce projet, dont le coût global s’élève à 246 MD, soit 600 MD, concerne la création d’une rocade entre l’autoroute A4 et la ville de Bizerte.

par -

L’Assemblée des représentants du peuple (ARP) a adopté, lors d’une séance plénière tenue, mardi 25 avril 2017 au Bardo, le projet d’accord de financement conclu entre le gouvernement tunisien et la Banque européenne d’investissement (BEI), d’une valeur de 123 millions d’euros, soit environ 300 Millions de dinars (MD) pour contribuer au financement du projet du pont de Bizerte.

Ce crédit sera remboursé sur 30 ans, dont 5 ans de grâce et un taux d’intérêt fixe dans la limite de 1,52% ou variable.
Le crédit sera débloqué sur 6 tranches, soit 15 millions d’euros minimum et un plafond de 30 millions d’euros par tranche.
Ce projet, dont le coût global s’élève à 246 MD, soit 600 MD, concerne la création d’une rocade entre l’autoroute A4 et la ville de Bizerte.

par -

L’ARP a adopté lors d’une séance plénière, tenue mercredi, au Bardo, le projet de loi N°04/2017 portant approbation de l’accord du prêt de 123,7 millions d’euros, ( 284,5 millions de dinars) conclu le 30 novembre 2016 entre le gouvernement tunisien et la Banque africaine du développement pour la contribution au financement du programme d’alimentation de l’eau potable aux zones rurales (Phase II), avec 96 voix pour, 2 voix contre et 3 abstentions.
Ce projet vise à assurer l’approvisionnement en eau potable avec la qualité et la quantité requises et l’amélioration de conditions de vie des habitants des régions rurales (environ 418 mille personnes).
Ce projet (2016-2021) a pour objectif de renforcer l’infrastructure de base pour l’alimentation en eau potable dans 20 gouvernorats et au profit de 670 établissements éducatifs isolés, ainsi que de développer les compétences des sociétés de mise en valeur dans les délégations concernées. Ce prêt sera remboursé sur 25 ans, dont 7 années de grâce à un taux de 0,6%.
Le ministre de l’agriculture, Samir Bettaieb, a indiqué que le système de l’eau a atteint ses limites en Tunisie, avec l’augmentation du nombre d’habitants, les années successives de sécheresse et la rareté des ressources d’eau traditionnelles, assurant que le code des eaux qui sera prêt en 2017, va permettre d’améliorer le rendement des sociétés de mise en valeur. Il a encore, appelé à la rationalisation de l’utilisation de l’eau, rappelant la campagne lancée par son département, à cette fin.
Le ministre a encore, affirmé qu’une stratégie a été mise en place pour les 24 gouvernorats du pays afin que la gestion de l’eau soit meilleure au cours de l’été 2017, que celle de l’été 2016. L’objectif est également, de développer les ressources d’eau non traditionnelles, dont principalement, le recyclage des eaux traitées et le dessalement de l’eau de mer.
L’Assemblée à également adopté, un accord de crédit conclu le 28 novembre 2016 entre le gouvernement tunisien et l’agence française de développement pour le financement du projet d’adaptation aux changements climatiques dans les régions rurales avec 91 voix pour, 5 contre et 3 abstentions.
Ce prêt se monte à 50 millions d’euros (137 millions de dinars) est destiné au financement de projets d’adaptation dans les gouvernorats du Kef, Siliana, Kairouan, Sidi Bouzid et Bizerte.

par -

Jacques Pradel, un célèbre journaliste français d’investigation, s’est penché, dans son émission « L’heure du crime », sur les avancées de l’enquête autour du carnage du musée du Bardo, à Tunis, le 18 mars 2015. Mais précisons tout de suite que ce n’était pas pour jeter des fleurs aux enquêteurs et à la justice tunisiens. Dans ce programme, diffusé le lundi 20 mars 2017, le journaliste a pointé les zones d’ombre dans les investigations et le fait que l’enquête stagne…

Deux journalistes du magazine Sang-Froid sont revenus sur des arguments déjà assénés par les médias français, et pas de manière feutrée : Le caractère pour le moins énigmatique de la personnalité de l’un des juges en charge du dossier du Bardo. Ils ont également évoqué les étranges “ratés de la justice tunisienne”.

Par ailleurs les deux journalistes ont affirmé que le dossier transmis par les magistrats tunisiens aux juges français est tronqué et que les deux tiers des éléments manqueraient à l’appel… Bref, rien de très glorieux pour le berceau du printemps arabe. La réaction des autorités tunisiennes s’impose car cette musique là commence à être entêtante…

par -

L’Assemblée des représentants du peuple a adopté, mardi 14 mars 2017, lors d’une plénière tenue au palais de Bardo, l’unique article du Projet de loi N°52/2016 portant approbation du contrat de garantie, conclu entre le gouvernement Tunisien et la Banque Européenne d’investissement, relatif au prêt complémentaire, de 19 millions d’euros ( 46 millions de dinars), au profit du Groupe Chimique tunisien pour l’achèvement de la réalisation du programme de réhabilitation de l’environnement. 92 députés ont voté pour, 10 ont voté contre et 13 se sont abstenus.

Lors de cette même plénière, il y a eu également l’adoption de la loi N°06/2017, portant approbation du contrat de garantie conclu entre le Gouvernement tunisien et l’Agence Française de Développement, relatif à un crédit de 45 millions d’euros ( 110 millions de dinars), octroyé au Groupe Chimique pour contribuer au financement de son Programme de mise à niveau environnementale, avec 95 votes favorables, 10 oppositions et 15 abstentions.
Lors de la discussion de ces projets de lois, le député Mohamed Zourig a appelé à l’instar de la plupart des députés, à la nécessité de la présence de la ministre de l’Energie, des Mines et des Energies Renouvelables, Hela Cheikhrouhou, à cette séance, déclarant qu’il ne comprend pas cette absence qui ne lui a pas permis de poser des questions techniques.
Ce député a estimé que les solutions proposées pour lutter contre la pollution ne sont pas claires surtout en ce qui concerne les régions de Gabes, Sfax et Gafsa qui souffrent d’une pollution résultant des industries de transformation du phosphate.
Pour sa part, le député Mohsen Soudani, a mis en avant la dégradation de la situation environnementale en Tunisie, évoquant la poursuite du transport du phosphate par camions, ce qui engendre une pollution atmosphérique et de toutes les composantes de l’environnement. Face à cette situation, il a appelé à une lutte efficiente et rapide contre ces nuisances.
L’intervention du député Hssouna Nasfi a porté sur les défaillances du Groupe Chimique en matière de lutte contre la pollution, soulignant l’absence de données claires sur les efforts déployés par la compagnie pour honorer ses promesses.
Le député Noomane Euch, a estimé nécessaire de réfléchir sur l’octroi de ce prêt au Groupe Chimique en raison de l’absence de transparence au niveau de la gouvernance de cette société.
Intervenant, la députée Radhia Toumi, a affirmé que la pollution a Gabes à provoqué de nombreuses maladies qui n’ont pas été reconnues jusqu’à ce jour par l’Etat.
Le ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération Internationale Fadhel Abdelkefi, a dit comprendre la colère des députés concernant la situation environnementale à Gabes, Sfax, Sekhira…soulignant que cette loi permettra de réaliser le programme de réhabilitation du Groupe Chimique et de lutter contre la pollution.
Il a par ailleurs insisté sur l’importance du Groupe Chimique, faisant remarquer que la reprise de son rythme de production habituel, va lui permettre de générer des ressources propres pour financer des investissements d’une valeur de 426 millions de dinars.
Et d’ajouter que la détérioration de la situation financière actuelle du groupe chimique, en raison notamment de l’arrêt de la production depuis 2011 et de l’augmentation des recrutements, durant la même période, faisant passer le nombre des employés du groupe, de 8 mille à 27 mille actuellement, est derrière le recours au contrat de garantie relatif au prêt en question.
En réaction au mécontentement exprimé par certains députés quant à l’absence de Hela Cheikhrouhou, il a estimé que l’invitation des ministres relève de la responsabilité de l’Assemblée, affirmant la disposition des membres du gouvernement à répondre présents à chacune des invitations.

par -

Le député Front populaire de la circonscription de Kasserine, Aymen Aloui, a indiqué qu’une rencontre a réuni, mercredi 8 mars 2017, le chef du gouvernement et nombre de ministres avec des élus de la région de Kasserine, rapporte la Tap.
Lors de cette réunion, l’accent a été mis sur la nécessité d’engager un dialogue constructif sur le développement et la situation socio-économique dans la région, a-t-il dit dans une déclaration de presse au Palais du Bardo.
Aymen Aloui a précisé que la situation se présente comme suit : difficultés de financement des PME, absence d’investissement, problèmes de l’usine de papier Alfa, engorgement des établissements éducatifs, manque d’équipements et de médicaments dans les établissements hospitaliers. Il s’agit, aussi, des sit-in observés par les diplômés sans-emploi.
La rencontre a, également, permis d’évoquer l’infrastructure de la région, notamment la ligne ferroviaire qui traverse le centre ville et gêne le quotidien des kasserinois et le développement en général ainsi que le manque du nombre de cadres au gouvernorat et dans les délégations.
Les députés ont demandé à ce que cette ligne de chemin de fer soit enlevée.
Aymen Aloui a confié qu’il a été convenu de laisser au gouvernement le temps (un mois) d’examiner toutes ces questions et de répondre, ensuite, aux députés. Selon lui, “ces revendications sont pressantes (…) et nécessitent d’être traitées de façon sérieuse”.

par -

L'attaque a eu lieu dans le marché couvert de Sarona. L'attaque perpétrée a provoqué des scènes de panique. Elle a également suscité un flot de rumeurs.

selon les Israéliens, deux Palestiniens auraient semé la panique, mercredi soi,r à Tel-Aviv en ouvrant le feu sur des clients attablés dans un quartier animé de restaurants et de bars, situés à quelques mètres du ministère de la Défense.

Les deux Palestiniens ont ouvert le feu vers 21h30 locales dans le quartier de Sarona,  tuant quatre d’entre eux et en blessant cinq autres,  ont rapporté la police et des témoins à i24.

Cette attaque est l’une des plus meurtrières de la part de Palestiniens contre des Israéliens depuis le début d’une vague de violences en octobre. Ses deux auteurs ont été arrêtés.

La même source a indiqué que les conditions dans lesquelles les assaillants ont été neutralisés ne sont pas claires, qui a, toutefois, précisé que la police les a ensuite identifiés comme deux Palestiniens, des cousins du village de Yatta dans le secteur d’Hébron, en Cisjordanie. Le village a été bouclé par l’armée israélienne suite à l’attaque.

Toujours selon i24 qui a rapporté que  des rapports dans la presse arabe, les assaillants seraient prénommés Mohammad Mousa Makhamreh et Khaled Ahmad Mousa Makhamrehen.

par -

Cinq membres des services des renseignements avaient péri tôt lundi matin dans une attaque contre leur bureau dans le camp de réfugiés palestiniens de Baqa’a, à 20 km au nord d’Amman.

Selon un communiqué rendu public, aujourd’hui, 6 juin 2016, la télévision jordanienne a annoncé que les autorités jordaniennes ont annoncé l’arrestation de l’auteur présumé de l’ « attaque terroriste » , sans l’identifier, qui a tué cinq membres du renseignement, avant de prendre la fuite, plus tôt dans la journée au nord d’Amman.

« Les investigations sont en cours mais les premiers indices font penser à un acte individuel et isolé » a ajouté le porte-parole du gouvernement Mohamed Momani, à Euronews évoquant un « acte isolé et individuel ».

L’attaque, qui coïncidait avec le premier jour de ramadan, mois sacré de jeûne pour les musulmans, n’a pas été revendiqué jusqu’ici.

Selon l’AFP qui cite une source des services de sécurité, le suspect, un Jordanien de 20 ans, qui était armé, a résisté aux policiers avant d‘être arrêté dans une mosquée dans la région de Salt au nord d’Amman.

Selon la télévision jordanienne, les cinq victimes ont été enterrées dans l’après-midi du lundi 6juin 2016, chacune dans leurs villes d’origines, en présence de centaines de personnalités dont des membres des services de sécurité.

par -

Après l’inauguration dernièrement d’un magasin Monoprix à La Soukra-Tunis, suivie de celle de Ksar Hélal et tout récemment de Mahdia, l’enseigne réputée de la grande distribution Monoprix continue son développement dynamique à travers le pays à travers l’ouverture de son nouveau magasin au Bardo. Il s’agit de Monoprix Bardo Hneya.

D’une surface de vente de 1400 m2 pour 98 employés, le nouveau magasin Monoprix du Bardo offre toutes les garanties d’un espace commercial digne des plus célèbres enseignes.
Dans une déclaration à la presse en marge de cette ouverture, Fadhel Kraiem, directeur général de Monoprix, a indiqué qu’il ‘agit du 83ème espace commercial ouvert par Monoprix et la 5ème ouverture durant l’année 2016.
Fadhel Kraiem a dans le même contexte indiqué que l’enseigne Monoprix a procédé à une baisse des prix estimée entre 5 et 15% sur un certain nombre de produits et ce, à la demande du ministère du Commerce.

par -
21 blessés ont été admis

La veuve d’une des victimes polonaises de l’attentat  terroriste du musée du Bardo a engagé des poursuites judiciaires contre  l’agence de voyage qui a vendu au couple les billets de transport.

Elle réclame des dommages et intérêts d’un montant de 182, 300 euros.

L’affaire devait être plaidée au tribunal de première instance  de Poznań, où la demanderesse vivait avec son défunt mari, mais a été déférée devant les juges de la ville d’Opole où l’agence de voyage qui a des bureaux à travers le pays, a son siège.

L’avocat  de la veuve  fait grief à l’agence de voyage d’avoir omis d’informer les clients du danger de voyager dans le pays, invoquant une  «négligence professionnelle».

Trois Polonais sont morts lors de l’attentat du musée du Bardo en mars 2015, qui a fait au total 22 tués.

par -

Des informations sont parvenue aux unités nationales de recherche dans les crimes terroristes relevant de la Garde Nationale de l’Aouina, sur l’existence de mouvements suspects dans la zone de Souk Jdid à Sidi Bouzid, a indiqué le ministère de l’Intérieur dans un communiqué publié ce lundi 9 mai 2016.

Ce qui a permis à une unité spéciale de la brigade anti-terroriste de découvrir trois kalachnikovs et une autre arme de guerre, à Regueb (Sidi Bouzid), qu’un terroriste en fuite qui, semble-t-il, est affilié à Daech, aurait enfouies dans une parcelle de terre agricole, située à côté de sa maison.

par -

Le ministère de l’Intérieur a annoncé dans un communiqué rendu public ce mardi 19 avril 2016 que l’un des membres de la cellule terroriste démantelée à Sidi Hssine a reconnu l’existence de trois cellules dormantes à la Cité Zouhour, au Bardo et à Jbel Lahmar.

Le suspect a ajouté que les trois cellules sont impliquées dans l’envoie des jeunes vers les zones de conflits.

Rappelons qu’une cellule terroriste composée de plusieurs membres a été démantelée suite aux aveux de l’un des ses membres de la région de Sidi Hssine.

Le suspect a reconnu avoir rejoint l’organisation interdite « Ansar Chariaa » et sa participation à l’attaque contre l’ambassade américaine, et a admis être en étroite relation avec le terroriste abattu à Ben Guerdane, ajoutant qu’il a fait allégeance à « Daech» avec d’autres éléments takfiris dont quelques-uns se trouvent en Syrie et en Libye.

par -

Le directeur du Musée du Bardo, Moncef Ben Moussa a déclaré mercredi que la mosaïque géante commémorant les victimes de l’attentat du Bardo, installée la semaine dernière,  s’est écroulée sous l’effet de vents violents.

Dans une déclaration à Assabahnews, il a souligné que cette œuvre relève de l’association « Nous sommes tous Bardo » et non du Musée, précisant que les responsables de ladite association l’ont déposée devant le Musée sans prendre soin de la fixer, ajoutant qu’ils n’ont plus donné signe de vie depuis le 18 mars dernier, date de son installation.

Il a affirmé dans une déclaration à Shems fm,  que la direction du Musée n’interviendra pas pour remettre l’oeuvre à sa place.

Les vents forts et la tempête de sable qui soufflent sur la Tunisie ont fait leur première victime : le mausolée érigé en commémoration des victimes de l’attentat du musée du Bardo inauguré le 18 mars dernier, dans le cadre de la commémoration de cette attaque terroriste qui a fait 21 morts et 47 blessés de différentes nationalités.

La mosaïque géante, longue de 12,5 mètres et large de 2,5 mètres, a nécessité un travail de 6 mois mobilisant des spécialistes de la région d’El Jem. Elle n’a pas résisté aux intempéries.

par -
Le secrétaire général du syndicat de base du district de Bardo

Le secrétaire général du syndicat de base du district de Bardo, Med Ali Laabidi a indiqué que trois extrémistes religieux ont été arrêtés par la police judiciaire. Ces derniers sont soupçonnés de préparer un plan terroriste, des assassinats politiques et des attentats.

Les détenus devraient être remis au groupe de lutte anti-terroriste pour les besoins de l’enquête et des investigations.

La même source évoque également l’arrestation de 18 extrémistes religieux dont 5 recherchés pour actes terroristes lors de campagnes sécuritaires.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux