Tags Posts tagged with "baromètre"

baromètre

par -

La CTFCI (Chambre Tuniso-Française de Commerce et d’Industrie), vient de publier son baromètre de la conjoncture économique, réalisé fin aout début septembre 2017 qui a indiqué que 64% des dirigeants se plaignent de la complexité et du peu de transparence des procédures alors que 61,8% des chefs d’entreprise perçoivent l’insécurité en tant que contrainte et 58,1% sont préoccupés par l’instabilité politique.
Les infrastructures et les ressources humaines sont les facteurs qui freinent le moins les performances des entreprises, selon le document.

Par ailleurs, l’impact de certains autres facteurs sur le climat des affaires en général et sur les performances des entreprises fait apparaitre que : 43,6% des dirigeants d’entreprises mettent en exergue la complexité et la lenteur des opérations de transfert de devises notamment sous forme de dividendes alors que 67,2% des dirigeants considèrent la baisse du cours du dinar par rapport à l’Euro et au Dollar comme un handicap.
En ce qui concerne la perception des procédures administratives, les dirigeants sont peu satisfaits des services fournis par les administrations. Seuls 8,9% des dirigeants sont satisfaits de l’efficacité des services fournis, selon le même document.
58,1% des dirigeants sont insatisfaits des délais des procédures et 51,4% sont insatisfaits de la complexité des procédures. Le niveau d’insatisfaction concerne particulièrement les procédures de douanes avec un taux de 43,7% alors que 35,7% des dirigeants estiment que la collaboration avec la douane constitue une contrainte pour l’entreprise et 73,5% pensent que cet axe devrait faire l’objet d’un intérêt particulier des pouvoirs publics.

Concernant l’infrastructure, les réseaux portuaire et routier (9,9% et 8,0% des dirigeants sont satisfaits du réseau routier et du réseau portuaire) sont perçus comme de moindre qualité par rapport aux autres infrastructures (distribution électrique, réseau téléphonique, eau et assainissement, réseau internet, réseau aérien), a précisé l’enquête.
Les infrastructures d’énergie (électricité et eau) et celles du réseau aérien sont jugées plus satisfaisantes. 41,4% des dirigeants sont satisfaits de la distribution d’électricité et 40,1% le sont des infrastructures liées à l’eau et l’assainissement.

Pour ce qui est de la lutte menée par l’Etat contre la corruption, 62,2% des dirigeants pensent que la lutte menée par le gouvernement contre la corruption, la contrebande et le marché parallèle est convaincante et 21,1% pensent qu’elle est très convaincante.
Pour 4 dirigeants sur 5, la lutte contre le la contrebande serait à fortiori bénéfique à l’image de marque du site tunisien des affaires et à l’investissement, a fait savoir le baromètre de la conjoncture économique effectué par la CTFCI.

En ce qui concerne le chiffre d’affaires : 44,4% des dirigeants pensent que leur chiffre d’affaires va augmenter en 2017 par rapport à 2016 alors que 60,4% des dirigeants pensent que leur chiffre d’affaires va augmenter en 2018.
Pour ce qui est des résultats de l’entreprise :44,7% des dirigeants pensent que leurs résultats vont être bénéficiaires en 2017. 64,% des dirigeants pensent que leurs résultats vont être bénéficiaires en 2018.

Concernant les investissements :44,9% des dirigeants estiment que leurs investissements ont augmenté/augmenteront en 2017 par rapport à 2016. 59,6% déclarent que leurs investissements vont augmenter en 2018. 32,9% des dirigeants déclarent que le nombre de leurs employés devrait augmenter en 2017
43.6% pensent que le nombre de leurs employés va augmenter en 2018.
La perception de l’action syndicale au sein de l’entreprise : 74,4% des dirigeants pensent que l’action des structures syndicales au sein de l’entreprise est un facteur de dialogue. 55,2% la perçoivent comme un facteur de tension.
42,7% la considèrent comme un facteur de blocage du processus de production.

L’enquête a permis de sonder 180 dirigeants représentant des entreprises de profils divers et variés. L’échantillon choisi est jugé représentatif du tissu économique tunisien. En effet, en termes de répartition sectorielle, 50% des entreprises opèrent dans le secteur des services, 17,8% dans le secteur industriel et 20% dans le secteur commercial. De point de vue répartition régionale, la majorité des entreprises interrogées sont situées sur le Grand Tunis soit 68,3%, 16,7% au Centre Est (sahel ou Sfax) et 15% situées dans les autres régions de la république.

par -

Emrhod consulting a pris le pouls de la capacité de nos hommes et femmes politiques à piloter le pays, selon les citoyens. Les conclusions sont les suivantes : Béji Caïd Essebsi, le chef de l’Etat, est jugé le plus apte à présider les destinées de la Tunisie, mais son score est très faible : à peine 11%. Il est talonné par Youssef Chahed, le chef du gouvernement, avec 10,4%. La troisième personnalité est Samia Abbou, députée du Courant démocrate.
Hamma Hammami, porte-parole du Front populaire, figure à la quatrième position et l’ancien président de la République, Moncef Marzouki, à la cinquième.
Rached Ghannouchi, président du Mouvement Ennahdha, qui a affiché dernièrement ses ambitions présidentielles, n’occupe que le septième rang…

A noter que l’enquête a été réalisée entre les 12 et 15 septembre 2017 et qu’il a été publiée par le journal Assabah. A souligner également que ce baromètre a fait état d’une défiance à l’égard du personnel politique en forte hausse, 29.9% pour ce mois contre 15.88% au mois dernier.

Enfin 62,3% des personnes sondées sont d’avis que le fléau de la corruption a gagné du terrain…

par -

Le baromètre de la Chambre Tuniso-française de Commerce et d’Industrie (CTFCI), très attendu car il prend le pouls du climat des affaires en Tunisie, a été publié. Le sondage, comme à l’accoutumée, reflète la perception des chefs d’entreprises opérant dans le pays quant à l’environnement des affaires pour 2015/2016 et, chose non moins importante, les horizons qu’ils entrevoient pour 2017. Mais pas que, les adhérents de la CFTCI ont également dit leur mot sur le programme adopté par le gouvernement d’union nationale ainsi que la nouvelle loi sur l’investissement.

S’agissant des freins au développement des entreprises, les sondés – 254 dirigeants adhérents de la CTFCI, appartenant à divers secteurs – mettent en avant les lourdeurs administratives (64,0% des patrons interrogés l’affirment, ils étaient 52.5% à le penser en mars 2016), puis vient l’insécurité (60,2%) et ensuite la corruption (58,2%).

A contrario les chefs d’entreprise interrogés sont moins sévères avec l’accès au financement et la qualité des ressources humaines, ils les perçoivent moins comme des facteurs de ralentissement du développement de leur business. Néanmoins ils sont plus nombreux à se plaindre de ces dysfonctionnements en comparaison avec mars 2016…

Mais ce qu’il faut retenir, c’est que la perception du climat des affaires ne s’est pas améliorée, au contraire elle a continué à se dégrader de mars à octobre 2016, aux yeux des patrons en tout cas.

Autre enseignements intéressants :

-Les dirigeants des entreprises exportatrices ont plus le moral que ceux des entreprises locales par rapport aux perspectives économiques en 2017.

 -54,5% des patrons des entreprises partiellement exportatrices sont d’avis que les horizons économiques en 2017 seront plus intéressants que cette année.

-Les dirigeants des sociétés françaises ou à participation française entrevoient 2017 avec plus d’optimisme (ils sont 53,3%) que les sociétés tunisiennes (43,4%).

 -Enfin 52,0% des patrons sont d’avis que le programme présenté par le gouvernement d’union nationale ne tient pas la route contre 33,9% qui soutiennent qu’il est crédible. Mais paradoxalement, ils sont 46,8% à affirmer que la feuille de route du gouvernement est applicable contre 38.2% qui la juge irréalisable…

par -

Sigma Conseil a pris le pouls des marques étrangères sur le marché tunisien. Samsung occupe la tête du top 15 avec 12,2% de parts de marché (PDM) dans son segment (l’électronique grand public) cette année. Mais en comparaison avec l’an dernier (14,5%), le sud-coréen a perdu plus de deux points, ce qui fait un recul de -18,85%.

Adidas est deuxième du classement avec 9,1% cette année, un bond en avant de +18,68% par rapport à 2015 où il affichait 7,4%.

Le finlandais Nokia occupe la troisième position avec 2,2%. Son résultat est divisé par 2 par rapport à 2015, 5%. Le finlandais est en chute libre avec un recul de -127,27%.

La marque de vêtement Zara est quatrième cette année avec 6,7%, une nette évolution en comparaison avec 2015, +40,30%.

Nike se paie la cinquième place cette année avec 7,5%, contre 3,7% l’an dernier. C’est une progression de +50,67%.

Chanel figue au 6ème rang en 2016 avec 5,2%, contre 3,6% en 2015, soit +30,77. Dior est 7ème avec 2,1% en 2016, contre 3% en 2015, soit une baisse de -42,86%.

Le japonais Sony apparait à la 8ème position avec 2,1% contre 2,9% l’an dernier. C’est un repli de -38,10%.

L’allemand Wolkwagen, 9ème, affiche 2,2% cette année, contre 2,6% en 2015, soit -18,18% de PDM. Il est talonné par un autre allemand, Mercedes, 10ème. Puis vient BMW, 11ème, allemand aussi.

Le sud-coréen LG s’offre la 12ème place cette année, avec 2,2% de PDM, contre 2,3% en 2015 ; c’est un reflux de -4,55%.

Le français Peugeot apparait à la 13ème position. Ensuite il y a Celio, 14ème, avec 1,8% contre 1,5% en 2015. La marque de vêtement progresse de 16,67%. Enfin il y a Renault, 15ème…

par -

Selon le baromètre politique du mois de septembre réalisé par la société Sigma Conseil et publié ce mardi 6 septembre 2016 par le journal “Le Maghreb”, 41,4% seulement des Tunisiens sont satisfaits de la désignation de Youssef Chahed à la tête du gouvernement d’union nationale (GUN) alors que 39,8% se sont déclarés non satisfaits.

Le baromètre de Sigma conseil a également révélé que 42,6% des personnes interrogées font confiance au gouvernement de Youssef Chahed contre 49,4% ayant déclaré qu’il ne font pas confiance à ce gouvernement.

par -
L’Institut Emrhod Consulting a publié ce mardi

Le président de la République, Béji Caïd Essebsi a perdu 6 points dans l’indice de satisfaction des Tunisiens, selon le baromètre politique du mois de juin établi par Sigma Conseil.

En revanche, le chef du gouvernement, Habib Essid, ne voit pas sa cote changer. Le taux de satisfaction quant à sa performance est invariable par rapport au dernier baromètre.

D’après les résultats du  sondage réalisé concomitamment avec l’initiative présidentielle relative à la formation d’un gouvernement d’union nationale, le taux d’insatisfaction des Tunisiens a augmenté. 68,7% d’entre eux estiment que la Tunisie est sur le mauvais chemin.

Le meilleur des RS

Dans un récent statut sur sa page officielle, l’économiste Ezzeddine Saidane dit «Non, ce n’est pas vrai, il n’y a pas de reprise économique»....

INTERVIEW

Le président de la Conect, Tarek Cherif a accordé à Africanmanager, une interview exclusive dans laquelle, il a évoqué plusieurs points dont le projet...

AFRIQUE

Reseaux Sociaux

SPORT

Le défenseur et capitaine du Real Madrid (Liga espagnole de football) Sergio Ramos, victime d'un coup de pied au visage face à l'Atletico (0-0), souffre probablement...