Tags Posts tagged with "capitalisation boursière"

capitalisation boursière

par -

Dans une récente déclaration de franchissement de seuil, faite hier par la Caisse Tunisienne d’Assurance Mutuelles Agricoles (CTAMA), cette dernière annonce avoir doublé sa participation dans le capital de Tunis-Re. Elle y avait 2,49% du capital, elle y a désormais 5,05 % et dépasse ainsi le seuil des 5 % qui l’obligeait à en faire déclaration auprès du CMF. La Ctama que dirige depuis quelques mois Lamjed Boukhris déclare en plus qu’elle envisage l’acquisition de nouvelles actions chez le réassureur public que dirige Lamia ben Mahmoud.

Les états financiers du réassureur pour l’exercice 2017 font ressortir un total bilan de 583 477 831 dinars, un résultat net de l’exercice de 12 285 742 dinars, un résultat technique vie bénéficiaire de 1 105 530 dinars et un résultat technique non vie bénéficiaire de 3 212 370 dinars. Selon Mac SA, la capitalisation boursière de Tunis Ré est de 152 MDT, un PER de 9,157 en 2018 et une performance annuelle de -3,39 %. Lamia Ben Mahmoud y perçoit un salaire net mensuel de 6 000 DT et une prime d’intéressement nette de 21 600 DT.

par -

La capitalisation boursière représente la valeur marchande d’une société cotée et de ses capitaux propres. Elle résulte de la multiplication du nombre de ses actions par leur valeur boursière. Cette capitalisation boursière varie selon les variations des actions de la société sur le marché de la bourse. Les experts avertissent qu’elle «ne doit pas être confondue avec la valeur de l’entreprise (ou Enterprise value) qui intègre en prime la dette financière». Dite aussi Capi, dans le jargon du boursicoteur, elle équivaut théoriquement à la somme d’argent que devrait payer un acheteur lambda s’il voulait acquérir 100 % des parts d’une entreprise. «Dans les faits, ce dernier doit souvent accepter de débourser plus cher que le cours du marché. Pour inciter les actionnaires à lui céder leurs parts, il leur offre alors une prime de contrôle. Cette dernière varie généralement entre 20 % et 30 % de la valeur de l’action», pouvait-on ainsi lire sur les sites spécialisés à l’étranger. La capitalisation, essentiellement basée sur la valeur de l’action en bourse, signifie rentabilité, la confiance dans le secteur d’activité, la stabilité des résultats et volume des dividendes distribués chaque année et c’est aussi le flottant qui créé le désir d’acheter et hausse le prix de l’action.

En Tunisie à la fin du mois de juillet 2018 pour 81 entreprises cotes dont presque tous les grands groupes tunisiens, la capitalisation boursière, ou valeur des entreprises cotées, était de plus de 27,638 Milliards DT, en hausse de 3,34% par rapport à juin 2018. Au jour du mardi 28 août 2018, la Capi de la bourse frisait même les 28 Milliards DT. Une Capi qui représente 27 % du PIB de tout le pays. L’objectif de la BVMT est d’attendre les 50 % si l’Etat consentirait à lâcher quelques grosses entreprises publiques. En attendant, Tunisie Valeur des Abdelkefi et Sidenor du groupe Mokhtar devraient prochainement enrichir la cote de la BVMT.

Le sextet de cette Capi est composé de :

Avec plus de 14,6 Milliards DT, ce sextet boursier représente plus de la moitié de toute la Capi du marché. Comme nous l’avions déjà indiqué sur la base de données publiques et disponibles chez presque tous les intermédiaires de la place, la SFBT de Hamadi Boussbiaa est l’entreprise qui vaut le plus cher avec une Capi qui dépasse les 4 Milliards DT. Pas loin, la première banque du pays, la Biat du groupe Mabrouk, affichait ce mardi 28 août 2018 une Capi de presque 3 Milliards DT, talonnée par le groupe Poulina d’Abdelwaheb Ben Ayed et d’autres importantes familles dont la valeur marchande dépassait les 2,2 Milliards DT. Ce groupe de plus de 70 entreprise et coté en bourse sous forme de Holding vaut plus cher que la toute puissante Délice Holding de Hamdi Meddeb, laquelle domine tout le marché laitier tunisien.

A 59,15 % étrangère, Attijari Bank est la 4ème plus grosse capitalisation et vaudrait 2,2  Milliards DT. Dans le secteur bancaire et hormis la Biat qui la dépasse de loin, la banque marocaine de droit tunisien domine le reste du secteur bancaire où les trois banques publiques (BH à 0,991 Milliard DT, STB à 0,792 Milliard DT et BNA à 0,699 Milliard DT) ne représentent que 2,82 Milliards DT contre 2,992 Milliards DT pour la seule Biat et dans les 5,83 Milliards DT de Capi pour les 8 grandes banques de la place. On notera cependant la 4ème place dans le classement de la Banque de Tunisie avec 1,903 Milliard DT, coursée par l’UIB qui affichait une Capi de 1,113 Milliard DT.

Notons aussi, que les revenus du sextet, à la fin du 1er semestre 2018, ont dépassé les 2,364 Milliards DT. Le revenu global de toutes les sociétés cotées a augmenté au premier semestre 2018 de 12,4% pour atteindre 8,2 milliards de dinars contre 7,3 milliards par rapport à la même période de l’année 2017. Et les revenus des 20 sociétés qui composent le Tunindex20, soit les sociétés les plus liquides de la cote ayant la capitalisation boursière la plus importante, ont ensemble réalisé au premier semestre de l’année en cours un revenu de 5,3 milliards de dinars, accaparant une part de 65% du revenu global des sociétés de la cote et marquant ainsi une croissance de 13% par rapport au premier semestre de l’année 2017. Nous rapportions aussi, dans notre article du 15 août 2018, les revenus plus que performants de la seule Poulina au cours de cette même période.

par -

La Société de Fabrication des Boissons de Tunisie (SFBT) se porte comme un charme, preuve que la consommation de ses breuvages ne connait pas la crise. La capitalisation boursière de la SFBT a affolé les compteurs ce lundi 27 août en dépassant le seuil symbolique de 4 milliards de dinars, un fait inédit dans les annales de la Bourse de Tunis.

L’action s’est hissée ce matin, vers 10h05, à 24,300 dinars. Cet événement fait suite aux bons chiffres communiqués dernièrement par la société : Un bond en avant de 16% de son bénéfice net semestriel, à 110 millions de dinars pour un chiffre d’affaires de 280 millions (en progression de 15%).

par -
La Bourse de Tunis clôture la séance de Lundi, dans le vert

“Les investisseurs tunisiens représentent les principaux intervenants sur le marché de la bourse avec une part qui oscille autour de 70%, suivis des investisseurs étrangers et des OPCVM, indique la bourse dans une note récente.

En Effet, sur la période janvier-juillet 2018, la part des investisseurs tunisiens dans les achats a atteint 72,7% contre 75,6% pour la même période 2017, alors que du côté des vente leur part a marqué une baisse pour passer de 66% à 62,1%.

La part des investisseurs étrangers dans les achats a affiché une hausse pour passer de 9,1% à 12,7%. En évoluant dans le même sens, la part des étrangers dans les ventes a atteint environ 25% en 2018 contre 18,5% en 2017.

La part des OPCVM a marqué une légère baisse durant les deux périodes. En effet, leurs parts dans les achats et dans les ventes sont passées,respectivement, de 12,9% à 12,1% et de 13,3% à 11,6%

par -

L’Union Internationale de Banques (UIB) vient de franchir le cap symbolique d’un Milliard de Dinars de Capitalisation boursière, soit l’équivalent de 1% du PIB de la Tunisie. Elle se hisse, ainsi, dans le Top 4 du palmarès des plus grandes Banques tunisiennes, selon le critère de capitalisation boursière, et figure dans le Top 6 tous secteurs confondus.

La tendance boursière est visiblement favorable au titre de l’UIB qui a enregistré, depuis le début de l’année, un rythme de croissance de 41% plus rapide que l’indice Tunindex (30,9%). L’UIB capitalise 11 fois ses bénéfices par action à un an (PER de 11,7). Elle a dégagé, au cours du 1er Semestre, un Produit Net Bancaire (PNB) en hausse de +22,2%.

par -

“La capitalisation boursière globale a cru de 8%, à 19 300 millions de dinars (MD) en 2016, soit 21,36% du PIB “. C’est ce qui ressort du 21ème rapport annuel 2016 du Conseil du Marché Financier (CMF), précisant que ” le taux de participation du marché financier dans le financement de l’investissement privé s’est pour sa part stabilisé au niveau de 9% “.
Le président du CMF, Salah Essayel CMF avait présenté, mardi 19 septembre, son rapport au Président de la République, lequel a mis en exergue les principales réalisations accomplies, au sein du marché financier tunisien au cours de l’année écoulée.

Toujours selon le CMF, en 2016, les efforts déployés ont visé l’enrichissement de la cote de la bourse des valeurs mobilières de Tunis et ce, à travers la réalisation d’une importante opération d’introduction sur le marché principal de la bourse qui a généré une capitalisation supplémentaire de 300,3 MD. Le nombre de sociétés cotées en bourse a ainsi atteint 79 sociétés à la fin de l’année 2016 dont 12 ont intégré le marché alternatif.

Un Tunindex en hausse de 8,86% en 2016

Au niveau du marché secondaire de la bourse, l’indice Tunindex a clôturé l’année 2016 avec 5488,77 points, enregistrant une progression notable de 8,86% par rapport à l’année 2015. Cette hausse importante s’explique par l’amélioration de la situation politique corrélativement à la constitution du gouvernement d’union nationale ainsi qu’à la mise en place de nouveaux outils pour booster l’investissement en bourse à travers la création de plusieurs fonds d’investissement dédiés aux investisseurs institutionnels, via l’établissement d’un partenariat entre les professionnels opérant sur le marché et la caisse des dépôts et consignations. De même, le marché boursier a été impacté favorablement par la réussite de la conférence internationale sur l’investissement organisée à Tunis.

Pour ce qui est du secteur de l’épargne collective, grand pourvoyeur de financements pour le marché financier, l’année 2016 a été caractérisée par une stabilisation du nombre d’organismes de placement collectif en valeurs mobilières en activité. Quant à la valeur des actifs nets, elle s’est inscrite à la hausse passant de 4 347 MD, en 2015 à 4 536 MD, en 2016.

Sur le plan de la régulation et du contrôle du marché, le rapport du CMF, a détaillé les mesures entreprises en la matière pour renforcer l’intégrité et la sécurité de la place de Tunis. Ces efforts ont permis notamment d’accroître le nombre des sociétés cotées en bourse ayant respecté le délai légal de communication de leurs états financiers. En effet, 52 sociétés ont communiqué leurs états financiers durant les quatre mois suivant la clôture de l’exercice comptable contre 40 sociétés en 2015. De même, le taux de respect par les sociétés cotées des délais de publication des états financiers semestriels s’est inscrit à la hausse passant de 52% en 2015 à 66% en 2016.
De même, le Conseil a focalisé son attention au cours de l’année 2016 sur les informations financières publiées via internet au vu de l’importance acquise par ce nouveau moyen de diffusion auprès de l’ensemble des investisseurs ce qui nécessite d’accentuer les contrôles en la matière afin de garantir la véracité et la fiabilité des informations publiées.

Il y aussi des fraudes…

On note également l’ouverture par le CMF au cours de l’année 2016 de six enquêtes dont cinq sont encore en cours d’instruction, concernent des infractions commises par une société de gestion de portefeuilles de valeurs mobilières pour le compte de tiers, la survenance de manquements à l’occasion d’une offre publique, la non déclaration d’un franchissement de seuils de participation au capital d’une société cotée en bourse, l’existence d’un soupçon de manipulation du cours d’une valeur mobilière et la possible existence de risques entravant la bonne marche d’une société cotée.

Enfin, le rapport 2016 du régulateur du marché, fait part des activités du CMF en matière de coopération internationale et régionale principalement avec l’organisation internationale des commissions de valeurs (OICV) et les instances de régulation analogues. Le Conseil du Marché Financier a ainsi participé au cours de l’année 2016 à la dixième réunion annuelle de l’Union Arabe des Autorités de Valeurs Mobilières qui s’est tenue au Caire et dont les travaux ont été couronnés par l’attribution de la présidence de cette prestigieuse organisation internationale au Conseil du Marché Financier .

Les résultats globalement positifs enregistrés au niveau du marché financier tunisien en dépit d’une conjoncture nationale et internationale délicate, sont de nature à encourager la poursuite des réformes déjà entreprises afin de renforcer le rôle du marché financier tunisien dans la collecte de l’épargne pour l’orienter vers le développement de la croissance économique et le raffermissement de ses fondamentaux structurels. A ce titre, un accroissement de la part du marché financier dans le financement de l’investissement privé est attendu au vu des opérations d’introduction en bourse déjà programmées, que le Conseil du Marché Financier œuvrera activement à encadrer pour assurer les conditions de leur réussite.

par -

Les investisseurs raffolent du titre BIAT. Hier mardi 30 août à la clôture de la séance à la Bourse de Tunis, le cours de l’action de la banque affichait une hausse de 4,50% à 119,130 dinars, hissant du coup la capitalisation boursière à 2,025 milliards de dinars. C’est tout simplement la deuxième capitalisation la plus volumineuse de la place, après la SFBT (2,684 milliards de dinars). Par conséquent la banque des Mabrouk conforte son statut de numéro 1 des établissements locaux…

L’action a pris son envol dès le début de cette année, +32,7%, dès que les bons résultats de la BIAT en 2016 sont tombés, des chiffres en progression de 25,4% à plus de 190 millions de dinars. Les investisseurs ont maintenant la certitude qu’ils vont ramasser encore plus de bénéfices en 2017, alors ils y vont ! Les données du premier semestre apportent de l’eau à leur moulin, avec un Produit Net Bancaire (PNB) qui a bondi de 18% pour se situer à 328,5 millions de dinars contre 278,3 millions à fin juin 2016.

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

Ce Post, intitulé «Polémiques hôtelières», est l'oeuvre d'un homme qui a une grande expérience dans le secteur du tourisme et un ancien DG de...

INTERVIEW

L'expert en économie et ancien ministre des Finances Houcine Dimasi a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont...

AFRIQUE

Une mission du Fonds Monétaire International (FMI) dirigée par M. Alex Segura-Ubiergo a visité Brazzaville du 6 au 14 novembre pour poursuivre les discussions...

Reseaux Sociaux

SPORT