Tags Posts tagged with "CEA"

CEA

par -

La Tunisie est le pays le plus performant en Afrique du Nord, étant donné que les échanges commerciaux ont atteint 10% des échanges intra-régionaux, a indiqué Lilia Hachem Naas, directrice à la Commission économique pour l’Afrique (CEA) lors d’une conférence tenue en marge des travaux de l’édition 2017 du “Tunisia Investment Forum”.

Selon l’indice africain d’intégration régionale, développé par la CEA, la Tunisie est la plus performante en termes d’intégration régionale, avec un indice de 0,97 suivie du Maroc (0,80), de la Libye (0.75) et de l’Algérie (0.64).

Cette performance se traduit aussi bien en termes d’importation intra-régionale des biens avec un taux de 3,5% du PIB de la Tunisie ainsi qu’en matière d’exportations intra-régionales.

“En contrepartie, le commerce en Afrique du Nord reste bien en deçà de son potentiel, soit seulement 5 % d’échanges entre les pays d’Afrique du Nord, en dépit d’une zone économique naturelle, une continuité géographique, un revenu moyen de 5 mille dollars par an et une population de 230 millions d’habitants “, a indiqué la responsable.

Naas, qui s’est référée à une étude réalisée par la CEA, a rappelé que l’intégration régionale aide à l’amélioration des relations économiques entre les pays et contribue à la transformation structurelle au niveau de l’espace régional.

“La Tunisie dispose d’un bon tissu productif, notamment dans les secteurs du textile-habillement, des industries de l’automobile, mécanique et électronique, des énergies renouvelables, des TIC et des industries agroalimentaires, qui lui permet de développer une chaîne de valeurs au niveau régional et d’exploiter ses atouts uniques (position géographique, proximité de l’Europe et de l’Afrique).

“Ainsi pour pouvoir exploiter ce potentiel, il faut favoriser la mise en place des plateformes industrielles et logistiques régionales qui pourraient encourager cette intégration et aussi la co-production des biens pour obtenir une plus grande valeur ajoutée “, a-t-elle poursuivi.

Selon Naas, deux facteurs sont essentiels pour créer ces plateformes d’intégration régionale. Il s’agit de développer les méthodes d’incitation à l’investissement dans ces régions, à travers un cadre institutionnel et réglementaire incitatifs de ce genre d’investissement parce que les retombées en termes d’ouverture et d’opportunités seront bénéfiques aussi bien pour la Tunisie que pour les autres pays de la région.

La responsable à la commission économique pour l’Afrique a recommandé également de lever les obstacles entre les pays et de ne pas prendre de mesures interdisant les importations ou les exportations.

La commission économique pour l’Afrique publiera une autre étude plus approfondie sur l’intégration régionale au niveau sectoriel. Cette étude permettra d’établir un diagnostic des principaux obstacles, de développer un plan d’action régional qui pourrait être adopté par plusieurs pays.

par -

Le développement durable. Les décideurs et institutions internationales ne jurent que par ça, étant conscients du fait que les ressources de notre chère planète ne sont pas illimitées, que le réchauffement climatique fait de sacrés dégâts et menace notre survie. A part quelques scientifiques et experts délurés qui pensent que tout ça c’est du flan, tout le monde est d’accord sur le fait qu’on n’a plus le choix et qu’il faut maintenant combiner développement et écologie, respect de l’environnement. La Tunisie, qui, on ne le dira jamais assez, sera l’un des pays les plus impactés par les effets du réchauffement climatique, doit évidemment entre en première ligne dans les initiatives à l’échelle mondiale pour tenter de limiter la montée des températures, en s’orientant vers un développement qui pollue le moins possible. Certes le citoyen lambda est encore à mille lieues de ces problématiques, avec une existence compliquée par la tournure de l’après révolution, mais les organismes internationaux eux sont déjà sur l’affaire. Et des actions sont là…

Un rapport sur la mise en œuvre des objectifs de développement durable (ODD) dans les pays du Maghreb (Tunisie, Algérie, Maroc et Mauritanie) est en cours d’élaboration, à l’initiative du Bureau de la Commission économique pour l’Afrique du nord (CEA) et l’Union du Maghreb Arabe (UMA), a indiqué l’économiste chargée de l’environnement et du développement durable du bureau de CEA pour l’Afrique du nord, Marieme Bekaye.
Elle a précisé à l’Agence TAP en marge de la réunion d’experts sur le thème ” emploi des jeunes et développement durable en Afrique du Nord “, tenue les 3 et 4 octobre 2017 à Rabat, au Maroc, que ce rapport qui sera présenté et discuté lors d’une réunion sous-régionale de dialogue prévue pour le mois de mars 2018 et dont le lieu n’a pas encore été fixé a pour but d’établir un état des lieux des progrès accomplis, des défis et des bonnes pratiques au niveau des pays et à l’échelle régionale.
Et d’ajouter que les résultats de ce rapport contribuent aux processus continental et global de suivi de la mise en œuvre de l’Agenda 2030 du développement durable adopté par les Nations Unies.

Le rapport sur la mise en œuvre des ODD couvrira cinq domaines d’intérêt stratégique pour l’intégration régionale, à savoir la sécurité alimentaire, la transition industrielle, la transition énergétique, la désertification et le changement climatique et l’emploi des jeunes.
Organisé du 3 au 6 octobre par le Bureau de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (UNCEA) en Afrique du Nord, la 32ème réunion du Comité intergouvernemental d’experts, réunit plusieurs représentants et experts du Maroc, d’Egypte, de Libye, de Mauritanie, de Tunisie, d’Algérie et du Soudan, dans le but d’évaluer le travail accompli par le Bureau, d’arrêter le programme de travail et les orientations stratégiques de la CEA en Afrique du Nord et formuler des recommandations qui seront soumises à la Conférence des ministres africains des Finances, de la Planification et du Développement économique.

La Commission Economique pour l’Afrique (www.uneca.org) est l’une des cinq commissions régionales du Conseil Economique et Social de l’ONU (ECOSOC). Son Bureau en Afrique du Nord a pour mission de soutenir le développement des sept pays de la sous-région (Algérie, Egypte, Libye, Maroc, Mauritanie, Tunisie et Soudan) en les aidant à formuler et mettre en œuvre des politiques et programmes à même de contribuer à leur transformation économique et sociale.

par -

La Tunisienne Lilia Hachem Naas vient d’être nommée nouvelle directrice du bureau d’Afrique du Nord de la commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), a annoncé mardi, à Rabat, la secrétaire exécutive de la CEA, Vera Songwe, lors de l’ouverture de la 32éme réunion du comité intergouvernemental d’experts (du 3 au 6 octobre 2017).

Le meilleur des RS

Dans un récent statut sur sa page officielle, l’économiste Ezzeddine Saidane dit «Non, ce n’est pas vrai, il n’y a pas de reprise économique»....

INTERVIEW

Le président de la Conect (Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie), Tarek Cherif, a accordé à Africanmanager une interview exclusive dans laquelle il a...

AFRIQUE

La FAO organise en partenariat avec le Centre de Compétences pour les Changements Climatiques (4CMaroc), un atelier d’échange régional sur l’accès au Fonds Vert...

Reseaux Sociaux

SPORT

Le Comité exécutif de l'Union arabe de football (UAFA), a tenu mercredi à Ryadh (Arabie saoudite), une réunion sous la présidence de l'algérien Mohamed...