AccueilLa UNELa ZLECA sortira le continent du sous-développement, à condition...

La ZLECA sortira le continent du sous-développement, à condition…

La Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) est dans toutes les têtes, et même plus que ça puisque le projet existe sur le papier et qu’il a été déjà paraphé par une pléthore de nations. Les Africains s’activent autour de cette affaire, et pour cause : Tout le monde semble avoir compris – il était temps ! – que cette union est la voie royale pour sortir enfin le continent de son sous-développement chronique et pour offrir aux Africains la prospérité que peuvent aisément leur permettre les richesses de leurs sous-sol, mais que les mauvaises politiques économiques, la corruption, une instabilité politique endémique et des conflits incessants éloignent. Toutefois la ZLECA il faudra la mériter, il faudra y travailler durement pour que ça ne reste pas une chimère servant juste à justifier les rencontres onéreuses des chefs d’Etats africains où on ripaille et échange sur des sujets qui n’ont que peu d’intérêt pour les populations. « La mise en œuvre de la Zone de libre-échange continentale africaine aura des retombées positives en termes d’intégration africaine et d’échanges interafricains, reste que les profits à en tirer dépendront fortement du degré de libéralisation qui sera retenu par les pays africains« , a affirmé mardi 30 octobre 2018 Simon Mevel-Bidaux, économiste auprès de la Commission économique pour l’Afrique (CEA).

- Publicité-

Intervenant lors d’une session spéciale dédiée à l’accord pour la mise en place de la ZLECA, tenue dans le cadre du 33ème comité intergouvernemental d’experts de la Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), organisé du 30 octobre au 2 novembre 2018, à Tunis, l’économiste de la CEA a considéré que « plus le scénario de libéralisation sera ambitieux, plus les bénéfices à en tirer en termes de commerce interafricain seront élevés« .
« Outre la question du choix du scénario de libéralisation à adopter, les Etats signataires de l’Accord pour la mise en place de la zone de libre-échange continentale africaine devront également s’accorder sur les questions relatives aux règles d’origine et aux offres d’accès aux marchés aussi bien pour le commerce des biens que pour celui des services, avant de lancer la deuxième phase de négociations prévue pour 2020« , a-t-il aussi précisé.
Et d’ajouter « cette deuxième phase portera sur les questions relatives à l’investissement, à la propriété intellectuelle et aux politiques de compétition dans le cadre de la ZLECA« .

Mevel-Bidaux a aussi affirmé que « la Commission économique pour l’Afrique essaye de pousser les pays africains à intégrer le commerce électronique dans le cadre des négociations sur la ZLECA« .
Il a, par ailleurs, estimé que « la signature de la Déclaration de Kigali pour le lancement de la Zone de libre-échange continentale africaine par la majorité des pays de l’Union africaine constitue un pas important vers l’intégration continentale et le développement du continent, reste que la mise en œuvre de l’accord n’entrerait en vigueur qu’une fois ratifié par 22 pays et nous en sommes actuellement à 7 ratifications (le Kenya, le Tchad, le Niger, le Ghana, la Guinée, le Rwanda et le Swaziland )« .
Il a ainsi souligné l’importance d’une adhésion plus marquée de la part des pays africains à cette démarche de mise en place d’une zone de libre-échange continentale africaine, rappelant que trois pays refusent jusque-là de signer l’accord pour la mise en place de la ZLECA, à savoir l’Erythrée, la Guinée-Bissau et le Nigeria, sachant que trois autres pays ne l’ont pas encore signé mais se sont engagés à le faire, à savoir le Botswana, la Tanzanie et la Zambie.
L’économiste de la CEA a, en outre, indiqué qu’une fois ratifiée, la mise en place de la ZLECA se fera d’une manière progressive, compte tenu des écarts entre les pays africains en termes de développement et d’infrastructures, appelant les pays africains à limiter la liste des produits qui seront exclus de cette libéralisation pour optimiser les gains qui en découleront.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,563SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles