Tags Posts tagged with "cession"

cession

par -

Contrairement à ce que rapporte le site français «Africaintelligence», il n’y avait pas eu qu’un seul retrait du cahier des charges pour la manifestation d’intérêt à l’acquisition de la majorité des actions du cimentier tunisien «Carthage Cement », mais 14 et ce n’est pas fini.  Selon le site français qui croit qu’El Karama Holding «peine à se défaire de son principal actif» qu’est le cimentier tunisien, «un seul groupe s’est porté candidat à la reprise du second cimentier du pays : l’allemand HeidelbergCement Group, qui s’est manifesté dès 2017». Contacté par Africanmanager, le DG d’Al Karam, Adel Grar, réaffirme, car il l’avait déjà annoncé lors d’un dernier point de presse, que «il y a eu jusqu’à ce jour 14 retraits du cahier des charges et que la prolongation et non le renvoi de la limite des dépôts des manifestations d’intérêt au 9 mars faisait suite à la demande de plusieurs autres cimentiers étrangers». Grar affirme aussi être plus que sûr, après les contacts pris lors du roadshow organisé par les Cabinets ECC Mazars, IEG et Mrabet Avocats, qu’il y aura dépôt d’au moins cinq gros cimentiers internationaux, dont Heidelberg qui avait été l’un des derniers à retirer le cahier des charges

par -

L’économiste et ancien ministre du Développement et de l’Investissement, Fadhel Abdelkefi, a estimé que sur le plan économique, « la Tunisie pourrait aller très loin et devenir un vrai dragon économique africain ».

Abdelkefi intervenait dans le cadre d’un forum économique organisé par l’Université Tunis Carthage à la Soukra au cours duquel il a émis un certain nombre de solutions afin de permettre à la situation économique délicate que traverse la Tunisie de se redresser.

Pour mieux comprendre les facteurs ayant conduit à la conjoncture actuelle, Fadhel Abdelkefi a rappelé qu’avant 2011, la Tunisie enregistrait un taux d’inflation ne dépassant pas 3%, un déficit budgétaire de 1%, une croissance moyenne annuelle entre 4 et 5%, outre un pactole de 3,5 milliards de dinars placé à la Banque Centrale pour le compte du Trésor public suite à la cession de participations de l’Etat dans l’opérateur téléphonique Tunisie Telecom. « La Tunisie avait à cette époque une situation économique dite Maastricht » a-t-il déclaré.

Quelles sont donc les raisons qui ont mené à la situation actuelle ? L’économiste a expliqué devant les étudiants de l’UTC que « le premier gouvernement d’après la révolution, sous la pression de la rue, avait appliqué une politique budgétaire expansionniste ou la politique de « Go & Stop ». Nous avions un budget de l’Etat de 18 milliards de dinars qui est passé subitement à 34 milliards de dinars en moins de 6 ans. Les différents gouvernements ont fait passer la masse salariale de la fonction publique de 6,5 milliards de dinars à plus de 15 milliards de dinars. La dette publique est passée de 25 milliards de dinars à plus de 70 milliards de dinars. Cette même dette représente désormais plus de 60% du PIB au lieu de 40% en 2011. Un système financier qui souffre d’un manque de liquidité de 12 milliards de dinars chaque jour, tandis qu’il était en abondance de liquidité ».

Avant d’énumérer les pistes pour une sortie de crise, Fadhel Abdelkefi a estimé qu’il fallait d’abord commencer par dire la vérité aux Tunisiens et ne pas leur mentir par omission. « A mon avis, l’Etat devra se concentrer aujourd’hui sur les domaines de souveraineté, tels que l’éducation, l’enseignement supérieur, la culture, le sport, la défense nationale, l’intérieur, les transports, la santé pour pouvoir rendre un service décent aux citoyens » a-t-il estimé. « L’Etat ne peut pas être dans ces secteurs stratégiques et en même temps être actionnaire dans des banques publiques ou être distributeur de pétrole, régie de tabac, compagnie aérienne, etc. Il devra donc démobiliser sa puissance financière sur ces derniers secteurs et la relocaliser dans les secteurs de souveraineté ».

Concrètement, l’invité de l’UTC a suggéré à titre d’exemple que l’Etat pourrait donner ses banques en concession pendant 30, 40 ou 50 ans, comme l’a fait la Turquie. Une technique qui lui permettrait d’engager plus de fonds pour améliorer les services hospitaliers, les services de transports, l’enseignement, etc.

Il a par ailleurs abordé la question des réformes devant toucher la fonction publique et qui consiste en le gel des salaires dans la fonction publique, le redressement des caisses sociales nationales et le recentrage du rôle de l’Etat.

« Je reste extrêmement optimiste pour l’avenir du pays pour des raisons intégralement objectives. Il ne s’agit pas ni de chauvinisme, ni d’un excès d’amour du pays », a averti Abdelkefi. « La Tunisie possède certains points forts comme l’émancipation et le rôle de la femme, la logistique, l’éducation, le rôle de la société civile, la proximité de l’Europe, etc. », rappelant au passage que la Tunisie produit le nombre de médecins et de pharmaciens le plus important d’Afrique, qu’elle détient les meilleurs techniciens et qu’elle est aussi le centre mondial de l’automobile à titre d’exemples.

« C’est un pays qui pourrait croître à deux chiffres si nous arrivons à prendre certaines décisions qui sont douloureuses mais nécessaires » a-t-il conclu, considérant que la Tunisie disposait d’hommes courageux capables de prendre des décisions de bon sens.

Communiqué

par -

La société Al Karama Holding vient de proroger de trois semaines le dernier délai de dépôt des dossiers de manifestations d’intérêt lancé dans le cadre de l’opération de cession d’un bloc d’actions représentant 50,52% du capital social de la société Carthage Cement. Le nouveau délai de dépôt des dossiers est fixé au vendredi 09 mars 2018 à 17H au lieu du vendredi 16 février 2018 à 17H.

par -

Nous croyons savoir, de sources proches du dossier de la vente des participations de l’Etat tunisien dans le capital de Carthage Cement, que les cinq gros cimentiers étrangers déjà présents en Tunisie ont déjà retiré les dossiers de pré-qualification. Plus intéressant encore, si l’on considère que les cimentiers déjà installés en Tunisie pourraient être surtout intéressés par l’accès à des informations plus détaillées sur leur concurrent, les deux plus grands cimentiers internationaux ont aussi retiré les dossiers. En effet, selon nos informations, Lafarge et Heidelberg Cément lorgneraient sérieusement Carthage Cement.

On rappelle que L’Etat tunisien et Bina Corp S.A, actionnaires majoritaires de la société Carthage Cement S.A, ont décidé de procéder à la cession d’un bloc d’actions représentant 50,52% du capital social de Carthage Cement, par voie d’Appel d’Offres International, à un investisseur stratégique et /ou financier qui aura la capacité de gérer et de développer le Société. On rappelle aussi que le Consortium ECC Mazars / IEG Tunisia – Corporate Advisory / Cabinet Mrabet Avocats avait déjà été retenu par Al Karama Holding comme conseiller exclusif pour l’assister dans la réalisation de l’opération de cession.

Carthage Cement est une société anonyme cotée sur la bourse des valeurs mobilières de Tunis, spécialisée dans la production du ciment, d’agrégats et de béton. La cimenterie, équipée par le leader mondial des constructeurs de cimenteries, est située à une trentaine de kilomètres au sud-est de Tunis, au pied de Djebel Ressas. La société exploite une carrière en propriété juxtaposée à l’usine pour s’approvisionner en matière première. Le processus de cession comprend une phase de pré-qualification des candidats suivie d’une phase d’offres financières ouverte à tous les candidats pré-qualifiés.

par -

Adel Grar, directeur général de Al karama holding, a annoncé que Al karama holding a en charge, actuellement, de 67 sociétés dont plus de la moitié sont des sociétés de participation et qu’ entre 30 et 32 sont des sociétés productives alors que bien d’autres souffrent de difficultés.

Il a souligné, lors de son passage, ce vendredi 26 janvier 2018 sur Express Fm, que l’opération de cession prend du temps et qu’elle peut atteindre 18 mois.

Selon ses déclarations, 19 sociétés confisquées sont prêtes à être revendues en 2018 et que l’objectif d’atteindre la somme de 500 millions de dinars par leur cession pourra être dépassé. « Notre rôle, c’est de céder les sociétés confisquées dans les meilleures conditions », a-t-il dit.

par -

La société Al Karama Holding a annoncé ce lundi 22 janvier 2018 son intention de céder sur appel d’offres la totalité des participations publiques directes et indirectes représentant 69,98% du capital de la société Tunisia Broadcasting « Shems FM ». A cette fin, AMC Ernst & Young a été retenu comme conseiller exclusif d’Al Karama Holding pour la réalisation de l’ensemble de l’opération de cession envisagée.

Tunisia Broadcasting est une société anonyme créée le 22 Avril 2010. Elle a pour objet la gestion d’une station de radio privée sous le nom commercial « SHEMS FM ». La radio “SHEMS FM” a été officiellement lancée le 27 septembre 2010. Le processus de cession comprend une phase de pré-qualification des candidats suivie d’une phase d’offres financières ouverte à tous les investisseurs pré-qualifiés.

L’investisseur désirant participer devra être soit une personne physique, soit une personne morale agissant seule, ou en consortium dirigé par un chef de file et incluant d’autres investisseurs. Les investisseurs intéressés par la présente opération doivent être conformes aux critères, y compris de nationalité, prévus par le cahier des charges fixant les conditions d’octroi d’une licence de création et d’exploitation d’une chaîne de radio privée sur le territoire tunisien objet de la décision de la HAICA N°01- 2014 du 05 Mars 2014. Les investisseurs intéressés sont invités à retirer un dossier de pré-qualification, relatif à la Société, à partir de demain, mardi 23 Janvier 2018 auprès d’Al Karama Holding.

par -

L’activité de la BTE (Banque de Tunisie et des Emirats) a été marquée au cours de l’année 2017, par une augmentation de 13% des produits d’exploitation bancaire (PEB) par rapport à l’année 2016, du fait de la hausse principalement des gains nets sur opérations de change (+158,3%), des revenus du portefeuille commercial et d’investissement (+21,3%) et des commissions (+9,3%).
Parallèlement, les charges d’exploitation bancaire ont augmenté de 15,7% au cours de l’année écoulée. Le Produit net bancaire a ainsi, enregistré à fin décembre 2017 une augmentation de 10,8% (+4,2 MD) par rapport à la même date en 2016, totalisant 43,3 MD. Par ailleurs, l’encours des crédits a enregistré durant l’année 2017 une hausse de 1,9% (+13,6 MD) résultant essentiellement, de la hausse des crédits aux particuliers de 11,8% (+27,3 millions) combinée à la baisse de 10,3% des crédits MLT aux entreprises (?21,2 millions).
Quant aux dépôts de la clientèle, ils ont enregistré au terme de l’année 2017 une contraction de 7,9% par rapport à l’année 2016 résultant essentiellement de la diminution des comptes à terme de 23,8%, dont une baisse des certificats de dépôts de 33 MD à fin décembre 2017. Les dépôts à vue ont connu une augmentation de 7,3 MD (+3,2%) ainsi que les comptes d’épargne qui ont augmenté de 7,9%.

par -

Une cérémonie a eu lieu le mercredi 20 décembre 2017 au siège de la société Al Karama Holding, au cours de laquelle le directeur général de Al Karama Holding, Mohamed Adel Grar et les représentants du consortium IFFCO Tunisie Distribution – Compagnie générale des Industries Alimentaires «COGIA» ont procédé à la finalisation de l’opération de cession de la Société de Développement Agricole Zitouna I. Grar a rappelé que cette opération entre dans le cadre des efforts déployés par Al Karama Holding pour céder aux privés les sociétés confisquées agissant dans les secteurs concurrentiels.

Notons par ailleurs, que la société agricole Zitouna 1, qui était propriété de Sakher El Materi avant confiscation, avait fait l’objet d’un premier appel d’offre qui avait été remporté par un autre acquéreur. Ce dernier s’était cependant désisté, rendant nécessaire le lancement d’un second appel d’offre. C’est ce dernier qui a été remporté par la représentation tunisienne, dirigée par Adel Ben Ayed qu’on voit sur la photo d’Al Karama, d’un important groupe de nationalité indienne internationalement connu dans le secteur du commerce de l’huile et déjà actif, en Tunisie, dans le domaine de la biscuiterie à travers une marque connue et de l’export de l’huile d’olive tunisienne.

La Société de Développement Agricole Zitouna I exploite une ferme agricole localisée à Smenja -Bir Mcherga dans le gouvernorat de Zaghouan à 50 Km de Tunis, d’une superficie de 766 Ha, dont 696 Ha irrigués en goutte à goutte, faisant partie des domaines de l’Etat et destinée à l’oléiculture. Le domaine totalise actuellement 520 Ha d’oliviers conduits en hyper-intensif dont 498 Ha entrés en production depuis 2013 et 22 Ha entrés en production en 2017. SDA Zitouna I est par ailleurs dotée d’une unité de trituration de dernière génération ainsi que d’une unité de stockage d’une capacité de 780 Tonnes d’huile.

Nous apprenons aussi que ce groupe de nationalité indienne, par ailleurs implanté dans plusieurs pays, et qui avait rendu visite au chef du gouvernement tunisien, prépare l’agrandissement de l’huilerie rachetée et la création d’un label pour l’huile d’olive d’origine tunisienne, appelé justement Zitouna, qui sera destiné à l’export dans un packaging propre à cette huile tunisienne à partir de la Tunisie.

par -

Suite à la demande des acheteurs potentiels et des conseillers‐mandataires qui les représentent, l’Etat tunisien et Abu Dhabi Investment Authority (ADIA) ont décidé de proroger le délai de l’appel à manifestation d’intérêt relatif à la «cession d’un bloc unique d’actions» représentant 77,8% du capital de la Banque de Tunisie et des Emirats (BTE), (soit 100% des droits de vote, les 22,22% restants étant des Actions à Dividende Prioritaires qui feront l’objet d’une OPA conformément à la réglementation en vigueur). L’appel à manifestation d’intérêt, qui a été lancé le lundi 11 décembre 2017, est ainsi prorogé aux dates ci‐après :

par -

L’Etat tunisien et Bina Corp S.A (les « Cédants »), actionnaires majoritaires de la société Carthage Cement S.A ont décidé de procéder à la cession d’un bloc d’actions représentant 50,52% du capital social de Carthage Cement S.A (les « Participations ») et ont, le 15 décembre 2017, publié l’Appel à manifestation d’intérêt International à la recherche d’un investisseur stratégique et /ou financier qui aura la capacité de gérer et de développer le Société. Le Consortium ECC Mazars / IEG Tunisia – Corporate Advisory / Cabinet Mrabet Avocats a été retenu par Al Karama Holding comme conseiller exclusif pour l’assister dans la réalisation de l’opération de cession.
Carthage Cement, société anonyme cotée sur la bourse des valeurs mobilières de Tunis, est spécialisée dans la production du ciment, d’agrégats et de béton. La cimenterie, équipée par le leader mondial des constructeurs de cimenteries, est située à une trentaine de kilomètres au sud-est de Tunis, au pied de Djebel Ressas, un affleurement de calcaire de la période jurassique. La société exploite une carrière en propriété juxtaposée à l’usine pour s’approvisionner en matière première. Une présentation plus détaillée de la société est disponible dans le dossier de pré-qualification.
Le processus de cession comprend une phase de pré-qualification des candidats suivie d’une phase d’offres financières ouverte à tous les candidats pré-qualifiés.

Les investisseurs intéressés sont invités à retirer, depuis le mardi 19 décembre 2017 à 10h00 au siège de Al Karama Holding, sis à la Rue du Lac d’Annecy, passage du Lac Malawi – Les Berges du Lac, Tunis, un dossier de pré-qualification, relatif à la Société, qui définit le processus et les critères de pré-qualification.
Le retrait est conditionné par la signature, par un représentant légal du candidat, d’un engagement de confidentialité téléchargeable sur le site de Al Karama Holding et par le paiement d’un montant non restituable de quatre mille cinq cent dinars tunisiens (4 500 DT) payable en espèces, par virement bancaire ou par chèque certifié libellé au nom de la société Al Karama Holding.
L’investisseur de nationalité Tunisienne ou Etrangère désirant participer à ce processus devra être (i) une personne morale ou (ii) un consortium dirigé par un chef de file qui devra être une personne morale. Al Karama Holding se réserve le droit, à tout moment du processus, de ne pas retenir un ou plusieurs investisseurs pour participer au processus de cession, en cas de non-respect par le/les Investisseur(s) intéressé(s) des dispositions du dossier de pré-qualification, de la règlementation en vigueur ou des règles d’ordre public.

Les investisseurs intéressés devront faire parvenir leurs dossiers de Manifestation d’Intérêt directement par porteur contre décharge ou par courrier express (le cachet du bureau d’ordre ou celui de la poste faisant foi) et ce au plus tard le Vendredi 16 février 2018 à 17h à Al Karama. Les candidats pré-qualifiés seront notifiés au plus tard le 2 mars 2018 et pourront alors retirer un dossier d’appel d’offres composé du règlement de l’appel d’offres, d’un mémorandum d’information et (iii) de projets d’actes de cession. Les Candidats pré-qualifiés auront accès à une Data Room pour effectuer les travaux de Due Diligence. Ils pourront visiter les locaux de la société, rencontrer son management, poser leurs questions par écrit et proposer des amendements aux projets d’actes de cession selon un calendrier et des modalités définies dans le dossier d’Appel d’Offres.

par -

Dans le cadre de la mission de cession des participations publiques directes et indirectes détenues dans le capital des sociétés Banque Zitouna, une des entreprises confisquées à Sakher El Materi et Zitouna Takaful, qui est une société d’assurance de la banque créée après la confiscation, une réunion de démarrage de la mission d’assistance s’était tenue le 5 décembre 2017. Cette mission a été confiée au consortium «Finactu InternationaleBDO Tunisie– Auxilium Consulting» qui est le correspondant local de Finactu et le cabinet «Adly Bellagha & Associés». Au cours de cette réunion qui s’était tenue au siège d’Al Karama Holding, en présence du Directeur Général de Banque Zitouna, Ezzeddine Khoja et Makrem Ben Sassi, Directeur Général de la société Zitouna Takaful, le Directeur Général d’Al Karama, Adel Grar, avait remis l’ordre de service marquant le déclenchement de la mission au chef de mission Géraldine Mermoux, et ce après avoir présenté les différents membres du consortium, de l’équipe intervenante ainsi que le planning prévisionnel de réalisation de ladite opération.

Mais voilà que certains cabinets de consulting qui n’ont pas été retenus pour cette opération d’accompagnement de la vente de la banque Zitouna et son assurance penseraient déjà à se pourvoir contre le résultat de l’appel d’offre ayant abouti au choix du consortium. Selon Maghreb Confidentiel dans son numéro du 21 décembre 2017, «la cession par la holding d’Etat Al Karama de la banque Zitouna pourrait rapidement être torpillée par les banques d’affaires et autres groupes de conseil» et de préciser qu’ils «envisagent de réclamer l’invalidation du résultat de l’appel d’offres». En cause, l’existence parmi les associés de la société Auxilium Consulting du nom de la Franco-Tunisienne Christine Vai. Information prise à la source par nos soins, cette dernière avait en effet été la femme de l’actuel DG d’Al Karama et était, avant la séparation, enseignante en Tunisie. Le couple s’est cependant séparé avant 2011 et le DG d’Al Karama se serait remarié courant 2017.

Contacté par Africanmanager, Adel Grar assure que le choix du cabinet en question avait été fait par un comité, indépendant de la direction générale du groupe, où siège un représentant de l’Etat tunisien. Il assure aussi que dès qu’il a pris connaissance du nom du cabinet choisi par ledit comité, il a demandé à son ex-femme de démissionner de Auxilium et d’y vendre même ses parts, chose qui a été faite. L’existence d’un acte de cession nous a par ailleurs été confirmée par Auxilium. Le DG d’Al Karama nous assure par ailleurs être prêt à toutes les éventualités concernant ce marché, qui a été accordé en respect de toutes les règles de marché.

Tout semble ainsi être Nikel dans ce marché qui attise manifestement la convoitise de plusieurs parties concernées. C’est ainsi que devrait tomber à l’eau l’argument de ceux qui voudraient faire tomber l’appel d’offres pour le choix du cabinet de consulting pour l’accompagnement de la cession des actions de l’Etat tunisien dans le capital de la banque Zitouna et sa filiale d’assurance Zitouna Takaful, qui a été créée en 2011, et retarder ainsi la vente de ces deux institutions financières, une des plus grandes actions de cession d’actifs confisqués après la révolution de 2011.

par -

Dans une déclaration sur des opérations significatives réalisées par les personnes exerçant des responsabilités de dirigeants et les personnes qui leur sont liées, les Horchani père et fils, connus dans le domaine des dates et des conserves de thon, annoncent avoir cédé le 7 décembre de cette année 161.495 actions du capital de la banque de l’habitat (BH) où ils détenaient jusque-là quelque 20 %, pour la somme de 2,783 MDT. Aucune explication n’a été donnée à cette vente d’action de la part d’un homme d’affaire qui est par ailleurs actionnaire à la Biat, à la compagnie d’assurance Star et même dans Tunisie Leasing. Selon des informations non confirmées, cette vente des actions BH pourrait être en lien avec la dernière augmentation du capital de la banque de l’habitat décidée en septembre dernier par l’AGE de la banque étatique d’un montant de 34 MDT.

par -

Mohamed Frikha a déclaré avoir cédé le 30 novembre 2017 (via une transaction de bloc) 1 318 000 actions Telnet, représentant 11,95% du capital de Telnet Holding au prix unitaire de 6 dinars, soit un montant total de 7,908 millions de dinars. A la date de la dernière AGO du 30 juin 2017, Frikha détenait 1 361 050 actions Telnet Holding, soit 12,34% du capital. Suite à cette cession, il ne détient directement que 43 050 actions Telnet Holding, soit 0,39% du capital. En conséquence, Frikha a annoncé, le même jour, avoir franchi à la baisse les seuils de 10 et 5%. Toutefois, les 1 318 000 actions cédées ont été acquises par la société Hikma Participations, laquelle rappelons-le a racheté à la CTKD 20,69% du capital de TELNET le 23 juin 2017. La société Hikma Participations porte ainsi sa participation dans le capital de Telnet Holding à 32.64%.

par -

L’appel à manifestation d’intérêt pour la cession en bloc unique d’actions sur appel d’offres international des participations de l’Etat tunisien et de Abu Dhabi Investment Authority (ADIA), représentant 77.8% du capital de la Banque de Tunisie et des Emirats (BTE), (soit 100% des actions ordinaires, les 22,22% restantes étant des Actions à Dividende Prioritaires qui feront l’objet d’une OPA conformément à la réglementation en vigueur) sera lancé à partir de ce lundi 11 décembre 2017 à 14h.
Cette cession se fera en deux phases : Phase 1: Appel à Manifestation d’Intérêt et Phase 2 : Appel d’Offres International. L’appel à manifestation d’Intérêt a pour objectif d’informer les investisseurs de cette opération et de permettre à ceux intéressés d’obtenir le Dossier de Pré-Qualification. La banque Rothschild et KPMG Tunisie ont été retenues comme Conseillers Exclusifs des deux cédants pour la réalisation de l’ensemble de l’opération de cession.

Les cédants ont décidé de limiter l’accès à l’opération de cession aux candidats pré-qualifiés à l’issue de la phase de Manifestation d’intérêt, et selon les critères établis par le Dossier de Pré-Qualification. Les investisseurs souhaitant participer au processus de pré-qualification doivent manifester leur intérêt par email aux Conseillers Exclusifs durant la période allant du 11 Décembre 2017 à 14H au 15 Janvier 2018 à 17H. Ils recevront alors sous 48h une fiche de présentation à remplir et un accord de confidentialité à signer et à renvoyer par email aux Conseillers Exclusifs. Les Dossiers de Pré-Qualification Technique devront être remis par porteur contre décharge ou par lettre recommandée avec accusé de réception au plus tard le vendredi 26 janvier 2018 à 17 heures, heure de Tunis, au siège de la Banque de Tunisie et des Emirats (BTE) 5 bis, Rue Mohamed BADRA 1002 Tunis “

Créée en 1982 par une convention signée entre Abou Dhabi Investment Authority (ADIA) et le gouvernement Tunisien, la Banque de Tunisie et des Emirats (BTE) anciennement Banque de Tunisie et des Emirats d`Investissement (BTEI) a acquis un excellent positionnement parmi les banques de développement et un portefeuille d’entreprises de premier plan. Depuis 2004, la BTE s’est engagée dans un processus d’universalité. Elle a dès lors étendu son activité, initialement limitée au financement des entreprises, à toutes les autres sphères du métier de la banque. La BTE a clôturé l’exercice 2016 avec un produit net bancaire de l’ordre de 39,8 MDT et un résultat net de 0,9 MDT. L’actif total s’élève à 981 MDT, tandis que les fonds propres totalisent 129 MDT (FY2016).

par -

Trois biens confisqués du RCD dissous, sur un total de 43, à Monastir, ont été cédés, depuis janvier 2011 jusqu’à aujourd’hui, dont l’ancienne Maison de la culture à Ksar Hellal transformée en “Maison du parti”, puis confisquée, avant d’être cédée au profit de la municipalité de la ville, pour une valeur de 1,5 million de dinars.
Lors d’une séance de travail tenue, lundi, au siège du gouvernorat, par la commission régionale de liquidation des biens du RCD dissous, le directeur régional des domaines de l’Etat, Ezzedine Hmidi, précise que la commission est en train de finaliser les procédures administratives et financières pour la cession de l’ancienne Maison de la culture à Ksar Hellal. Les deux autres biens ont été cédés au privé. Il s’agit d’un lot de terrain à Jemmal connu sous le nom de ” Cellule Hassan Bourji “, pour une valeur de 65 mille dinars et d’un local à Menzel Nour qui faisait fonction de Cellule du RCD, pour une valeur de 82 mille dinars.
Onze autres biens confisqués à Sayada-Lamta-Bou Hjar, Moknine, Bembla Mnara et Ksibet El Mediouni sont en cours de liquidation.

par -

Comme l’avait annoncé plus tôt Africanmanager, PGH et le groupe Bayahi ont rendu publique la cession de Magasin Général. Le communiqué indique que «la Société PGH (Poulina Group Holding) porte à la connaissance de ses actionnaires que ses filiales ainsi que Monsieur Abdelwaheb Ben Ayed ont signé un accord en date du 2/11/2017 en vue de céder leur participation représentant 49% du capital de la Société Med Invest Company au profit de la Société CFI (Compagnie Financière d’Investissement) filiale du Groupe Bayahi. Cette transaction ne modifie en rien ni le contrôle actionnarial ni le management de la Société Magasin Général ».

Pour rappel, c’est dans l’usine d’aluminium de Feu Haj Youssef Bayahi qu’Abdelwaheb Ben Ayed a commencé, lors des débuts de Poulina en 1967, à découper les tôles d’acier galvanisé pour fabriquer les premiers mangeoires et abreuvoirs nécessaires à l’équipement des premiers bâtiments d’élevage de poulet. Avec beaucoup de sympathie, Feu Haj Youssef Bayahi permettait alors à Abdelwaheb Ben Ayed de se promener, en toute liberté, dans l’usine pour chercher ce qui pourrait l’aider à fabriquer le matériel envisagé. C’est ainsi que naquit la première relation entre Poulina et les Bayahi.

Depuis, forts de la qualité de leurs relations qui n’ont cessé de se développer et de la convergence de leurs visions, Abdelwaheb Ben Ayed et Yahia Bayahi ont mis en place, depuis près d’une décennie, un partenariat stratégique dans la grande distribution et ce, par la création, en 2007, de la société commune Med Invest Company. Sur les fondements de cette société commune, les deux groupes ont acquis un bloc majoritaire des actions de Magasin Général, 3ème acteur de la Grande Distribution du pays à l’époque. Ils ont assuré, depuis, le contrôle et la gouvernance de tout le groupe Magasin Général grâce à une collaboration pleine et active et au soutien indéfectible de Tahar Bayahi et Abdelwaheb Ben Ayed

En effet, c’est forts de ce soutien et de cette confiance que Tahar Bayahi et son équipe ont réussi à accomplir, avec brio et sérénité, la restructuration et la transition d’une entreprise publique en une entreprise privée performante qui n’a cessé depuis d’améliorer son positionnement et ses résultats. Tahar Bayahi est également à l’origine de la conclusion du partenariat stratégique avec le groupe Auchan.

Aujourd’hui, le groupe PGH a répondu positivement à la demande formulée par le groupe Bayahi d’acquérir l’intégralité des actions appartenant au groupe PGH dans la société Med Invest Company, soit 49% du capital social de ladite société. Forts de cette expérience exemplaire, le groupe PGH et le groupe Bayahi se félicitent du succès de leur parcours commun et réaffirment leurs volontés de concertation mutuelle pour toute nouvelle opportunité d’avenir.

 

par -

S’interrogeant, dans un entretien accordé à l’agence de presse officielle tunisienne Tap, sur les relations de l’Utica avec les entreprises publiques, le SG de l’UGTT, Noureddine Taboubi, a indiqué qu’il ne vise pas les «hommes d’affaires patriotiques et fidèles qui servent leur pays avec abnégation mais les opportunistes qui n’ont d’autre but que d’accumuler les bénéfices et les richesses par des méthodes détournées (…). Les sociétés nationales publiques, telle la Société d’Electricité et de Gaz (STEG) et la Société Nationale d’Exploitation d’Eau (SONED) ne sont pas des sociétés déficitaires mais sont créancières de gros montants auprès de nombreuses entreprises publiques et privées et il est impératif de ce fait de traiter ces sociétés au cas par cas et de trouver des solutions pour surmonter ces problématiques», a-t-il ajouté. Ce n’est pourtant pas ce qu’affirme un tout récent document du gouvernement Chahed, à propos de la situation financière des entreprises publiques.
Le secrétaire général de l’UGTT a accusé également des «prétendus experts» de s’être engagés dans un processus systématique pour faire croire à l’opinion publique que le secteur public «est la cause de la ruine de l’économie nationale, au même titre que d’autres qui expliquent la faiblesse du budget de l’Etat par le volume des salaires».

par -

Désormais connu par ses lignes rouges qu’il dresse un peu partout, le secrétaire général de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), Noureddine Taboubi, a réitéré le refus catégorique de la centrale syndicale de la cession des entreprises publiques, affirmant qu’elle trace «cent mille lignes rouges» devant ce choix économique.
Dans une interview accordée à l’agence TAP, le dirigeant de l’UGTT a indiqué qu’à chaque fois qu’il s’était entretenu avec le président de la République, ce dernier le remerciait pour son soutien à l’école publique, au secteur de la santé publique ainsi qu’au service public. «Je n’ai jamais entendu aussi le chef du gouvernement dire qu’il est pour la cession des entreprises publiques, et il a même déclaré lors d’un débat de presse qu’il n’y avait rien à vendre», a-t-il argumenté.

Selon son secrétaire général, «l’UGTT n’est pas pour autant crispée sur ses positions sur cette question mais a sa propre vision basée sur la nécessité de restructurer et réformer les entreprises publiques afin qu’elles puissent retrouver leur capacité d’embauche et de compétitivité et contribuer ainsi à renflouer les ressources de l’Etat», a-t-il précisé. Taboubi a fait valoir que «ces entreprises ne sont pas une propriété privée pour qu’on parle de les vendre ou les céder». Il a estimé que «certains qui ont échoué veulent se débarrasser de cette image d’échec et de leur incapacité à accomplir des actions en faveur du pays, l’imputent aux entreprises publiques».

par -

La Société financière internationale -SFI -(relevant du Groupe de la Banque mondiale) et ses deux fonds, “IFC Capitalization Fund, L.P.” et “Africa Capitalization Fund, Ltd.”, tous trois actuels actionnaires d’Amen Bank S.A. (détenant 9,998 % du capital et des droits de vote) ont décidé d’exercer leur option de vente de tout ou partie de leur participation dans la banque.
Selon un communiqué, publié jeudi, par Amen Bank sur le site de la Bourse de Tunis, l’exercice de cette option de vente est en conformité avec les accords, termes et dispositions contenus dans les actes scellés en 2013, et intervient après un partenariat financier et technique avec Amen Bank, jalonné par plusieurs missions d’assistances techniques qui ont permis à la banque de renforcer sa gouvernance et sa gestion des risques.
Préalablement à cet exercice, la SFI et ses deux fonds (collectivement désignées les “Parties IFC”) organisent une phase de liquidité sur soixante jours au cours de laquelle elles pourront offrir à la vente sur le marché de la Bourse de Tunis des titres de l’Amen Bank.
A l’issue de cette période, les Parties IFC se réservent le droit de demander aux sponsors d’Amen Bank d’assurer le rachat de tout ou partie du reliquat d’actions non vendues.

par -

Objet de l’appel à manifestation d’intérêt Al Karama Holding (le «Cédant»), envisage de procéder, sur Appel d’Offres International, à la cession de ses participations directes et indirectes détenues par l’Etat dans le capital de la société Dar Assabah (la «Société») et représentant 79,62% (le «Bloc d’Actions»).
A ces fins, les cabinets conseils: Expertise, Finance et Conseil «EFC», Arab Financial Consultant «AFC»
et Ferchiou & associés «FA» ont été retenus comme Conseillers Exclusifs d’Al Karama Holding pour la
réalisation de l’ensemble de l’opération de cession (l’«Opération»).
Le présent avis d’appel à manifestation d’intérêt (l’«Appel») a pour objectif d’informer les investisseurs de cette Opération, de décrire le processus et de renseigner les investisseurs intéressés sur les modalités de retrait du dossier de pré-qualification.
Considérations Clés
Créée en Octobre 1969, la Société Tunisienne de Presse, d’Impression, d’Edition, de Diffusion et de Publicité «Dar Assabah» est une société anonyme de droit tunisien ayant son siège social au Boulevard Mohamed Bouazizi El Menzah – Tunis. Son capital social s’élève actuellement à 1 008 880 DT (100 888 Actions, de 10 DT chacune). Dar Assabah publie trois journaux papiers: «Assabah» quotidien en arabe, «Le Temps», quotidien en français, «Assabah AlOusboui», hebdomadaire en arabe. Dar Assabah publie aussi un journal électronique en arabe «Assabah news».
Eligibilité
Cet appel d’offre est ouvert aux personnes physiques et morales de nationalité tunisienne ou étrangère.
Les Investisseurs intéressés peuvent agir seuls ou en formant un consortium dirigé par un chef de file.
Sont exclues les entités juridiques qui sont en état de cessation de paiement, de faillite, de redressement
judiciaire, de liquidation, ou sujettes à insolvabilité ou surendettement.
Les personnes physiques et morales qui ont fait l’objet d’un jugement constatant un délit affectant leur probité professionnelle (corruption, malversation…) ne seront pas acceptées pour participer à cet appel d’offres.
Processus de cession
Le processus de cession comprend une phase de pré-qualification des candidats suivie d’une phase
d’offres financières ouverte à tous les investisseurs pré-qualifié

Phase de pré-qualification

Les Investisseurs intéressés à participer au processus de cession du Bloc d’Actions sont invités à retirer, à partir du 15 / 09/ 2017 à 10H00 au siège de la société Al Karama Holding, sis : Rue du Lac d’Annecy, Passage du Lac Malawi- Les Berges du Lac Tunis, un dossier de pré-qualification qui définit le processus de cession et les critères de préqualification. Le retrait du dossier de pré-qualification est conditionné par la présentation à la société Al Karama Holding :

(i) Une fiche de présentation (la “Fiche de Présentation”) et un accord de confidentialité (l’«Accord de Confidentialité), téléchargeables sur les sites web ci-dessous mentionnés:

o www.alkaramaholding.com

o www.efc.com.tn

o www.ferchioulaw.com

o www.afc.com.tn

Dûment signés par le représentant légal du soumissionnaire et comportant le cachet le cas échéant ;

(ii) Le paiement d’un montant non restituable s’élevant à deux mille (2.000) dinars tunisiens par chèque certifié libellé au profit d’Al Karama Holding ou en espèces.

Les investisseurs intéressés peuvent soumettre leur offre au plus tard le lundi 16/10/2017 à 17 H00 directement au Bureau d’Ordre d’El Karama Holding ou par rapid post (le cachet de la poste faisant foi) à l’adresse suivante : Rue du Lac d’Annecy, Passage du Lac Malawi- Les Berges du Lac, 1053 Tunis.

Phase d’offre financière

Les Investisseurs pré-qualifiés seront notifiés et auront à leur disposition un Dossier d’Appel d’Offres, comportant :

(i) le Règlement d’Appel d’Offres incluant un projet du contrat de cession ;

(ii) le Mémorandum d’Information comportant une présentation de la Société, de son environnement socio-économique et du secteur dans lequel elle opère.

Travaux de due diligence

Les candidats pré-qualifiés auront la possibilité d’effectuer des travaux de Due Diligence dans le cadre d’une Data Room électronique qui sera ouverte selon un calendrier et des modalités qui seront définies dans le dossier d’appel d’offres.

Les candidats intéressés peuvent prendre contact avec le cabinet Expertise, Finance et Conseil pour toute demande d’information sur cette opération

Le meilleur des RS

Nafaa Ennaifer, DG d'un groupe privé opérant dans le secteur du textile-habillement, n'en est plus à son premier "coup de gueule". Il en pousse...

INTERVIEW

Syndicaliste, de père en fils, le ministre tunisien de l’Energie, des Mines et des Energies renouvelables, détruit le mythe de l’abondance pétrolière, s’adresse aux...

AFRIQUE

L’Agence Américaine pour le Développement International (USAID) a le plaisir d’annoncer la signature d’un nouvel accord de partenariat avec l’entreprise Entrepreneurial Solutions Partners (ESP)...

Reseaux Sociaux

SPORT