Tags Posts tagged with "chantiers"

chantiers

par -

Le ministre de l’Équipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du territoire, Mohamed Salah Arfaoui a affirmé, jeudi, que son département œuvre actuellement, à réaliser 5 mille chantiers d’une valeur globale de 8 Milliards de dinars, sans compter les projets d’autoroutes, et a mis en place un système de suivi des projets en question.

Lors d’une plénière consacrée à la discussion du rapport de la Commission de développement régional, relatif à ses visites de terrain effectuées dans les gouvernorats du sud, tenue jeudi, au palais de Bardo, Arfaoui a fait savoir que ” l’autoroute Tunis-Gabès a été ouverte à la circulation et que la vitesse y a été limitée à 90km/h “.

Il a aussi précisé que ” les travaux de l’autoroute Gabès-Medenine ont enregistré un taux d’avancement de 60%, et qu’une partie du tronçon Médenine-Ras Jedir, sera ouverte à la circulation au mois de juin 2018 “.

Le ministère entreprend également, la réalisation des projets des routes nationales N° 20, 18 et 16, a-t-il aussi indiqué, exprimant ” le besoin de les concrétiser dans le cadre du partenariat public-privé “.

Arfaoui a aussi relevé, la nécessité de mobiliser les financements nécessaires au programme de réhabilitation des quartiers populaires, annonçant que le ministère envisage de réaliser un nouveau lot de logements sociaux.

par -

En Tunisie, les principales causes d’accident dans le secteur du bâtiment et des travaux publics sont la chute de hauteur, les accidents électriques et l’éboulement. Ces accidents touchent souvent de jeunes travailleurs dès les premières années de l’embauche. Ce secteur occupe toujours la première place des statistiques des accidents mortels au travail avec 30,4% en 2016, soit 28 morts du total des victimes des accidents de travail mortels. En l’absence d’un contrôle périodique des appareils et équipements utilisés dans les chantiers, les accidents de travail augmentent d’un jour à l’autre. A titre d’exemple, au niveau de l’échangeur X20-X2 d’Ennasr 2, relevant du gouvernorat de l’Ariana, Africanmanager a constaté que les maçons travaillaient jour et nuit dans de mauvaises conditions…

Les ouvriers de chantier n’ont aucun outil de protection contre les risques de chute de hauteur ou électrocution (des gants, chaussures de sécurité, casques, ceintures de maintien, dispositifs d’assurage pour les travaux en hauteur…), malgré le fait que les consignes de prévention contre tout danger sont bien en évidence partout sur le site !

Il est important d’adopter les bons comportements et de porter les équipements de protection individuelle et d’avoir en tête l’ensemble des risques inhérents à un chantier, pour être capable de les anticiper, de s’en protéger et de tendre vers le zéro accident.

Les règles à suivre sont la plupart du temps très simples : connaissance et respect des consignes, le contrôle des chantiers par des équipes relevant du ministère de l’Habitat. La généralisation de ces règles de base permettrait de réduire considérablement les accidents sur chantier.

On rappelle que l’échangeur à deux niveaux à l’intersection des routes X20 et X2 du gouvernorat de l’Ariana est composé notamment de deux nouveaux passages supérieurs adjacents (2 voies chacun, des passages longs de 100 mètres), d’un nouveau rond-point et de nouvelles bretelles. le but est de faciliter la circulation pour les automobilistes venant de l’Ariana-Tunis / Mnihla –Ariana/ Ariana-Mnihla/ Ennasr-Tunis/ Tunis-Ennasr/ Cité Al-Fawz1 vers Ennasr et l’Ariana.

par -

Les ouvriers de chantiers observeront ce mardi 3 janvier 2017 une grève générale, ont décrété les représentants syndicaux des coordinations des ouvriers de chantiers.
Selon Mosaïque fm, cette grève vient en signe de protestation contre l’indifférence du gouvernement par rapport aux demandes professionnelles des ouvriers.
Pour rappel, les ouvriers des chantiers restent attachés à leurs revendications dont notamment la régularisation de leur situation, tout en appelant le gouvernement à respecter ses engagements relatifs à la lutte contre le travail précaire.

par -

ElKebir Alaoui, représentant résident du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) a déclaré ce jeudi 8 décembre 2016 que la Tunisie est capable d’attirer des investisseurs, mais aussi de relever les grands défis.

Lors du démarrage du congrès national sur la lutte contre la corruption, le responsable a assuré que les Nations Unies sont heureuses d’accompagner la Tunisie dans les différents chantiers entamés dont notamment le chantier de la démocratisation et celui de la lutte contre la corruption.

par -

” Les ouvriers des chantiers travaillant dans tous les secteurs d’activités observeront le 12 octobre 2016 un mouvement de protestation dans toutes les régions du pays pour revendiquer la régularisation définitive de leur situation précaire “, ont annoncé jeudi les coordinateurs régionaux des ouvriers des chantiers.
Lors d’un point de presse tenu à Tunis, Sami Khélifi, coordinateur régional des ouvriers des chantiers dans la région de Jendouba a souligné que les 59 mille ouvriers dont 5% sont des diplômés du supérieur, revendiquent leur intégration dans la fonction publique et la régularisation de leur situation financière et sociale ainsi que la garantie de la couverture sociale et sanitaire.
” Un délai de 15 jours sera accordé au gouvernement pour prendre des mesures sérieuses et efficaces en annonçant la régularisation de notre situation même à travers une démarche progressive mais en fixant des délais précis “, a-t-il dit, menaçant de la poursuite des mouvements de protestation jusqu’à satisfaction de leurs revendications qu’il a qualifiées de ” légitimes “.
De son côté, Mohamed Akremi, coordinateur régional des ouvriers des chantiers dans la région de Médenine a déclaré que le dossier des ouvriers des chantiers n’a jamais été traité avec le sérieux requis depuis le déclenchement de la révolution. ” Des milliers d’ouvriers opérant dans tous les secteurs d’activités et déployant des efforts gigantesques pour servir le pays vivent depuis six ans dans des situations précaires et inhumaines “, a-t-il dit.
” Nous sommes soumis à la loi de la fonction publique alors que nous ne bénéficions ni d’un salaire respectable conforme à nos qualifications et diplômes ni de la couverture sociale “, a-t-il ajouté.
” Nous travaillons quarante heures par semaine, nous n’avons pas droit à un congés et nous sommes payés aux alentours de 300 dinars par mois “, a souligné, pour sa part, Fayçal Attouri, coordinateur régional des ouvriers des chantiers dans la région de Kasserine, faisant remarquer qu’il existe des disparités entre les régions au niveau des salaires et de la couverture sociale.
” Si notre situation n’est pas régularisée nous arrêterons de travailler “, a-t-il prévenu.

par -
Une mère a tenté de suicider lors de la conférence de presse qui a eu lieu ce mardi

“Le dossier des ouvriers de chantiers est encore traité de manière improvisée et non étudiée favorisant l’injustice et l’inégalité, notamment au niveau des salaires et de la couverture sociale”, a indiqué, vendredi, Mounir Hassine, président de la section de Monastir relevant du Forum tunisien des droits économiques et sociaux.
Lors d’une conférence de presse tenue au siège du FTDES à Tunis pour présenter les résultats d’une étude sur les ouvriers de chantiers, l’intervenant a souligné que “ce dossier qui concerne environ 67 mille personnes appartenant à une catégorie sociale vulnérable et précaire, est caractérisé par le manque de transparence et beaucoup de corruption”.
“A travail égal, les salaires diffèrent d’une région à une autre sans dépasser dans tous les cas les 250 dinars, a-t-il dit, ajoutant que certains bénéficient de la couverture sociale alors que d’autres en sont privés”.
Il a, en outre, ajouté que la situation de quelque 3860 ouvriers n’est pas encore régularisée, alors qu’ils devaient être titularisés en 2015.
Il a estimé que la résolution du problème des ouvriers de chantiers qui travaillent dans des conditions précaires et indignes a toujours été traitée par des solutions provisoires pour apaiser les tensions.
De son côté, Chadia Chamtouri, présidente de l’association de défense des droits des ouvriers de chantiers a appelé le gouvernement à fixer une date pour la régularisation de la situation des ouvriers de chantiers à travers leur intégration dans la fonction publique, la généralisation de la couverture sociale et l’augmentation des salaires afin qu’ils soient supérieurs au SMIG qui est de 380 dinars. Pour sa part, Abderrahmane Hedhili, président du FTDES a indiqué qu’un conseil ministériel pourrait se tenir le 25 janvier prochain pour examiner le dossier des ouvriers de chantier. Réalisée sur un échantillon de 27 mille ouvriers de chantiers répartis sur 8 régions différentes (Siliana, Béja, Jendouba, le Kef, Kasserine, Sidi Bouzid, Mahdia et Bizerte), l’étude a comporté une série de recommandations dont la mise en place d’un programme global pour revoir la répartition des ressources humaines selon les besoins, l’identification des nouveaux besoins du marché de l’emploi, l’attribution d’encouragements pour inciter les jeunes à s’installer à leur propre compte et l’encouragement du recrutement dans le secteur privé pour renforcer l’économie sociale et solidaire.
A noter que les ouvriers de chantiers travaillent dans l’agriculture, le gardiennage et le nettoyage.

TAP

FOCUS 🔍

Les chiffres des immatriculations de nouvelles voitures pour le mois de septembre 2018, laissent voire que les ventes des véhicules particuliers de la marque...

Le meilleur des RS

Ce Post, intitulé «Polémiques hôtelières», est l'oeuvre d'un homme qui a une grande expérience dans le secteur du tourisme et un ancien DG de...

PRESSE LOCALE

INTERVIEW

L'expert en économie et ancien ministre des Finances Houcine Dimasi a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont...

AFRIQUE

Devant le Conseil de sécurité, le patron des Casque bleus de l’ONU a souligné jeudi que la force conjointe du G5 Sahel (Burkina Faso,...

Reseaux Sociaux